Pourquoi Oslo a choisi l'allemand TKMS aux dépens de DCNS

 |   |  806  mots
L'allemand ThyssenKrupp Marine Systems, avec l'aide de la chancelière Angela Merkel, a gagné la compétition en Norvège en ne respectant pas le dialogue compétitif engagé par Oslo
L'allemand ThyssenKrupp Marine Systems, avec l'aide de la chancelière Angela Merkel, a gagné la compétition en Norvège en ne respectant pas le dialogue compétitif engagé par Oslo (Crédits : DCNS)
L'allemand ThyssenKrupp Marine Systems n'a pas respecté les termes du dialogue compétitif engagé avec la Norvège. Il a proposé à Oslo un achat groupé avec l'acquisition de deux sous-marins supplémentaires à la marine allemande.

Pour contrer l'offre de DCNS qui était extrêmement séduisante, l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems, avec l'aide de la chancelière Angela Merkel, a été contraint d'aller au-delà de ce que permettait le dialogue compétitif norvégien. C'est-à-dire, très clairement ne pas le respecter en proposant à Oslo un achat groupé avec l'acquisition de deux sous-marins supplémentaires à la marine allemande. Bonne pioche pour les Allemands qui ont remporté le marché norvégien. "Cette offre était imbattable", explique-t-on en France, qui n'a que des sous-marins nucléaires dans sa flotte. DCNS ne pouvait donc pas proposer une offre similaire à TKMS.

C'est d'ailleurs ce que suggère DCNS dans son communiqué sans le dire très clairement : la Norvège a interrompu "le processus compétitif avant sa conclusion pour sélectionner une solution alternative sous forme d'un achat groupé intergouvernemental avec un autre pays européen (Allemagne, ndlr)" . Comme quoi la prime a été donnée à celui qui ne respecte pas l'appel d'offres. C'est d'ailleurs une réelle surprise pour un pays comme la Norvège qui était  jusqu'ici considéré comme un partenaire fiable et sérieux dans le processus des appels d'offres. La France, qui s'est battue aux côtés des Norvégiens à Narvik face aux Allemands en 1940, devra se souvenir de ce coup de poignard.

Des économies d'échelle pour la Norvège

Curieux Norvégiens. Dans les années 80, les Allemands avaient proposé ce même type d'accord aux Norvégiens. Oslo avait acheté six sous-marins Ula (type 210 allemand) mais Berlin n'avait pas confirmé par la suite son achat. En tout cas, l'offre allemande est aujourd'hui encore imbattable sur le papier. Berlin propose ni plus ni moins de partager entre deux pays les coûts d'acquisition, de développement d'un nouveau sous-marin à partir du U212, d'approvisionnement, de logistique, et des opérations aux Norvégiens. C'est-à-dire des économies et des synergies inespérées pour la Norvège.

Il faut donc être fous pour refuser une telle offre mais l'histoire bégaye de temps en temps... Oslo devra donc négocier son accord intergouvernemental au plus serré avec Berlin, qui n'avait pas de son côté prévu il y a peu de temps encore d'acheter deux sous-marins supplémentaires.

Un acteur clé Kongsberg

Entre les deux rivaux, la compétition a été âpre, dure et extrêmement serrée. Surtout depuis la gifle retentissante de TKMS en Australie, qui a sélectionné fin avril 2016 le Shortfin Barracuda de DCNS. En dépit de l'agressivité commerciale des Allemands en Norvège, considérée comme une de ses chasses gardées par le groupe de Kiel et la marine allemande, DCNS avait surmonté son retard même si l'Allemagne a frappé un grand coup en sélectionnant le missile NSM (Naval Strike Missile) de Kongsberg, l'industriel norvégien incontournable, pour les corvettes K130 de la marine. C'est le deuxième coup de pouce, qui a permis aux Allemands de l'emporter.

Les Français n'ont pas voulu entendre, ni comprendre que Kongsberg était un acteur clé. dans cette compétition, et plus précisément le système d'armes du futur sous-marin norvégien. DCNS devait travailler avec Kongsberg pour intégrer le missile anti-navire Naval Strike Missile (NSM) d'une portée de 200 km mais la France a préféré privilégié une offre avec le missilier MBDA. Et pourtant Kongsberg a développé ce missile en partenariat avec EADS (devenu depuis Airbus).

Proximité de la marine norvégienne et allemande

Dans cette compétition, DCNS a fait longtemps figure d'outsider face à TKMS avant que son offre inquiète vraiment les Allemands, qui ont compris que le groupe tricolore séduisait vraiment Oslo. Car jusqu'ici TKMS et Berlin considéraient la Norvège comme une chasse gardée, la marine norvégienne étant culturellement proche de l'Allemagne. Surtout le chantier allemand a fabriqué puis entretenu les six sous-marins Ula norvégiens (type 210 allemand) mis en service entre 1989 et 1992 et qui devraient être retirés du service autour de 2025. D'où une certaine proximité avec l'état-major de la marine norvégienne. "La Norvège et l'Allemagne entretiennent une coopération couronnée de succès", avait expliqué dans un communiqué le ministère de la Défense norvégien en mars dernier.

Et pourtant, il y avait beaucoup à redire dans cette coopération. Faut-il rappeler simplement que la marine nationale utilise 240 jours par an ses sous-marins alors que la Norvège ne peut employer ces bâtiments de fabrication allemande que 100 jours par an. Enfin, la Norvège peut s'appuyer sur la marine nationale, une marine océanique de premier rang, qui a elle aussi des missions dans le cercle arctique. Dommage pour DCNS dont l'offre va profiter à d'autres marines plus axées sur la performance de leurs sous-marins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2017 à 20:49 :
Pour se qui est des sous- marin dès que l'on pense haute mer et parcourir les océans de la planetre, il faut envisager la propulsion nucleaire.... Maintenant pour tenir un détroit ou une mer intérieure, les sous-marin conventionnelles ons certain avantage.... Maintenant notre pays a l'opportunité avec le contrat Australien de develloper des sous- marin de haute mer conventionnelle.... A nous de comblet notre retards ( s'il existe) sur la propulsion conventionnelle.... Nous avons un vrais savoir faire , à nous de montrer que nous somme dès acteurs fiable sur ce marché spécifique....
a écrit le 17/02/2017 à 0:00 :
Il faut rajouter qu´il ne s agit pas uniquement de la vente de 2 sous-marins a la Norvege.
En fait c est un accord de coopération de grande envergure entre les 2 pays.
Norvege et Allemagne veulent developper en commun des missiles qui équiperont pas seulement les sous marins mais tous les bâtiments de la marine allemande.
La question :pourquoi un tel accord de coopération avec la France n t il pas ete possible ?
a écrit le 06/02/2017 à 19:15 :
Encore une fois ,les allemands sont des tricheurs et ceux qui nous gouvernent sont des faibles ,à moins de convoquer l'ambassadeur de Norvège et de faire des représailles aux entreprises et biens norvégiens ,qui sont des fils de ......norvégiens! et de convoquer l'ambassadeur allemand et menacer l'Allemagne ou la chancelière de la constellation des fourmis tricheuses et arrogantes!
Réponse de le 11/02/2017 à 20:41 :
C'est pas de la triche, car la DCNS aurait pu proposer la même chose si elle le pouvait, mais elle ne le pouvait pas. Personne ne l'en empêchait.
a écrit le 06/02/2017 à 7:58 :
Je ne connais pas la proposition de DCNS mais "....explique-t-on en France, qui n'a que des sous-marins nucléaires dans sa flotte", il ne me semble pas que la France ait vendu des sous marins nucléaire à l'Australie ? Je me trompe ?
a écrit le 05/02/2017 à 10:40 :
"la Norvège a interrompu le processus compétitif avant sa conclusion". Tout acheteur a toujours cette possibilité qui n'a rien d'anormal. Un appel d'offre sert à évaluer les offres sur un cahier des charges défini. Rien n'empêche les fournisseurs de faire oeuvre d'imagination pour comprendre les besoins et mieux servir le client. C'est du classique. Pas besoin de remonter en 1940.
a écrit le 05/02/2017 à 0:28 :
Je pense que l'offre allemande était meilleur et correspondait mieux à la Norvège, simple non??
Réponse de le 05/02/2017 à 18:33 :
@Toto

meilleure offre....Il en pense quoi Poutine , avec ses sous marins nucléaires ultra silencieux face aux volkswagen de TKMS.....Avec du matos pareil l'Europe de la défense se renforce sérieusement face au Zimbabwe.
a écrit le 04/02/2017 à 22:13 :
Mr Cabirol, la marine allemande a decidé en 2016 qu'elle voulait étendre la flotte sous-marine à 8 bateaux avec entré en service de 2 bateaux supplémentaires fin des années 2020s. Vous devriez rechercher correctement vos informations et ne pas oublier ces petits détails. C'est trés facile de toujours crier cocorico et monter vos lecteurs contre l'Allemagne. D'ailleurs l'industrie française est trés bien connectée avec l'état. Et cela dans tous les domaines. Bon courage.
Réponse de le 05/02/2017 à 13:13 :
Bonjour Mr Steinbach, J'ai pourtant épluché les rapports du Bundestag et je n'ai pas vu trace d'un tel achat.Par ailleurs, j'ai simplement dit que les Allemands avaient bien joué le coup. De là à dire que je monte les lecteurs deLa Tribune contre l'Allemagne, je vous laisse la paternité de vos propos. Félicitations à l'Allemagne pour sa victoire.
Réponse de le 05/02/2017 à 14:41 :
Mr. Cabirol, c'est justement ça que je déplore. Vous montez la compétition entre deux entreprises (DCNS c'est l'état français, c'est vrai) à une compétition entre la France et l'Allemagne. C'est trés dommage de toujours voir sous-entendu que l'Allemagne n'est pas fairplay alors que c`est bien connu que l'état français est le premier à intervenir dans tous les domaines de l'industrie. Concernant le fairplay je vous dis pas. A vous croire l'industrie allemande n'est pas compétitive et dépend des interventions étatiques. Et je crois qie ce n'est pas faux de dire que le contraire est le cas. Sur cette base j'évalue la séléction de TKMS. Que l'état allemand en profite pour commander ces 2 sous-marins fait du sens pour le contribuable allemand et le projet norvégien. Voilà. Bon courage. Cordialement. RS
Réponse de le 05/02/2017 à 17:46 :
L'internet est parfois une source d'information assez abondante. On peut y trouver le rapport du mois d'octobre 2016 de la commande de deux sousmarins de la classe 212A supplémentaires par la marine allemande http://t.kn-online.de/News/Aktuelle-Politik-Nachrichten/Nachrichten-Politik/Ministerium-Marine-erhaelt-bis-2030-zwei-weitere-U-Boote. Le plan d'origine de 12 unités a été réduit en 2011 à 6 unités, ce qui est maintenant considéré comme insuffisant.
Réponse de le 06/02/2017 à 8:29 :
Mais bien sûr que l'Etat allemand est intervenu pour faciliter la vente des sous-marins norvégiens. Ce n'est pas TKMS seul qui a pu proposer cette offre imbattable à la Norvège. Mais encore une fois félicitations à l'Allemagne et à TKMS.
Réponse de le 06/02/2017 à 19:23 :
On a le droit de défendre les intérêts français ,et nous ne sommes pas sous occupation allemande ,que je sache , comment avez vous l'audace et l'arrogance d'essayer d'intimider un journaliste français ,je rêve , oui les allemands sont des tricheurs dans tous les domaines ,et IL FAUT QUE LE MONDE LE SACHE . On va vous faire de la pub ,mais sachez qu'il y a des patriotes français qui quand ils seront au pouvoir ,vont rendre à la France sa grandeur et punir l'Allemagne ......
a écrit le 04/02/2017 à 20:54 :
Disons que cet échec est lié à notre fiabilité douteuse à honorer des contrats d’armements. Mr Hollande a ouvert le bal.
Réponse de le 05/02/2017 à 12:32 :
@Benoit

Avec des propos pareils ,il va être difficile d' expliquer le record de vente d' armes...bon courage !
a écrit le 04/02/2017 à 20:32 :
La concurrence libre et non faussée.
a écrit le 04/02/2017 à 12:04 :
Je vais abonder dans le sens d'autres commentateurs : cela ne me semble pas juste de faire nos "mauvaises têtes" parce que TKMS a réussi à vendre ses sous-marins.
On n'est pas dans un dénouement qui serait injuste : en mutualisant son achat avec les norvégiens, l'Allemagne a proposé un deal gagnant-gagnant. Certes, DCNS n'avait pas cette corde à son arc, mais chacun doit jouer avec ses atouts!
Par ailleurs, TKMS a dû mettre toutes ses forces dans cet appel d'offres, pour oublier l'échec en Australie, et aussi préserver l'avenir de la société.
L'Australie à DCNS, la Norvège à TKMS, je préfère dans ce sens-là que l'inverse.

A la limite, je suis beaucoup plus critique sur l'achat de F-35 par la Norvège qui pour le coup s'est fait en dépit de toute logique.
a écrit le 04/02/2017 à 11:15 :
Les français ont une pathologie. Un tropisme national "cocorico" de village gaullois qui n'a pas cours mais qu'ils refusent d'admettre. Il y a du déni de réalité, insuportable. Ainsi, en les laissant dans leurs illusions les concurents deloyaux ou loyaux s'ont achetés.
Ainsi va le monde et la France qui s'étonne. Sans espoir, bien fait pour nous !
Réponse de le 24/02/2017 à 22:58 :
Oui les francais ont une pathologie: Leur manque de patriotisme.
Voyez les anglos saxons ou les allemands, chez eux c'est: Bad or wrong my country.
Dommage que des gens comme vous ne lÄaient pas compris.
a écrit le 04/02/2017 à 10:34 :
Vrai mais lamentable.
Pour masquer leurs renoncements et leur quête de confort, nos élites sont les rois de la stase et habillent toutes leurs positions d'une immuabilité principe qui n'est que la leur.
On renonce à la souveraineté en échange de paroles et de traités qui ne seront de toute manière invoqués, reconnus ou rappelés qu'à notre détriment. Le monde entier sait qu'il suffit de promettre à nos "grands" dirigeants une sur-représentation à la tête d'instances de façade pour obtenir de notre pays les pires abandons.
Malheureusement on ne change pas une équipe qui gagne... et nos industriels doivent se battre souvent contre tous.
a écrit le 04/02/2017 à 10:32 :
"Les Français n'ont pas voulu entendre, ni comprendre que Kongsberg était un acteur clé. dans cette compétition". donc raison tout a fait logique pour la Norvège de choisir le sous marin "compatible" dont la mission principale est bien de transporter des missiles, leurs missiles.
Par ailleurs la bataille de Narvik ne concernait la Norvège qu accessoirement. Il s agissait d empecher l embarquement de minerais de fer provenant de Kiruna en Suede, la principale source d´approvisionnement pour l Allemagne a l´epoque.
Réponse de le 04/02/2017 à 11:42 :
Je pense que les nazis voulaient surtout récupérer l' eau lourde (oxyde de deutérium) composante à la fabrication de la bombe atomique, que les Norvégiens fabriquaient en grande quantité .
a écrit le 04/02/2017 à 9:33 :
Zidanisme.
a écrit le 04/02/2017 à 9:26 :
Normal ! Une page se tourne dans nos relations avec ce pays et un rapprochement avec l'Allemagne via un marché plus intéressant semble la bonne stratégie à long terme. Ou sera la France dans 10 ans ?
"n'a pas respecté les termes du dialogue compétitif" ? Ha bon il y a un "respect" chez les vendeurs d'armes ?
a écrit le 04/02/2017 à 8:25 :
C'était couru d'avance. L'Allemagne c'est presque "la porte en face".
a écrit le 04/02/2017 à 2:29 :
pourquoi? et bien par ce que Berlin subventionne ses exportations et surtout dans le militaire rien de bien neuf
a écrit le 04/02/2017 à 0:14 :
Merci à l'auteur pour cet article chauvin mais réaliste, ça fait du bien.
Malgré la défaite bravo à nos industriels qui arrivent à être très compétitifs sur des domaines aussi hautement technologique et stratégique que ces marchés là.
en souhaitant beaucoup de réussite dans les futurs appels d'offres des marchés de l'armement, pour soigner l'indépendance de la France, et accessoirement sa balance de commerce extérieur.
a écrit le 03/02/2017 à 22:40 :
"a Norvège qui était jusqu'ici considéré comme un partenaire fiable et sérieux dans le processus des appels d'offres. La France, qui s'est battue aux côtés des Norvégiens à Narvik face aux Allemands en 1940, devra se souvenir de ce coup de poignard."

Vous y allez un peu fort la. La 2nd GM c’était il y a 80 ans maintenant. Parlez de coup de poignard ?! Heureusement que le commerce Européen, même dans les domaines stratégiques ne se base plus sur les guerres du siècle dernier. Devrions nous remontez a Trafalgar et aux guerres de religions ?
Comme vous l'expliquez très bien dans votre article l'offre Allemande etait imbattable. DCNS a fait ce qu'il pouvait. Il y a toujours un gagnant et un perdant. Restons fair play (sans etre naif evidement).
Cordialement
Réponse de le 04/02/2017 à 8:11 :
Du meme avis que vous, il devais y avoir un gagniant et un perdants.... Maintenant la DCN, dois acquérir un maximum de savoir sur la propulsion conventionnelle ( discrétion, efficacité,rendement énergétique), afin de garantir de bonne machine a l'Australie et de combler ce vide technologie afin d'être le plus performent dans ce segment industriels....
a écrit le 03/02/2017 à 21:09 :
Donc on avait la meilleure offre technique mais les negociateurs étaient nuls et on essaie de masquer cette réalité en invoquant je ne sais quelle trahison ou encore le méchant bosch de retour en espérant que le nationalisme masque la médiocrité !
eh bien non ! vous devez virer les négociateurs, avec tout le pognon qu'ils ramassent ils s'en remettront !
Réponse de le 04/02/2017 à 16:40 :
Autant l'allusion à la trahison était maladroite et inapproprié dans l'article mais autant votre réflexion sur la médiocrité de nos négociateurs est ridicule. En effet, ce sont les mêmes négociateurs qui ont permis à DCNS de remporter le MEGA CONTRAT australien. Du coup, pour ce contrat Norvégien, les allemands ont été obligé de faire du dumping à outrance pour ne pas perdre ce contrat qui aurait été catastrophique pour TKMS en cas de second échec. Si les allemands ont du sortir le gros chèque pour gagner ce contrat, c'est qu'ils avaient justement très peur ! Bref, les allemands ont été obligé de subventionner leur industrie navale pour la faire continuer à vivre contrairement à DCNS qui va recevoir au moins 8 milliards de $ australiens sur 20 ans pour faire travailler ses bureaux d'études et ceux de ses sous traitants . Et DCNS n'aura pas besoin d'argent public pour innover et divertir sa gamme et surtout pourra se vanter de ne pas être subventionner lors des prochains appels d'offres qui se présenteront contrairement à TKMS ;). Car nous au moins, on gagne nos appels d'offres par la qualité de nos produits !
Réponse de le 04/02/2017 à 19:57 :
Et alors ? bon un jour, bon toujours ?
Il ne s'agit pas de sub-ventionner mais faire bénéficier d'un effet de série.
Ils auraient put tout autant le proposer en ayant plus d'un seul client...
Les sous marins sont conçu par une firme allemande évidement que l'état allemand participe comme l'état-actionnaire francais au developpement de ses entreprises d'armement. Votre remarque est vaine.
Ils n'ont pas d'autres clients potentiels pour cette gamme de sous marin ?
Quant au choix de l'australie tout le monde sait que l'equipement des sous marins par des systèmes US fut determinant, que la taille correspondait aux études deja faites car correspondant à des sous marins achetés par l'etat francais. Ce qui entre parenthèse revient exactement à la meme chose, il s'agit de dérivées des sous marins francais donc d'une autre forme d'achat groupé qui rend l'offre compétitive.
Ne nous leurrons pas, si les US avaient fait une proposition on l'aurait eut dans l'os. L' australie étant une pièce maitresse du monde anglo-saxon (la thalasso cratie) dans la stratégie air-sea battle face à la chine...
a écrit le 03/02/2017 à 20:34 :
Allons, allons, les Allemands ont parfaitement bien joué. Il faut arrêter de céder au syndrome du pseudo bon élève sans imagination comme un certain Bertrand DELANOE, maire de Paris, qui a perdu par candeur les Jeux Olympiques au profit de Londres... Le bon élève, c'est celui qui gagne son concours, pas l'oie blanche.
a écrit le 03/02/2017 à 19:55 :
"Mais la France a préféré privilégié une offre avec le missilier MBDA" plutôt que le missile Naval Strike Missile norvégien. Comme si les norvégiens allaient choisir un sous-marin qui ne lance leur propre missile. Inutile d'aller plus loin ! Maintenant est ce que DCNS avait la capacité financière de travailler à l’intégration de 2 types de missiles celui de MBDA (Exocet) et celui Kongsberg (NSM) ?
a écrit le 03/02/2017 à 19:52 :
Quand je pense aux cris d' orfraies par les économistes, courte vue...au moment ou la SNCF a acheté des trains Alstom , et là Merkel qui se prend deux sous marin et pas pour le même prix , j' espère que cela ouvrira certaines consciences et qu' il ne faut surtout pas avoir des scrupules....
a écrit le 03/02/2017 à 18:22 :
comment voulez vous faire l europe de la défense avec des commentaires pareilles le contrat a été gagné part une entreprise europeénne ; il ni a pas de coup de poignard.
Réponse de le 03/02/2017 à 19:16 :
Mais pourquoi faut-il faire à tout prix faire l'Europe de la Défense? C'est une obsession décidément chez vous al 01...
a écrit le 03/02/2017 à 17:24 :
... il y a sans doute en filigrane le fait que les Allemands se font forts d'imposer les mêmes sous-marins à la Pologne dont la flotte sous-marine est sous commandement allemaqnd (pardn : polono-allemand) ... et pourquoi pas à terme, dans un cadre post-OTAN, aux Pays-Bas et à la Suède (Kockums appartient à l'allemand TKMS) : soit un modèle unique, sur la base du U-212, construits soit pas TKMS soit par Kockums, au choix des pays, avec quelques équipements Kockums pour faire l'affaire...
Quant au contrat Australien, il n'est pas certain que cela soit une affaire, car les sous-marins seront construits par les - inaptes en matière de sous-marins -
chantiers australiens (voir la classe Collins et les déclarations du Premier Ministre australien il y a quelques années) avec des équipements US qui plus est : s'il devrait aboutir, ce pourrait devenir un contrat plutôt empoisonné. De plus, qui croit que l'Australie va se munir de douze sous-marins modernes devenant ainsi la deuxième flotte sous-marine au Monde, après les USA et devant le Japon ?!?
Réponse de le 04/02/2017 à 10:21 :
Il y a longtempq que Kockums n'appartient plus à TKMS mais est redevenu suedois en passant chez SAAB pour, de mémoire 36 millions d'euros.
Réponse de le 06/02/2017 à 10:26 :
Kockums n'est plus sous le contrôle de TKMS depuis 2014, exact. Au temps pour moi.
a écrit le 03/02/2017 à 17:21 :
Le contrat était plie d'avance. Pourquoi perdre son temps....ceci étant comme l'Europe édicte des règles sur les marchés publics très strictes, il est étonnant que l'Allemagne s'en exonère mais il est vrai que c'est Merkel qui mène la danse alors....et puis d'ici que ces engins soient livrés Dame Le Pen sera peut être à la tête de la France. Aussi avoir acheté des armes à un pays presque "faschiste" cela aurait fait tâche. Il vaut mieux s'adresser à un pays anciennement faschiste devenu le parangon de la vertu démocratique mercantiliste c'est mieux....
Réponse de le 03/02/2017 à 19:30 :
Détrompez-vous, si les Allemands ont changé les règles du jeu, c'est que DCNS leur a diablement fait peur...
a écrit le 03/02/2017 à 15:47 :
Effectivement la collaboration entre la Marine Royale Norvégienne et la Kriegsmarine a été très effective entre mars 1940 et mai 1945. Mais pendant cette période un certain nombre de Norvégiens que je connais étaient plutot actifs dans les Joint Royal Marines;
des commandos composés de Norvégiens et d'Ecossais ( dont un de mes oncles ).
a écrit le 03/02/2017 à 14:51 :
Soit c'était autorisé dans le règlement de l'AO, et auquel cas il n'y a rien à dire. Soit ça ne l'était pas, et ça se termine dans une cour d'arbitrage à Genève ou ailleurs.
La réaction mesurée de DCNS me fait dire que ça pouvait l'être.
Pour le reste, c'est l'affaire des Norvégiens à qui on a bien eu raison de mettre une branlée au hand.
a écrit le 03/02/2017 à 13:22 :
Ce contrat, les allemands ne pouvaient pas le perdre. Car si TKMS le perdaient, cela aurait signifié l'arret de mort des chantiers navals germaniques. Du coup, Merkel a donné le coup de main qu'il fallait en proposant aux Norvégiens de co-financer le dévelloppement de ce sous-marins en commandant 2 autres pour sa propre marine. Donc, c'est une manière de subventionner son cnostructeur. Inutile d'en vouloir aux allemands, on aurait fait pareille si on avaitt été au pied du mur et si on en avait eu la possibilité. De toute manière, le savoir faire français en construction de sous marin est déjà preservé avec le MEGA Contrat australien.
Réponse de le 03/02/2017 à 15:31 :
Donc nous avons perdu l'occasion de faire disparaître un concurrent. J'espère que DCNS va faire le plus de ramdam possible afin de mettre ce contrat en difficulté ou, au moins, afin de retarder l'exécution du contrat.
Les Allemands n'hésitent pas à utiliser tous les moyens pour arriver à leurs fins alors je ne vois vraiment pas pourquoi nous ne devrions pas en faire autant.
Réponse de le 04/02/2017 à 16:52 :
@Scipion, les contrats d'armements n'obéissent pas aux règles du droit internationale. Libre à tout pays de d'arrêter le processus de l'appel d'offre comme bon lui semble ou d'organiser des appels d'offres bidons sachant que le gagnant est connu d'avance et cela même si des pigeons se précipitent naïvement pour présenter leur produit afin de jouer le rôle de lièvre. Certes, l'appel d'offre Norvégien était sincère et franc mais quand TKMS a senti qu'ils pouvaient encore perdre ce marché suite au gadin australien , alors ils ont du crié au secours à Angela pour qu'elle vienne commander en catastrophe 2 sous marins supplémentaires afin que l'Allemagne prenne en charge les frais de développement du sous marin Norvegien ! Et devant une telle offre, il est clair que les Norvégiens ne pouvaient plus refuser et qu'il était inutile et irrespectueux de donner de faux espoirs à DCNS en continuant de négocier dans le vide sachant que la décision était prise. Je trouve plutôt la position norvegienne est honorable et honnête contrairement aux polonais qui nous ont roulé dans la farine.
Réponse de le 05/02/2017 à 19:58 :
à Jason Bourne: Tous les contrats, même militaires, obéissent au droit. Souvenez-vous des rebondissements concernant la fourniture d'avions ravitailleurs à l'US Air Force. Les autorités Américaines ont été obligées d'annuler le contrat à deux reprises en raison d'irrégularités.
Par ailleurs votre post va plutôt dans mon sens: S'il n'y a pas de règles de droit à respecter alors n'hésitons pas à utiliser tous les moyens possibles pour que ce contrat soit difficile à exécuter.
a écrit le 03/02/2017 à 13:03 :
Et la France accueille à bras ouverts Norvegian Airlines avec l 'aide des hauts fonctionnaires Français, , ambassadeurs en premier .Ah ces braves Norvégiens
L'Allemagne n'a pas changé : elle écrase la France avec l' accord d'Angela et la complicité des Français qui ont la " trouille" d'être patriotes . Les Allemands , jamais .
Réponse de le 03/02/2017 à 14:50 :
C...on est, C.. on reste. Les Français ne sont vraiment pas nationalistes en matière économique contrairement à pas mal d'autres dont les Allemands.
a écrit le 03/02/2017 à 12:39 :
Alors ça c'est vraiment le plus petit des arguments :
"La France, qui s'est battue aux côtés des Norvégiens à Narvik face aux Allemands en 1940, devra se souvenir de ce coup de poignard"

Il faudrait que les choix des nations concernant leur armement se conforme aux alliances de la seconde guerre mondiale ? sans blagues... n'importe quoi !

C'était deja plus ou moins clairement exprimé, dans le cadre de la vente d'hélicoptères à la pologne. Qui a du apprécié sachant avec quel courage on les a protégé de l'emprise russe! Quand on est on, on est on...
Réponse de le 03/02/2017 à 16:12 :
Exactement ce que je me suis dit en lisant l'article. Ca sent mauvais cette remarque.
Réponse de le 03/02/2017 à 17:18 :
tout à fait d'accord. C'est rance...
Réponse de le 03/02/2017 à 19:14 :
Bonjour la France des Bisounours (Alder, Jeff et Pedro). C'est vrai qu'en changeant les règles du jeu, les Norvégiens sont trop, trop friendly. On appelle ça un coup de poignard, Adler, ou alors je suis trop on, hein Adler. Bref la Première ministre norvégienne est venue en France papoter mercredi avec Bernard Cazeneuve, Premier ministre, et n'a pas été capable de lui avouer que la Norvège avait choisi l'Allemagne. Quelle classe, quel courage... Quand on commente, il faut être un peu au jus et pas raconter n'importe quoi Alder. Quand on est on, on est on...
Réponse de le 04/02/2017 à 8:13 :
lez totoff i sait tout il a tout vu tout compris lui SAIT. humm quelle prétention chez totoff. Enseignez nous votre grand savoir à nous bisounours comme vous dites.
Réponse de le 05/02/2017 à 13:09 :
Merci ce n'est pas faux....
a écrit le 03/02/2017 à 12:35 :
Peut-être les norvégiens font plus confiance aux Allemands de remplir le contrat signé et il préfère la qualité allemande. L'histoire récente leur donne raison.
Réponse de le 03/02/2017 à 13:53 :
Qualité allemande? En terme d'armement il y a pas de comparaison...

La France est l'une des seules nations (US, Russie, Chine) a pouvoir construire, aussi bien des porte avions, sous marins, avions de chasse, missile, dissuasion nucléaire, etc...

Contrairement à l'Allemagne la France est souveraine et indépendante
Réponse de le 03/02/2017 à 20:49 :
@Toto
Encore un inculte qui croit que la qualité allemande est partout. Désolé mais il y a certains domaines de l'industrie où la France est très réputée, ne vous en déplaise.
Réponse de le 04/02/2017 à 10:25 :
Il n'y a qu'à voir le niveau de disponibilité de l'armée allemande pour comprendre que la Deutcsh Qalität n'a plus cours en phse de MCO
a écrit le 03/02/2017 à 12:23 :
J'aime bien le chauvisme à la Française : quand la France a remporté le méga contrat en australie c'est cocorico ... on n' a jamais entendu des cris de colère des allemands .

mais ici quand elle perd on sort l'excuse bidon comme quoi : " L'allemand ThyssenKrupp Marine Systems n'a pas respecté les termes de l'appel d'offres norvégien "

mais vous croyez vraiment que les techniciens à la marine norvégienne ne testent pas avant de commander ??
Réponse de le 03/02/2017 à 12:45 :
Vous devriez apprendre l'allemand. TKMS a hurlé, cela s'est entendu jusqu'en Australie quand il a su que DCNS avait perdu. Et d'ailleurs ni DCNS en Australie, ni TKMS en Norvège n'ont encore gagné définitivement
Réponse de le 03/02/2017 à 15:27 :
Au contraire: quand la France a remporté le contrat Australien les Allemands ont réagi d'une manière agressive vis à vis des "wallabies".
En fait l'industrie de défense Française est clairement dans le collimateur de l'Allemagne.
Réponse de le 03/02/2017 à 18:12 :
Laissez vos insultes débiles de côté. Vous savez ce qu'elle vous dit la France, pauvre... ?
Réponse de le 03/02/2017 à 18:22 :
En fait l'industrie de défense Française est clairement dans le collimateur de l'Allemagne.> Toute l'industrie est dans leur collimateur depuis quinze ans, minimum. Ils nous mettent la pile. Ils ont compris qu'on avait des ambitions naïves en signant l'euro. C'était un aveu de faiblesse. On a qu'une solution : être 2 fois meilleurs qu'eux en attendant que leur bombe démographique (qu'ils essaient de nous faire financer) devienne intenable. Faut tenir. Avec les Brexiters qui vont s'unir aux US de Trump, on est paradoxalement plus isolés que jamais.
a écrit le 03/02/2017 à 12:16 :
La Norvège a voulu limiter ses coûts, bien compréhensible d'ailleurs vu l'usage réel qui en sera fait. Pas besoin de performance guerrière bien élevée. En effet, quel usage militaire sérieux peuvent-ils bien en faire?
A part aller secourir un sous marin russe qui s'est auto-coulé en faisant un exercice militaire, je ne vois pas bien.
a écrit le 03/02/2017 à 12:08 :
Pour mettre les choses en perspective pendant que nous nous faisons encore voler des contrats, les allemands, sous couvert de politique d'exportation restrictive, bloquent les ventes ou les livraisons de matériels français à l'exportation. Voilà le vrai visage des allemands.
a écrit le 03/02/2017 à 12:00 :
Les allemands qui ne respectent pas les clauses de l'appel d'offres ? Comme c'est original ! On connaît le schéma maintenant: les français proposent la meilleure offre technique, les allemands cassent les prix et font pression sur le terrain politique. Pitoyables...
a écrit le 03/02/2017 à 11:59 :
On ne gagne pas à tous les coups mais bravo quand même à notre industrie marine autant militaire que croisiériste. La France peut-être fière de ses ingénieurs, techniciens et ouvriers. Le fait que la proposition DCNS aille si loin mais marginalisée sur la fin non pas pour des sujets techniques mais politico-industriels montrent s'il en était encore besoin que nous pouvons faire largement jeu égal avec l'Allemagne industrielle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :