Le chef de la FAA va lui-même piloter le Boeing 737 MAX pour le tester !

Avant de donner son feu vert à un retour en vol du B737 MAX, cloué au sol depuis mars 2019 pour des raisons de sécurité, Steve Dickson, le responsable de la direction de l'aviation civile américaine, la FAA, va prendre lui-même les commandes de l'avion la semaine prochaine pour tester l'avion. Selon l'agence européenne de la sécurité aérienne, le MAX pourrait être autorisé à voler en novembre. Par ailleurs, des actionnaires de Boeing ont déposé une plainte, demandant aux membres du conseil d'administration et à certains dirigeants, anciens et actuels, de rembourser les pertes liées à la crise du 737 MAX. Cette plainte intervient alors qu'un rapport du Congrès accable Boeing et la FAA.

5 mn

(Crédits : Karen Ducey)

Avant de donner le "go" à un retour en service du Boeing 737 MAX, cloué au sol depuis mars 2019 à la suite de deux accidents qui ont fait 346 morts, Steve Dickson, le responsable depuis août 2019 (après les accidents du MAX) de la direction de l'aviation civile américaine, la Federal Aviation Agency (FAA) veut avoir le coeur net sur la fiabilité des modifications apportées sur cet appareil. A 63 ans, cet ancien pilote de l'armée de l'air américaine, puis de la compagnie Delta où il devint responsable des opérations aériennes, va lui-même tester le 737 MAX. Après avoir procédé à un entraînement sur un simulateur de vol, Steve Dickson prendra les commandes d'un exemplaire à l'occasion d'un vol d'évaluation la semaine prochaine à Seattle. Il partagera ensuite ses observations avec le personnel technique de la FAA. Cette étape est importante pour la remise en service du 737 MAX.

Autorisation de vol en novembre

Ce vol test interviendra alors que l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a indiqué ce vendredi que le MAX pourrait obtenir une nouvelle autorisation de vol en novembre et reprendre une exploitation commerciale d'ici la fin de l'année.

"Pour la première fois depuis un an et demi, je peux dire qu'une issue est en vue concernant le travail sur le MAX", a déclaré Patrick Ky, le directeur exécutif l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a indiqué aux journalistes de l'association des journalistes de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE)

Saluant ces propros, l'action Boeing a clôturé en hausse de 7% à Wall Street.

Plainte d'actionnaires contre le conseil pour qu'ils remboursent les pertes du MAX

De quoi redonner le sourire aux membres du conseil d'administration et des dirigeants, anciens ou actuels de Boeing, qui font l'objet d'une une plainte de certains actionnaires.  Comme l'a révélé vendredi le Wall Street Journal, des actionnaires ont en effet actualisé en septembre leur plainte déposée en juin devant un tribunal du Delaware accusant les membres du conseil d'administration, dont l'actuel patron David Calhoun et son prédécesseur Dennis Muilenburg, et d'autres dirigeants du groupe, de ne pas avoir pris toutes les mesures nécessaires pour empêcher la crise du 737 MAX.

Les plaignants demandent que les membres du conseil et les dirigeants montrés du doigt remboursent à Boeing les pertes financières générées par leur manque de supervision ainsi que toutes les rémunérations reçues dans le cadre de leurs fonctions. La facture s'élève à plusieurs dizaines de milliards de dollars!

Pour les plaignants, les membres du conseil n'ont pas mis en place des outils (comme comité dédié à la sécurité ou un système d'alerte, qui aurait permis d'évaluer et de contrôler la sécurité du 737 MAX avant les accidents mortels de Lion Air fin 2018 et d'Ethiopian Airlines en mars 2019. Les membres du conseil d'administration n'ont, à leurs yeux, "aucune excuse" pour ne pas s'être assurés de la sécurité de l'appareil, surtout dans la mesure où ils ont été, à plusieurs reprises, alertés de problèmes sur la conception, la fabrication et la commercialisation d'autres avions de la compagnie.

Boeing conteste fermement ces accusations

Pour Boeing, ces accusations sont sans fondement" et l'avionneur va s'employer à faire rejeter la plainte d'ici à la fin de l'année, a indiqué un porte-parole du groupe.

"Comme on peut s'y attendre (...) dans une action en justice comme celle-ci, la plainte présente une version partiale et trompeuse des faits des activités de Boeing et de son conseil d'administration" pendant la période incriminée, a réagi ce porte-parole.

Un rapport d'enquête sans concession du Congrès

Pour autant, le rapport d'enquête final de la commission des Transports du Congrès américain est sans concession pour le constructeur et la FAA.

A la lecture de ce rapport, la commission a conclu mercredi que les accidents mortels du 737 MAX représentent "l'horrible aboutissement" d'une série de défauts d'ingénierie, de mauvaise gestion de la part de Boeing et d'une manque de supervision de la part du régulateur de l'aviation (FAA). Ce rapport final de 239 pages sur les crashs de Lion Air en octobre 2018 et de Ethiopan Airlines en mars 2019 est le fruit de 18 mois d'enquête, de plus d'une vingtaine d'auditions et de l'examen de 600.000 pages de documents.

Il "contient des révélations troublantes sur la façon dont Boeing - sous pression pour concurrencer Airbus et réaliser des bénéfices pour Wall Street - a échappé à l'examen de la FAA, a caché des informations critiques aux pilotes et a finalement mis en service des avions qui ont tué 346 personnes innocentes", a commenté le président de la commission des Transports de la Chambre des représentants Peter DeFazio dans un communiqué.

Le document apporte "au Congrès une feuille de route sur les mesures que nous devons prendre pour renforcer la sécurité aérienne et la transparence réglementaire, accroître la surveillance fédérale et améliorer la responsabilité des entreprises afin de garantir que l'histoire du Boeing 737 MAX ne se répète jamais", a-t-il ajouté.

"Nous avons tiré de nombreuses leçons difficiles des accidents du vol 610 de Lion Air et du vol 302 d'Ethiopian Airlines, ainsi que des erreurs que nous avons commises", a réagi Boeing.

"Nous avons travaillé d'arrache-pied pour renforcer notre culture de sécurité et rétablir la confiance avec nos clients, les régulateurs et le public", a aussi souligné le groupe.

Pression pour ne pas se faire distancer par Airbus

Ce rapport met en avant cinq thèmes, à commencer par la forte pression financière mise sur Boeing et le programme du 737 MAX pour faire vite, afin de faire face au nouvel appareil d'Airbus, le A320 Neo.

Le document blâme également les hypothèses faites par Boeing sur des technologies essentielles de l'appareil, dont le logiciel antidécrochage MCAS mis en cause dans les deux accidents, ainsi que la culture de dissimulation qui prévaut chez le constructeur et l'a empêché de partager des informations cruciales avec les autorités, ses clients et les pilotes du 737 MAX.

Les auteurs du rapport mettent également en avant la façon dont le régulateur, la FAA, supervise Boeing, qui crée selon eux des "conflits d'intérêt inhérents", ainsi que l'influence à leurs yeux trop importante de Boeing sur la FAA.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 28/09/2020 à 20:02
Signaler
Il va falloir remettre en état tous les appareils au sol depuis plus d' un an !!! qui va payer ? la cause technique est toujours la , c' est un avion instable !

à écrit le 28/09/2020 à 9:26
Signaler
Ils sont gonflés les actionnaires, en tant que propriétaires ils sont autant responsables que la direction de ce scandale majeur mais ils veulent quand même récupérer du fric sur leurs propres responsabilités engagées. La cupidité comme mode de f...

le 28/09/2020 à 15:21
Signaler
Il faut avoir la majorité des voix en tant qu'actionnaire pour pouvoir influer sur la stratégie d'une entreprise. A moins de mettre en place une alliance d'actionnaire, qui ne fonctionnerait que sur un objectif précis, un actionnaire minoritaire n'a...

à écrit le 27/09/2020 à 18:30
Signaler
Deux observations : la FAA n'est plus neutre politiquement, et donc ça serait trop drôle qu'il se crashe avec ! Sans bobos bien sûr.

à écrit le 27/09/2020 à 11:02
Signaler
Paix à son âme..

à écrit le 27/09/2020 à 10:00
Signaler
Si le président essaye l avion, à quoi servent les employés de la FAA ? Il a pas confiance ? Il veut faire de la pub à Boeing ? Ce genre d’annonce est démagogique ! De toute façon personne n’en veut plus de ce cercueil volant ! Adieu Max !

à écrit le 27/09/2020 à 6:29
Signaler
pfff, c'est pas forcément les chefs les plus compétents pour les tâches d'expertise! c'est même rarement le cas...

à écrit le 27/09/2020 à 6:01
Signaler
Rohhh, la grosse ficelle. Croit t-il en admettant que son vol soit un succes que les voyageurs potentiels ne se mefieront pas ? Ce zinc est un fer a repasser.

à écrit le 26/09/2020 à 18:57
Signaler
IL y a sur youtube un ancien pilote de rafale francophone (canadien-fr) dont je suspecte la mission financée par Boeing et ou la cia : redonner confiance en ce 737 max. Il a révélé recemment etre pilote de ligne sur cette version, maintenant qu'il a...

à écrit le 26/09/2020 à 18:05
Signaler
Courageux ou téméraire ? Avec ses 2 énormes réacteurs sous les ailes et proéminents sur l'avant, cet avion ne fait pas "centré", pas équilibré. Les réacteur s donnent l'impression de le tirer vers le bas. Avec 4 réacteurs plus petits, ce serait un ...

à écrit le 26/09/2020 à 13:42
Signaler
L'avion boeing 737 max extrapolation 4 eme generation d'un modèle des années 1970 est aerodynamiquement loupé . Pour masquer le problème plutôt que de le résoudre on passe par' le logiciel avec un risque résiduel acccepté , pire avec un secours manu...

à écrit le 26/09/2020 à 10:24
Signaler
Si tous les pilotes de tous pays avaient été formés à l'utilisation (et existence) du système anti-décrochage, deux drames auraient peut-être été évités mais ça serait resté en l'état (techniquement). Ça coûte cher la formation.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.