SCAF : des négociations au bord du précipice à un accord inespéré ?

 |  | 568 mots
Lecture 3 min.
Le programme SCAF, qui réunit la France, l'Allemagne et l'Espagne, sur le point de décoller...
Le programme SCAF, qui réunit la France, l'Allemagne et l'Espagne, sur le point de décoller... (Crédits : Dassault Aviation / Eridia Studio / V. Almansa)
Dassault Aviation et Airbus seraient proches d'annoncer un accord sur le pilier avion de combat (NGF) du programme SCAF, qui réunit la France, l'Allemagne et l'Espagne.

L'article a été modifié à 15h15 le 26/03 avec l'adjonction d'une déclaration de Dassault Aviation

Tout vient à point à qui sait attendre.... Selon plusieurs sources concordantes, un accord entre Dassault Aviation et Airbus sur le programme SCAF, et plus précisément sur le pilier 1 (NGF ou avion de combat du futur), serait désormais sur le point d'être conclu. La prudence reste encore requise, le diable se cachant souvent dans les détails. Toutefois, du bord du précipice, les négociations, qui se sont accélérées ces dernières semaines entre Airbus et Dassault Aviation, se sont débloquées pour atteindre une convergence d'intérêts entre les deux industriels. Ce  qui augure d'un prochain accord sauf nouveaux grains de sable. Peut-être que d'ici à la fin de la semaine un accord sera annoncé ? L'opération inédite de déballage public des deux industriels sur leurs négociations aura été in fine salutaire. Elle aura permis à Dassault et à Airbus d'une part, et d'autre part à Berlin et Paris, de mieux se comprendre et de repartir sur de nouvelles bases de confiance.

"Des discussions sont toujours en cours. Il n'y a pas d'accord. Il reste des points de blocage", a déclaré un porte-parole de Dassault Aviation.

Jusqu'ici les négociations entre Airbus et Dassault Aviation achoppaient sérieusement sur l'organisation de la phase 1B du programme, qui vise à définir l'architecture du démonstrateur avion. Et plus précisément, elles butaient sur le partage du leadership des lots stratégiques du NGF, dont le leadership est jusqu'à présent revendiqué par l'avionneur tricolore. "Nous pensons que le maître d'oeuvre ne doit pas tout contrôler et prendre seul les décisions du programme", avait expliqué le patron d'Airbus Defence & Space, Dirk Hoke, lors d'une audition au Sénat. Les positions étaient fermes. C'est probablement aujourd'hui de l'histoire ancienne.

Une bonne nouvelle peut en cacher une autre

Une bonne nouvelle pouvant en cacher une autre, Safran serait également sur le point de trouver un accord avec les motoristes allemand MTU et espagnol ITP. Une question de jours... Toutefois il resterait encore un point de la négociation à entériner entre les trois industriels, le moteur qui poussera le démonstrateur. Les Espagnols souhaitent mettre l'Eurojet, le moteur de l'Eurofighter développé et conçu par Rolls Royce avec le soutien d'ITP et d'Avio. De son côté, Safran, en tant que maître d'oeuvre de la motorisation du NGF, plaide logiquement pour un M88 amélioré. Ce qui serait cohérent pour le leader technologique de ce pilier, qui ne connait pas l'Eurojet, qui est principalement un moteur de Rolls Royce...

Enfin, le directeur de la stratégie d'Airbus Antoine Bouvier avait clairement annoncé que plusieurs accords avaient déjà été signés avec quatre industriels sur plusieurs piliers du programme. "Nous avons mené des négociations, nous avons un accord industriel en France avec Thales. Nous avons mené des négociations, nous avons un accord industriel en Espagne avec Indra. Nous avons mené des négociations, nous avons un accord industriel en Allemagne avec Hensoldt. Nous avons mené des négociations, nous avons un accord industriel en France et en Allemagne avec MBDA", avait-il énuméré. Résultat, le SCAF est à nouveau sur le point de décoller... avant d'atterrir au Bundestag, où il devra peut-être subir de nouvelles turbulences...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2021 à 12:31 :
Il ne peut pas y avoir 2 pilotes sur un projet
Airbus a réussi à détruire le SCAF de toute façon alea jacta est...
a écrit le 27/03/2021 à 9:31 :
Pour être très clair, on ne sais pas du tout ce qui est sorti de ce round de négociations. Jusqu’à maintenant, la position de l’Allemagne a été: ce qui est à moi est à moi, ce qui est à vous est négociable.
Les Allemands veulent un intercepteur de haute altitude, nous voulons un avion omnirole, aéronaval et porteur de charge nucléaire. Et surtout, nous voulons pouvoir fabriquer beaucoup de petits avions éventuellement mono réacteurs pour augmenter le nombre de nos escadrilles. Les verts allemands qui arriveront au pouvoir en juin ne veulent absolument pas du militaire nucléaire...
Nous faisons la guerre, l’Allemagne se tient en face de la Russie, c’est son seul sujet.
Quand au char de bataille, on vois bien que 2 réalité totalement différente sont à l’œuvre: chars très lourds pour les allemands (70 tonnes), char moyen pour la France (40 tonnes). La coopération, c’est bien, mais nous ne voulons pas 400 chars à 15 ou 16M€ l’unité. Nous en voulons 800 à 7 ou 8 m€ l’unité, aéro transportable, mobiles, aptes au combat urbain. Nous préférons 8 missiles antichars et un canon de 57mm à un canon de 140mm. Le missile antichar est apte à faire feu sans ligne de visée direct, comme l’artillerie. Le canon de 140mm ne peut faire que du tire tendu, à 4 ou 5km si on a l’angle de vue.
Je ne sais pas ce que le gouvernement a cédé pour éviter l’humiliation à Macron d’un échec européen, mais cette annonce d’accord est à prendre avec des pincettes. On a que trop vu ce que valaient les « accords » sur l’euro, les eurobonds, les plans de relance ou la politique des vaccins.
Réponse de le 27/03/2021 à 15:28 :
Commentaire réaliste et résumant parfaitement les enjeux . Ces projets politiques , habités d'idéologie côté français , jouent avec le feu et l'avenir de nos industriels. Macron parti, resteront les désastres de ses fantasmes . On lâche la proie pour l'ombre .
a écrit le 27/03/2021 à 8:48 :
Signature oportun apres un crash d hélicoptère de personne la famille de dassaut. Est ce une coïncidence ?
Réponse de le 27/03/2021 à 9:14 :
Ça ne semble pas lié.
Réponse de le 27/03/2021 à 12:34 :
Rappelez vous le patron de total parti démêlé un accord avec les Russes
faut tout le temps voir plus loin et souvent nous sommes en de ça .
a écrit le 26/03/2021 à 20:31 :
Pourquoi mon commentaire n'a pas été publié les vérités sont pas bonnes à dire.
a écrit le 26/03/2021 à 18:56 :
C est bien de croire que tout ce qui est Français est meilleurs aux monde comme le Rafale mais il faut pas enterrer l industrie Allemande une des meilleurs aux monde e première en Europe .Ci ont regarde l histoire en 1939 les chasseurs bombardiers Allemands étaient les meilleurs. Le Rafale a été un échec commercial qui a coûté beaucoup aux contribuables français. En Europe ils y a 5 pays capables de fabriquer un avion de chasse l angleterre l Allemagne la Suède l Italie et la France a condition de pouvoir trouver le budget.
Réponse de le 27/03/2021 à 7:21 :
L'Allemagne à renforcé son tissu industriel sur les machines outils la ou la Franc à désinvesti. Il n'en reste pas moins que l'Allemagne n'a pas de sociétés du même niveau que la France dans certain domaine.


Le rafale n'est pas un échec commercial et a prouvé sur toutes les latitudes qu'il étaient au top devant tout ce qu'à produit l'Europe. L'Eurofighter fait des ronds dans le ciel. Le rafale est combat proven.

Cela me fait penser à l'incessant french Bashing si cher au coeur de certains 'compatriotes'. Râleur un jour... :D
Réponse de le 27/03/2021 à 9:27 :
Il n'y a que deux pays capables de construire un avion entièrement en Europe : L'Angleterre et la France. Aucun des autres n'est capable de produire son propre moteur et je ne crois pas savoir que l'Angleterre ait les compétences en termes de radar sans compter sur l'Italie ou la France. Quant a l'Allemagne en 39... c'est au mieux hors contexte mais plus probablement un parallèle hasardeux. Enfin concernant l'export, le Rafale est tout sauf un échec, il a juste mis du temps à décoller, et tient largement la dragée haute à l'Eurofighter sur tous les appels d'offre où il est engagé (Suisse, Croatie, Finlande...).

Le seul point où je vous rejoins concerne un chauvinisme français fatigant mais si vous vous documentiez un peu, ce qui vous fait de toute évidence profondément défaut, vous réaliseriez qu'il en va de même pour les anglais et les Americains et bien d'autres
a écrit le 26/03/2021 à 18:19 :
ne parlez pas de l’Allemagne allez chercher la perfide albion
a écrit le 26/03/2021 à 17:39 :
Le problème des coopérations avec l'Allemagne, c'est que lorsqu'il faut partager, ce qui est à elle reste à elle, ce qui est aux autres est aussi à elle.
Dans cette affaire de Scaf, elle veut bien le faire avec la France à condition que Dassault lui transfère 75 ans de background technologique. Et puis quoi encore?
S'il se trouve un Président pour abuser de son autorité et forcer l'industrie de défense de la nation à livrer ses secrets technologiques à un pays tiers au nom de la construction européenne, on appelle cela comment?
Réponse de le 26/03/2021 à 20:59 :
trahison de la patrie au profit d'intelligence étrangère : la FR fonce dedans avec CETTE allemagne vorace LA.

J'ai toujours été une électrice modérée, mais là ! proche de voter R.N
a écrit le 26/03/2021 à 17:39 :
Le problème des coopérations avec l'Allemagne, c'est que lorsqu'il faut partager, ce qui est à elle reste à elle, ce qui est aux autres est aussi à elle.
Dans cette affaire de Scaf, elle veut bien le faire avec la France à condition que Dassault lui transfère 75 ans de background technologique. Et puis quoi encore?
S'il se trouve un Président pour abuser de son autorité et forcer l'industrie de défense de la nation à livrer ses secrets technologiques à un pays tiers au nom de la construction européenne, on appelle cela comment?
a écrit le 26/03/2021 à 15:05 :
Franchement tous les derniers projets européens où était présente l'Allemagne ne rivalisent pas par leur efficacité. Dassault l'a bien senti et démontré dans son projet NeuroN où coopération/coûts/délais étaient respectés dès lors qu'il y a UN SEUL maître d'œuvre.

Exemple avec l'Eurofighter.
Détenu à 47% par Cassidian en 2012 ex-EADS - Stefan Zoller aujourd'hui Airbus) qui en Syrie ne pouvait tirer de bombes guidées laser, en 2021 tire ses 1ers SCALP et va enfin avoir un radar AESA. Chacun voulant le sien les coûts explosent et les retards s'accumulent.
Les tergiversations des pays engagés au sein de l'Eurofighter débouchent maintenant sur trois versions du radar CAPTOR-E :

Le CAPTOR-E Mk0 soit la version de base de Leonardo destinée au Qatar et au Koweit.
Le CAPTOR-E MK1 dont l'interface est développée par Hebsoldt pour l'Allemagne et l'Espagne.
Le CAPTOR-E en développement par la filliale de Leonardo en Angleterre pour la RAF.

Le Rafale a plus de 10 ans d'avance sur le chasseur européen.

Quid de L'Eurodrone où la sauce allemande (mix de lobbying industriel, pression du Bundestag, frilosité des Grüne,etc...) ne font qu'enfler budgétairement et baisser les capacités tactiques (les allemands ne voient la menace qu'à l'Est et pas au Sud - sic).

Quid de MTU et les moteurs de l'A400M ?
a écrit le 26/03/2021 à 14:34 :
Le scaf doit marcher en Europe et en particulier entre la France et l'Allemagne. Dassault pose ses conditions vu le succès indéniable du rafale à l'international. Donc oui l'Europe doit développer un programme aérien de protection et développement de l'armement moderne. Su57 pour la Russie, j20 pour la Chine, nous avons pas d'autre choix que de le faire pour la défense de l'Europe et la modernité de notre arsenal de défense. Drone scaf etpang en 2038. Oui refaire un euro fighter ne plairait pas du tout car il faut que cela soit un programme franco allemand. Le scaf sinon rien ? développement des turbines à hydrogène et l'airbus à hydrogène. La conflit larve entre Grèce et Turquie montre bien la nécessité de la défense européenne. La Turquie ne doit plus faire parti de l'otan car elle développe des systèmes de missiles russes s400 sur son sol. Oui à notre armement depuis 50 ans. À dassault
a écrit le 26/03/2021 à 9:42 :
À force de renégocier toutes les trois semaines, les Français vont se retrouver à payer les Allemands pour qu'ils leur face un avions
a écrit le 26/03/2021 à 9:03 :
L'avion de guerre du futur ou le footballer du futur, le France est à la pointe dans ces domaines mais quid des vaccins du futur ?
a écrit le 26/03/2021 à 8:08 :
Travailler en collaboration c'est accepter de partager. Sans partage on n'arrivera à rien.
De plus Dassault, Airbus se font rattraper technologiquement au niveau mondial.
Le SCAF est un tournant. Soit on casse les silos nationaux et on construit ensemble en Europe pour sauver nos industries européennes quitte à partager des choses que l'on ne souhaitait pas partager, soit nos soit disant fleurons disparaîtront. Il n'y a aucun doute la dessus.
Réponse de le 26/03/2021 à 10:42 :
Les industriels allemands ne sont pas des enfants de cœur, si nous leur donnons nos secrets de fabrication c'est eux qui vendront bientôt des rafales.
Réponse de le 26/03/2021 à 13:35 :
Il n'y a pas de secrets... il faut arrêter de croire à ce bruit, c'est juste de la politique industrielle de chaque côté. Développer un Rafale et un Eurofighter aujourd'hui n'est plus le problème. Des développements fleurissent aux 4 coins du monde, l’Allemagne a le partage de propriété intellectuelle sur l’Eurofighter et n'oublions pas non plus que les Allemands il y a moins d'un siècle étaient loin devant nous en aérospatial et s’ils peuvent s’ils veulent le redevenir (comme ils le font dans le spatial en ce moment, lanceurs inclus, sans avoir eu besoin de « voler » Ariane »). L'enjeu est la propriété et l'exploitation des technologies qui vont être développées sur le SCAF. Le business qui sera fait avec ce qui sera développé, les contraintes d'export, le choix d'armement (L'Allemagne ne souhaite pas se fournir où Dassault impose de se fournir avec le Rafale) etc.
Réponse de le 26/03/2021 à 13:39 :
Le problème est que dans cette histoire ce sont les français qui partagent. Les Allemands eux n'ont rien à partager. En fait, ils se comportent en parasites pres a pompé le savoir et les brevets français tout en continuant à a jeter US. Quand à l'exportation de ces matériels d'armement, si ces projets se concrétisent et arrivent terme (SCAF, char, etc), c'est pas gagné...Pourquoi croyez vous que MBDA développe des missiles "german free". Non, les Allemands ne veulent pas d'autonomie européenne, j'espère sincèrement que l'état français n'aura pas tordus le bras a Dassault pour baisser le pantalon, ce serait et je pense mes mots, un acte de trahison.
a écrit le 26/03/2021 à 7:58 :
L'Eurojet EJ-200 de L'Eurofighter est un meilleur moteur que le Safran M-88. Le M-88 est sur le papier plus technologique mais au final moins performant et moins fiable.
Il y a aussi une version de l'EJ-200 à poussée vectorielle prête à équiper les Eurofighter si besoin. À choisir partir de l'EJ-200 comme base et l'optimiser avec les technologies de pointe du M-88 devraient être meilleur que de pousser encore plus loin un M-88 déjà très optimisé et du coup déjà en limite. À voir où la politique nous mènera
Réponse de le 26/03/2021 à 10:15 :
Le M88 moins fiable que l'EJ-200 ?? vraiment ? c'est un scoop, vous devez être très bien informé !
Réponse de le 26/03/2021 à 10:45 :
C'est un nouvelle architecture de moteur qu'il faut, et Safran est largement plus avancé que MTU dans le domaine. EJ-200 est juste plus gros que le M-88 pas meilleur. Avec les allemands c'est toujours pareil sur le papier, ils sont les meilleurs mais quand on regarde cout/performance réel c'est pas le cas.
Réponse de le 26/03/2021 à 10:58 :
Je plussoie le commentaire de Ej200.
Peut-être mélangez-vous "difficulté de développement d'un produit à plusieurs" et "le produit lui-même"?

L'Eurojet EJ-200 est une référence. Il y a suffisamment de rapports là-dessus, pas besoin d'être bien renseigné...

<https://www.presseportal.ch/fr/pm/100011915/100525179> « L'EJ200, la référence du marché des moteurs à réaction de combat »

Cela a d’ailleurs été une des sources de la séparation du Rafale et de l’Eurofighter. Le moteur de Safran ne tenait pas la comparaison avec celui de Rolls Royce et la France n’acceptait pas un appareil sans moteurs Safran. Safran est une référence sur le marché des moteurs d’hélico et des avions civils mais pas sur celui des moteurs militaires. Après il n’y a pas trop le choix car ni l’Espagne, ni l’Allemagne n’ont mieux à proposer. Faire évoluer un EJ-200 sera surement cependant problématique car Rolls Royce est celui qui détient les compétences clés.

En France nous avons toujours l’impression que nos produits sont les meilleurs du monde. Oui nous faisons des choses excellentes mais il faut quand même ne pas oublier que d’autres aussi travaillent correctement.
Réponse de le 26/03/2021 à 11:40 :
Aux fanboys du EJ200, c'est assez faiblard comme argumentaire de poster un lien vers un communiqué de presse de la société qui produit ledit réacteur ! Du coup, le propos est assez insignifiant.
Les évaluations entre le Rafale et l'Eurofighter, notamment en Inde, ont donné le Rafale gagnant haut la main face à l'Eurofighter, c'est un fait, et en particulier pour la partie... moteur !
Bisou.
Réponse de le 26/03/2021 à 14:07 :
L'euro fighter, cette grosse bouse que même l'Autriche cherche à refourguer d'occasion...

À chaque fois que le Rafale a eu affaire à l'Eurofighter en duel (dog fights), l'Eurofighter à été ridiculisé. L'Eurofighter a coûté très cher pour un résultat médiocre. Au départ il était un projet d'avion de supériorité (alors que la France voulait un multirole) puis en route le consortium a voulu changer la donne pour en faire un avion multirole comme le Rafale.

Par ailleurs le Rafale est vecteur de l'arme atomique, l'Eurofighter non.

Regardez tous les pays qui ont récemment commandé des Rafales, ce sont des pays en conflits larvés (Égypte, Grèce, Inde). Il y a bien une raison à cela. L'Eurofighter ne fait pas ou peu d'opex et à un taux de disponibilité assez bas dans ses armées respectives.
Réponse de le 26/03/2021 à 14:10 :
Rien ne vous permet d'avancer que l'EJ 200 serait plus fiable que le M 88 , dont c'est la qualité premlère . Par contre , vous omettez de dire que c'est un moteur Rolls-Royce à l'origine . L'absence des anglais dans le Scaf laisse Safran comme référent dans la partie moteur .
Réponse de le 26/03/2021 à 15:39 :
Eurofighter et Rafales sont obsolètes :D Les ventes de ces appareils se font grâce aux politiques. Parler de Dog fight en 2021 c'est aussi obsolète :D

Les 2 appareils n'ont par ailleurs rien à voir dans leurs usages, l'Eurofighter est un appareil spécialisé qui ne peut être utilisé qu'en combinaison d'autres appareils, le Rafale est à l'inverse multirole. Les 2 sont bons pour ce pour quoi ils ont été créés.

Par ailleurs, les OPEX, l'Allemagne et le reste de l'Europe s'en fichent royalement... et...l’autonomie militaire européenne… à part la France qui souhaite partager le cout de ses développements et de sa force de dissuasion nucléaire, idem, tout le reste de l’Europe s’en fiche.

Ce dernier point est d’ailleurs le souci. La France a les connaissances pour développer le SCAF, le MGCS, etc. seule, la France a besoin de ces développements …mais n’a pas l’argent. L’Allemagne est en position de force car ses finances sont saines et elle sait que sans elle l’économie européenne se crashe. Et si ces problèmes financiers ne s’améliorent pas, la France et d’autres ne pourront bientôt plus influencer et décider quoi que ce soit.

J’ai des potes Français en Allemagne. La vie y est austère, ils s’ennuient, mais c’est un pays de comptables, pas du tout optimisé mais très organisé, qui avance à petits pas mais qui avance toujours par vents et marrées. Ils ont été détruits par 2 fois mais reviennent toujours et cela sera toujours comme cela d'après eux. Comment décider sur les sujets actuels, je ne sais pas. Je vois une France qui n'a pas le choix que de travailler avec l'Allemagne (seule à avoir le budget en Europe) mais nos entreprises vont y perdre au passage.
Réponse de le 26/03/2021 à 23:36 :
Il y a confusion sur les qualités des moteurs, ainsi que sur la pertinence spécifique au sujet traité. L'EJ200 a certainement une supériorité dans certains domaines, comme le nombre réduit d'étages et la combustion à haute température, qui est largement due à l'expertise de Rolls Royce et non à celle de MTU. Mais cet avantage technique n'est pas dédié à l'efficacité et à la fiabilité, mais au contraire à la performance maximale. Alors que le M88 a été conçu pour l'efficacité et la fiabilité et consomme donc moins de carburant, ce qui lui permet d'avoir une charge utile et une autonomie élevées, ce qui est le plus important.

Mais cela n'a rien à voir avec le sujet qui nous occupe, à savoir le moteur de développement temporaire. C'est-à-dire un moteur à installer lors des premiers essais en vol avant que le moteur final ne soit prêt, tout comme le Rafale a volé pour la première fois sur un F404 américain alors que le M88 était en cours de développement. Ce sujet n'a donc rien à voir avec le futur moteur final et le développement technologique et industriel, il s'agit simplement d'une production immédiate insignifiante. Il se trouve que le SCAF étant un avion plus grand et plus performant que le Rafale, il a certainement besoin de toutes les performances qu'il peut obtenir pour voler correctement, et l'EJ200 ou même sa variante à forte poussée, l'EJ220, sera plus approprié à cet effet.

Comme je l'ai écrit ailleurs, il s'agit uniquement d'une acquisition immédiate, probablement de moins de 10 moteurs, sans aucune implication pour le développement futur du moteur final. Cela n'affaiblit donc pas la position de Safran et, en fait, si les Allemands et les Espagnols sont satisfaits des commandes immédiates, la position de négociation de la France s'en trouve renforcée. Rappelez-vous que si le Rafale a de fortes perspectives d'exportation (Suisse, Inde, Indonésie, Malaisie, Egypte), personne n'attend rien de l'Eurofighter. Safran sera suffisamment occupé avec les commandes de M88, alors pourquoi se battre sur ce qui est le prix du perdant pour garder les entreprises EJ200 actives ? D'autant plus que l'EJ200 ou l'EJ220, de plus forte poussée, est le moteur d'essai le plus approprié pour le SCAF, où l'on ne se soucie pas de l'efficacité ou de la maintenabilité que le moteur final abordera, mais où l'on veut tester son aérodynamisme dans une enveloppe de performance aussi large que possible ?
Réponse de le 31/03/2021 à 22:47 :
xDx "Il se trouve que le SCAF étant un avion plus grand et plus performant que le Rafale,"

Ah bon? Cet avion est déjà en production? Non? Alors il y a un proto qui a volé? Non plus? Au moins en construction alors? Toujours non? Une définition opérationnelle de l'appareil (quelques feuilles de papier donc)? Toujours pas?

C'te blague....
a écrit le 26/03/2021 à 7:57 :
Il y a vraiment un excellent développement à faire si chacun met son orgueil et ses ambitions locales de côté. Il faudrait d'ailleurs peut être merger Thalès, Hensoldt, Indra d'un côté, Airbus et Dassault de l'autre. Car faire un développement européen avec des acteurs nationaux cela sera toujours le bazar.
a écrit le 26/03/2021 à 7:55 :
Il y a vraiment un excellent développement à faire si chacun met son orgueil et ses ambitions locales de côté. Il faudrait d'ailleurs peut être merger Thalès, Hensoldt, Indra d'un côté, Airbus et Dassault de l'autre. Car faire un développement européen avec des acteurs nationaux cela sera toujours le bazar.
a écrit le 26/03/2021 à 7:26 :
Ce serait surprenant. On en saura pas plus pour le moment
a écrit le 26/03/2021 à 1:56 :
Aucune confiance en l'Allemagne qui abuse de la FR et la trompe toujours.
a écrit le 26/03/2021 à 0:34 :
Ce projet ne sera pas un long fleuve tranquille, pourvu que la partie française y trouve son compte...
Les majorités et/ou coalitions au pouvoir chez nos voisins espagnols et allemands ne feront pas de cadeau, et auront de nombreuses occasions de faire dérailler le programme. En Espagne, une coalition avec les "podemos" est aux affaires. Et l'Espagne n'a ni les reins solides financièrement, ni une BITD capable. En Allemagne, les "verts" sont en embuscade et la CDU en difficulté, et pourrait bien se faire éjecter aux prochaines élections. Une lecture du programme des verts allemands et leurs déclarations ont de quoi donner des sueurs froides ! La BITD allemande a quant à elle accouché d'une souris malformée, l'Eurofighter, et essaie désespérément de rester dans la course, alors que l'Etat Major de la Luftwaffe est ouvertement pro-F35 et pro-Super Hornet. Vu de loin, on a un peu l'impression que la BITD française, c'est le surdoué de la classe qui donne des cours de soutien gratuitement aux cas sociaux...
a écrit le 25/03/2021 à 23:11 :
Baisser la culotte ? Non, ne rien lâcher. L'Europe arrive au bout.
a écrit le 25/03/2021 à 21:54 :
Pourquoi s'acharrner a trouver un accord avec l'allemagne , nous devrions pas partager nos seules cartes maitresses qui font notre différence face à nos voisins, pourquoi pas ensuite leur offrir nos connaissances dans le nucléaire... Nous comptons deja pour pas grand chose face à eux , nous finirons par perdre notre âme. Inutile aussi de dire qu'ensuite nois exporterons plus rien, puisque les allemands nous l'empecheront. Les Allemand feront tout pour que l'on devienne mauvais partout , c'est dans leur ADN ...Ils n'aiment pas les français , et préfère acheter Americain, ils sont tout sauf européen.
a écrit le 25/03/2021 à 18:32 :
La France doit absolument avoir un successeur au Rafale , car la décision de construction du nouveau PA serait remise en cause. Le challenge consiste à faire un avion exportable donc à un prix correct , ce qui va être un argument pour les allemands . Espérons qu'il n'y aura pas de surenchère technologique car nous n'avons pas les capacités de persuasion qu'ont les américains sur leurs clients. Bref si on fait trop "bien" on aura encore une production échantillonnaire.
Réponse de le 25/03/2021 à 22:46 :
L'exemple de l Eurofighter démontre que se raisonnement qui peut par être logique se révèle complètement faux
Réponse de le 25/03/2021 à 23:28 :
Si une armee de 100 millions chinois avec une flotte aerien de 10.000 bombardiers s'ecoulent travers l'Eurasie en cherche de lebensraum, la prix de nos avions sera irrelevant - quelle est la prix de la defaite?
Réponse de le 26/03/2021 à 0:41 :
@Bonaparte, la dissuasion nucléaire et les intérêts vitaux, vous connaissez ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :