Pourquoi la nomination de Florence Parly au ministère des Armées fait grincer les dents

L'arrivée de Florence Parly, une spécialiste des dossiers budgétaires, au ministère des Armées suscite des interrogations. En outre, son mari Martin Vial est Commissaire aux participations de l'Etat.
Michel Cabirol

3 mn

(Crédits : CHARLES PLATIAU)

Décidément Emmanuel Macron aime bien jouer avec les militaires et les industriels de la défense. Après avoir déniché Sylvie Goulard, c'est au tour de la très inattendue Florence Parly de se glisser dans le treillis de ministre des Armées. Personne n'avait pronostiqué son arrivée à l'Hôtel de Brienne, les noms les plus fréquemment cités étant Jean-Pierre Raffarin, président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, Arnaud Danjean, député européen (Les Républicains) spécialiste des questions de défense, les députés de La République en marche, Gwendal Rouillard et Jean-Jacques Bridey, spécialistes également des questions de défense ou encore Xavier Bertrand, président du conseil régional des Hauts-de-France.

Mais ce qui surprend le plus dans cette nomination dans la communauté industrielle de la défense, c'est que Florence Parly est à la ville l'épouse de Martin Vial, qui n'est autre que le patron de l'Agence des participations de l'Etat (APE) depuis août 2015. Certains avancent qu'on n'est pas loin du conflit d'intérêt entre une ministre chargée de signer des commandes aux groupes de défense et l'APE chargée de gérer le patrimoine de l'Etat. En outre, l'Agence est notamment actionnaire de la plupart des groupes de défense français (Airbus, DCI, DCNS, Nexter, Safran, Thales), Martin Vial siégeant même au conseil d'administration de Thales. Cette nomination soulève quelques interrogations dans la communauté industrielle de la défense... A suivre.

Une budgétaire aux armées

La prise de fonctions de Florence Parly, révélée par Lionel Jospin et inconnue des milieux de la défense, surprend dans les rangs de militaires déjà échaudés par le passage-éclair de l'ex-eurodéputée Sylvie Goulard, qui a préféré démissionner mardi face à l'enquête visant son parti, le MoDem. La nouvelle ministre va faire ses premiers pas vendredi au salon du Bourget où elle va être scrutée. Emmanuel Macron a promis d'atteindre l'objectif des 2% du PIB pour la Défense en 2025 (un budget de plus de 50 milliards d'euros, hors pensions, hors surcoûts des opérations extérieures et hors service national).

Mais les plus sceptiques redoutent un report de l'effort en fin de période, alors que les militaires ne cessent de souligner l'urgence d'une hausse des financements. En 2017, le budget du ministère s'élève à 32,7 milliards d'euros, dont 250 millions issus de recettes exceptionnelles (0,8% du budget), notamment générées par les cessions immobilières. Pour le député (Les Républicains) François Cornut-Gentille, spécialiste des problématiques financières de la Défense, "c'est Bercy qui pilote désormais le ministère de la Défense".

Pour autant, pour les plus optimistes, les compétences de Florence Parly, spécialiste des questions budgétaires, pourraient être un atout précieux dans les négociations toujours musclées entre la Défense et Bercy. "Ce n'est pas un match cordial, il n'y a pas de solidarité gouvernementale, et le Défense est toujours la cible silencieuse dès qu'il s'agit d'arbitrages", avait récemment expliqué Jean-Pierre Raffarin auteur d'un rapport intitulé "2 % du PIB pour la défense". Dès son arrivée au ministère des Armées, Sylvie Goulard avait pu mesurer la bataille qui l'attendait en découvrant des gels de crédits à hauteur de 2,7 milliards d'euros pour 2017.

Michel Cabirol

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 24/06/2017 à 20:57
Signaler
en tout cas Casa, il passe plus la visite médicale de sous marinier... il est bien loin le PAT56

à écrit le 24/06/2017 à 9:16
Signaler
Il fait bien comprendre que notre arme, nous coute tres chere, mais il a y des choix à faire , soutenir nos industrie de defence sur le territoire nationnales, et assurer la sécurité des francais, en France comme à l'étranger..... Maintenait certain...

à écrit le 23/06/2017 à 18:24
Signaler
Les médias ont déjà trouvé un nouvel os à ronger parmi les nouveaux ministres ! décidément ce pays devient ingouvernable et la voie s'ouvre un peu plus aux extrêmes mettant la démocratie en danger.

à écrit le 23/06/2017 à 17:21
Signaler
Depuis la démission du Général de Gaulle, il me semble (à vérifier) que les postes de Président de la République et de Ministre des Armées n'ont été tenus que par des civils et non pas par des militaires. En outre, madame Michelle Alliot-Marie avai...

à écrit le 23/06/2017 à 15:44
Signaler
Moi qui ne connais rien à pas grand chose, je m'étais dit il y a un mois lorsqu'il s'est agi de former un gouvernement: tiens ce serait bien qu'il fasse monter ministre l'ancien directeur de cabinet de Le Drian qui dixit les commentateurs était un gr...

à écrit le 23/06/2017 à 15:07
Signaler
c"est là que l'on voit que les ministres ne sont que des figurants à la defense le mini serait d'avoir une personne competente surtout que le PRESIDENT ,chef des armées n'a meme pas fait de service militaire

le 24/06/2017 à 9:19
Signaler
Mais chaque jours de moins én moins de francais on fait leur service militaire.... Des choix politique on été fait sans referumdum

le 25/06/2017 à 18:21
Signaler
J'ai fait mon service militaire mais cela ne m'a donné aucune compétence et certainement pas celles pour être Ministre de La Défense. Sarkozy a servi avec pour arme fatale une cireuse électrique, cela n'a pas dû lui être très utile non plus pour deve...

à écrit le 23/06/2017 à 13:49
Signaler
On devrait faire payer par l'UE notre protection nucléaire ainsi que certaines opérations extérieures qui ne protègent pas uniquement la France mais aussi les autres pays européens, notamment celles concernant la lutte contre le terrorisme, Mali , Ni...

à écrit le 23/06/2017 à 12:08
Signaler
"Une spécialiste budgétaire au ministère des armées" : qui s'occupera de stratégie militaire, E. Macron himself?

le 02/08/2020 à 10:09
Signaler
Bonjour De tout temps le nerf de la guerre a été le financement des armées.. La compétence,on la laisse aux professionnels quant au budget pour satisfaire aux exigences des technologies avancées,c'est "une autre paire de manche"

à écrit le 23/06/2017 à 11:17
Signaler
Cote conflit d intérêt......les macron's boys and girls.....vont baigner dedans sans limite....... Quant a l efficacité et a la pertinence des reformes, j en doute de plus en plus..... Sans parler de la simplification......de la législation, et du ...

à écrit le 23/06/2017 à 9:18
Signaler
Il faut juger sur les actes et sur les faits. La défense a aussi besoin de bonne gestion... alors pourquoi pas. Qui vivra verra.

à écrit le 23/06/2017 à 8:53
Signaler
Des crédits pour l'armée c'est moins de fric pour les plus démunis

le 23/06/2017 à 9:13
Signaler
Vous avez été cryogénisé dans les années 1970 et on vient de vous décongeler ?

le 23/06/2017 à 9:18
Signaler
il est vrai que les militaires ne sont pas vraiment à plaindre : ce ne sont pas des chars et des avions qui lutteront contre Daech mais bien des commandos !!!

le 23/06/2017 à 10:41
Signaler
Et c est moins de militaires dans les rues de France pour faire barrage aux terrorismes !!!il faudrait savoir ce que vous voulez ???

le 23/06/2017 à 14:32
Signaler
@mortimer: Qui dit que le budget de la défense va être utilisé pour mettre des militaires dans les rues quand la Ministre devra décider entre dépenser ses crédits pour rémunérer des soldats ou bien pour acheter des Rafales (et faire ainsi monter le c...

le 24/06/2017 à 10:39
Signaler
@Gauthier : il semblerait que vous n êtes pas au courant que l armée Française est déployée sur plusieurs zones ultra dangereuses (Mali Tchad Iran etc !!)et là il faut du matériel transports de troupes hélico ,avions ,génie ,radio etc!!! il faut auss...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.