Si, si des cybercriminels ont renoncé à attaquer les hôpitaux pendant la crise du Covid-19

 |   |  742  mots
contrairement à nos craintes, de telles attaques (contre les hôpitaux, ndlr) ne se sont pas multipliées pendant la crise. Les petits attaquants ont continué leurs actions - le site de Lomagne a par exemple été touché - mais aucune vague massive sur les CHU n'a été observée (Directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, Guillaume Poupard)
"contrairement à nos craintes, de telles attaques (contre les hôpitaux, ndlr) ne se sont pas multipliées pendant la crise. Les petits attaquants ont continué leurs actions - le site de Lomagne a par exemple été touché - mais aucune vague massive sur les CHU n'a été observée" (Directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, Guillaume Poupard) (Crédits : iStock)
Le patron de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, Guillaume Poupard a révélé que "certains des cyberattaquants les plus connus ont publié un communiqué indiquant qu'ils ne s'en prendraient plus aux établissements hospitaliers durant la crise sanitaire".

Aussi incroyable que celui puisse paraitre incroyable mais certains des cybercriminels les plus connus ont renoncé publiquement à attaquer les établissements hospitaliers pendant le Covid-19. Celui qui le dit n'est pas n'importe qui. C'est le patron de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), Guillaume Poupard. "Étonnamment, certains des cyberattaquants les plus connus ont publié un communiqué indiquant qu'ils ne s'en prendraient plus aux établissements hospitaliers durant la crise sanitaire, et ils s'y sont tenus", a souligné à l'Assemblée nationale le directeur général de l'ANSSI.

Les hôpitaux relativement épargnés pendant la crise

Résultat, a-t-il expliqué, "contrairement à nos craintes, de telles attaques ne se sont pas multipliées pendant la crise. Les petits attaquants ont continué leurs actions - le site de Lomagne a par exemple été touché - mais aucune vague massive sur les CHU n'a été observée". Ainsi les petites attaques contre l'AP-HP (CHU d'Ile-de-France) "n'ont pas eu d'effet opérationnel, mais ont révélé un besoin majeur de moyens pour hisser les différentes structures au juste niveau de sécurité", a-t-il estimé. Car l'investissement en matière de cybersécurité est souvent insuffisant dans les hôpitaux.

Ces propos de Guillaume Poupard confirme les déclarations de la secrétaire générale de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) Claire Landais, qui avait déclaré à l'Assemblée nationale lors de la crise sanitaire que "les établissements hospitaliers ne font pas spécifiquement l'objet, depuis le début de la crise, de menaces stratégiques ou d'exactions de gros acteurs cybercriminels". Pendant la crise, l'ANSSI a également  renforcé sa vigilance sur les secteurs périphériques impliqués dans la fabrication de produits (masques....) ou la recherche (tests, vaccins, médicaments).

Inquiétudes sur les rançongiciels

D'une façon générale, Guillaume Poupard se dit préoccupé par les rançongiciels, ou ransomwares, dont les attaques touchent également les établissements hospitaliers. Récemment Bouygues Construction en a été victime. Plus tôt, en novembre 2019, le CHU de Rouen a également été touché par une cyberattaque par rançongiciel, obligeant les personnels soignants à travailler plusieurs jours sans aucun outil numérique. "Cela montre que les établissements de santé, aujourd'hui fortement numérisés avec des moyens...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2020 à 8:59 :
Oui la piraterie informatique c'est le cancer du Web. Les hackers utilisent tous les moyens pour récupérer des data informatiques. Il y a aussi le darkweb, la face cachée du Web. Autre cancer possible. Comment peut définir un loi protégeant les données informatiques et la liberté sur internet (supprimer l'anonymat ?). Si vous utiliser l'app zoom vous serez certainement piraté. Les hackers revendent maintenant les radios des patients des hôpitaux publics. On est dans un monde totalemet délirant. Meme les sites internet fait à partir de WordPress sont piraté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :