Qui sera le nouveau pacha de Naval Group ?

 |   |  607  mots
Qui va prendre la succession d'Hervé Guillou ?
Qui va prendre la succession d'Hervé Guillou ? (Crédits : Franck Dunouau via Wikipedia (CC BY-SA 4.0))
Entre le favori Pierre-Eric Pommellet et Benoït Ribadeau-Dumas, il y a encore une légère incertitude. D'autant qu'Emmanuel Macron pourrait surprendre tout le monde avec une troisième personne surprise...

Qui de Pierre-Eric Pommellet (Thales) ou de Benoît Ribadeau-Dumas (Matignon) prendra la succession d'Hervé Guillou à la fin du mois de février ? Ou bien une troisième personne surprise comme l'aime tant Emmanuel Macron, qui a l'habitude de surprendre tout son monde, sera-t-elle nommée au finish ? Selon nos informations, rien ne semble encore définitivement joué comme l'écrit justement Challenges. Et la fumée blanche ne s'est pas encore élevée au-dessus de l'Elysée même si, selon l'hebdomadaire, l'Agence des participations de l'Etat (APE) a choisi le directeur général de Thales.

Une chose est sure, l'issue est imminente : un comité des nominations chez Naval Group a été convoqué vendredi matin avec comme ordre du jour un point d'avancement sur la succession d'Hervé Guillou, qui est lui reçu à 8h00 vendredi par Florence Parly. Dans le dossier envoyé, aucun nom n'apparaissait encore selon des sources concordantes. Enfin un Conseil restreint de défense se tient également à 9h00 à l'Elysée.

Une arrivée compliquée ?

Si Pierre-Eric Pommellet, dit PEP, a toute l'expertise et l'envergure pour diriger Naval Group, sa nomination en froisse plus d'un. A commencer par le PDG de Thales Patrice Caine, qui ne souhaitait pas lâcher son numéro deux compte tenu des futurs enjeux importants pour le groupe. C'est aussi le cas de Dassault Aviation, qui ne souhaitait pas non plus ce départ en tant qu'actionnaire industriel de référence de Thales. Enfin, last but not least, le corps social de Naval Group pourrait avoir vraiment du mal à accepter l'arrivée d'un Thalésien à la tête du groupe naval. Bref, il faudra tout le talent de persuasion de Pierre-Eric Pommellet pour se faire accepter par Naval Group.

Les syndicats Unsa et CFE-CGC de Naval Group ont bombardé un communiqué très clairement contre l'arrivée de Pierre-Eric Pommellet. lls dénoncent "le comportement de l'actionnaire Thales qui dispose de droits bien supérieurs à son poids actionnarial (35%), freine la stratégie de développement et de coopération européenne de l'entreprise dès lors qu'elle ne sert pas la sienne et pire encore se place régulièrement en concurrence de sa filiale Naval Group sur les offres export, comme encore récemment sur la consultation pour les Pays-Bas". Dans ces conditions, "les personnels de l'entreprise ne comprendraient pas que la succession du PDG actuel, Hervé Guillou, soit l'opportunité pour Thales de positionner un outil industriel de souveraineté comme Naval Group en situation de dépendance vis-à-vis d'un équipementier".

Une page se tourne chez Naval Group

En tout cas, une page se tourne pour Naval Group. Le mandat d'Hervé Guillou, qui a été renouvelé par décret du président de la République le 13 février 2015, s'achève en mars 2020. Et le PDG de Naval Group, atteint par la limite d'âge, aura 65 ans le 24 mars prochain. Son successeur sera rémunéré 450.000 euros max, le plafond maximum légal mis en place par François Hollande en 2012. La rémunération d'Hervé Guillou se décompose ainsi : 303.600 euros par an pour la part fixe et une part variable pouvant aller jusqu'à 146.400 euros.

En outre, le bras droit d'Hervé Guillou, Fabien Menant, quitte lui aussi le groupe et va rejoindre Safran le 1er février en tant directeur des affaires institutionnelles auprès d'Alexandre Ziegler, directeur international et relations institutionnelles, membre du Comité exécutif. Auprès d'Hervé Guillou, il occupait les fonctions de directeur des affaires publiques et des relations internationales, ainsi que de directeur de cabinet du PDG. Il s'est notamment occupé des grandes campagnes export Australie, Belgique ou Roumanie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2020 à 13:22 :
Pourquoi ne parle t on pas de Benoit ? il a laissé un bon souvenir à Thalès (coté TUS) lui aussi
a écrit le 23/01/2020 à 18:32 :
Regardez le bien, il est juste très pertinent. Notamment dans le domaine.... naval !!
a écrit le 23/01/2020 à 17:06 :
quel est le CV industriel de Ribadeau-Dumas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :