Rapport sur les ventes d'armes : les bizarreries de Jacques Maire sur l'Egypte

 |  | 916 mots
Lecture 5 min.
Les relations compliquées entre l’Égypte et la France depuis la visite d'Emmanuel Macron au Caire en janvier 2019
Les relations compliquées entre l’Égypte et la France depuis la visite d'Emmanuel Macron au Caire en janvier 2019 (Crédits : Philippe Wojazer)
Dans le rapport d'information sur le contrôle des exportations d'armements, le député LREM Jacques Maire estime que "les équipements d'envergure acquis par l'Égypte n'ont qu'un lointain rapport avec les besoins pressants d'une armée". Pourtant, Le Caire, qui est revenu sur les marchés financiers, est confronté à plusieurs préoccupations de sécurité légitimes.

"Des échanges et de la mission effectuée en Égypte, votre rapporteur garde le sentiment que les équipements d'envergure acquis par l'Égypte n'ont qu'un lointain rapport avec les besoins pressants d'une armée dont la vocation est la défense du territoire national", a estimé à l'issue d'un déplacement de la mission en Égypte Jacques Maire, le co-rapporteur d'un rapport d'information sur le contrôle des exportations d'armement. Cet ancien diplomate évoquait entre autre les achats auprès d'industriels français d'avions de combat Rafale, de corvettes Gowind, de frégate FREMM et de BPC. Au-delà, "de nombreux pays de l'Union européenne exportent vers l'Égypte, comme la Belgique, l'Italie, la République tchèque ou l'Allemagne,qui a vendu des sous-marins à l'Égypte", a rappelé Jacques Maire.

Et pourtant, l'Égypte, qui se voit comme une puissance qui compte en Méditerranée et la grande puissance arabe, a de très nombreuses préoccupations de sécurité légitimes : risque terroriste très élevé, forte instabilité de son voisin libyen, situation compliquée au Sinaï...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2020 à 9:44 :
Et au nom de quoi déciderions-nous de ce que l'Egypte "doit" et "peut" acheter ?

Ah c'est d'accord pour une corvette - mais pas une frégate.

Ok pour un hélicoptère moyen - mais celui-là il est un peu gros. Hein, pardon, l'industriel s'est donné du mal pour augmenter la charge offerte en même temps que le rayon d'action ? on vous a dit non, il faut vous le répéter ?

Le système de détection radar- on va vous le limiter un peu en portée pour que vous ne puissiez pas voir trop loin au-delà de vos frontières.

Les bombes - ça va pour la 125 kg, mais pas la 250 et encore moins la 400 kg (et là je n'invente rien, les très anciens se souviendront d'un certain ambassadeur de France dans un pays africain où nous intervenions)

Bref, les délires du quai d'Orsay, de gens qui ont passé leur vie à faire des ronds de jambe et des dissertations, sans jamais créer de la richesse, et qui au final n'ont pas un niveau si lumineux que ça (et je parle de ce que j'ai pu constater de nombreuses fois)
a écrit le 18/11/2020 à 12:59 :
L’Egypte est une dictature militaire qui emprisonne les opposants et militants des droits de l’homme, sous couvert d’appartenance aux Frères Musulmans. La grande majorité de la population est pauvre, voire extrêmement pauvre. Et nous leur vendons des armes à tour de bras pour satisfaire nos propres intérêts économiques. On se fout bien de savoir ce qui s’y passe. La France, sponsor officiel des dictateurs en Afrique.
a écrit le 18/11/2020 à 8:27 :
Ils sont habitués à nous mentir abondamment nos LREM, visiblement ils ne savent faire que cela mais bon, dans le domaine de la vente d'armes ce ne sont pas les premiers et ne seront pas les derniers, difficile de lui imputer quoi que ce soit de ce fait, il suit la tradition.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :