"Notre souveraineté risque d’être mise en cause" (Christian Cambon, Sénat)

 |  | 1284 mots
Lecture 6 min.
"Cette crise a révélé une très forte polarisation entre les Etats-Unis et la Chine, notamment dans le domaine informationnel. C'est à prendre en compte encore plus, tout comme le domaine cyber", estime le général Philippe Lavigne, chef d'état-major de l'armée de l'air et de l'espace.
PARIS AIR FORUM. Comment développer la résilience et l’autonomie stratégique de la filière défense ? A l’heure où la pandémie de Covid-19 expose le secteur, notamment aéronautique, à une violente crise, et où le tissu fragilisé de l’industrie de souveraineté se heurte à des difficultés de financement bancaire, cette question est cruciale. Elle a réuni Christian Cambon, président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées au Sénat, le général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’Air et de l’Espace ainsi Patrice Caine, PDG de Thales, et Elie Girard, directeur général d’Atos, autour d’un débat lors de la septième édition du Paris Air Forum, organisée par La Tribune.

L'industrie de défense n'est pas épargnée par la crise sanitaire. Mais elle résiste bien mieux que les entreprises ayant une activité majoritaire dans l'aéronautique civile comme Airbus ou Safran. "Nous avons connu la crise de la demande, avec un trafic aérien quasiment à l'arrêt au niveau mondial, et aussi une crise de l'offre, en particulier pendant le confinement très strict. Néanmoins, nous avons été capables de maintenir la continuité des opérations critiques, pour la défense notamment", constate Patrice Caine, PDG de Thales lors d'une table-ronde dans le cadre du Paris Air Forum organisé vendredi par La Tribune. De fait, son modèle économique permet au géant de l'aérospatial d'amortir beaucoup mieux les chocs.

"Nous sommes assis sur un socle technologique transverse et puissant, qui s'appuie sur 30.000 ingénieurs et nous permet de servir différents marchés", affirme-t-il. Autre clé importante, "une très grande répartition géographique de notre chiffre d'affaires, dont les trois quarts sont réalisés hors de France. Enfin, la moitié des contrats du groupe s'élèvent à moins de 10 millions d'euros". Une situation qui "donne une grande résilience au groupe", analyse le patron de Thales.

Vulnérabilité de la supply chain

Si certains poids lourds comme Thales ou Atos se montrent résilients, le défi pour la filière est de préserver la base industrielle et technologique de défense (BITD) et ses entreprises de la supply chain qui, elles, sont plus vulnérables. "A...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2020 à 9:52 :
Vous parlez de souveraineté, alors que les français ne sont même pas souverain dans leur pays... certain "défendent leur actionnaire" sans doute!
a écrit le 23/11/2020 à 9:15 :
Heu les gars il serait temps de s'affoler ! Vous avez vu les hurluberlus que nous avons à notre tête !? Quelques jolies espionnes russes ou chinoises et en quelques jours elles ont les codes de la frappe nucléaire française hein... -_-

Pour ma part je suis inquiet depuis bien plus longtemps pour notre souveraineté et notre nation, et profondément inquiet.
Réponse de le 29/11/2020 à 8:35 :
aux non de la mondialisation nos dirigeants en france ont tout vendu
deja incapable de construire l'europe
et d'assurer a la france et aux francais leur souveraineté
puisque meme nos lois sont inféodé a bruxelles
leur folie des grandeurs est qu'il sont dans l'idee que les autres nation sont dans le meme délire
alors que tous protege leur nation et leur industrie
et que la france ne protege que sont tourisme
et un petit peut sont agriculture

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :