Covid-19 : les hôpitaux relativement épargnés par les cyberattaques

 |   |  289  mots
Avant la crise du Covid-19, certains établissements de santé ont fait l'objet de cyberattaques très lourdes
Avant la crise du Covid-19, certains établissements de santé ont fait l'objet de cyberattaques très lourdes (Crédits : Reuters)
Depuis le début de la crise du Covid-19, les établissements hospitaliers ne font pas spécifiquement l'objet de menaces stratégiques ou d'exactions de gros acteurs cybercriminels", selon le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

Selon la secrétaire générale de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) Claire Landais, "les établissements hospitaliers ne font pas spécifiquement l'objet, depuis le début de la crise, de menaces stratégiques ou d'exactions de gros acteurs cybercriminels". Pour autant, l'Agence nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d'information (ANSSI), sous l'autorité du SGDSN, reste en alerte pour assurer une protection  auprès des centres hospitalo-universitaires (CHU) par exemple.

"Cette crise nous permet de mesurer l'ampleur de notre dépendance aux outils numériques, particulièrement dans les centres hospitaliers et le secteur de la santé, rappelle Claire Landais. Le SGDSN fait partie de ceux qui réfléchissent à la constitution de capacités propres, nationales ou européennes, pour ne pas recourir à des outils risquant d'être utilisés par des acteurs étrangers, stratégiques ou criminels. Nous travaillons à l'émergence de solutions souveraines ; la réflexion sur les plateformes de traitement de données hétérogènes est conduite avec des industriels français".

Avant la crise sanitaire, certains établissements de santé ont fait l'objet de cyberattaques très lourdes. Ils ont également été la cible de rançongiciels téléguidés par de "petits cybercriminels". En 2019, 120 hôpitaux auraient fait l'objet de cyberattaques, selon le député du Gard, Nicolas Meizonnet. "Le degré de préparation à la survenue d'une cyber-crise majeure dans le monde de la santé n'est pas très élevé, estime Claire Landais. Celui-ci a pris conscience de ces enjeux, mais il y a un certain retard à rattraper". C'est dans ce cadre-là que l'ANSSI a fait des offres de services pour parer aux risques les plus importants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2020 à 9:37 :
LEs cybers attaques actuelles, ce que l'on oublie de dire bien trop souvent entretenant le fantasme de l'ado qui de sa chambre bondé d'ordinateur va pirater le site de la NSA (lol), ne sont dues qu'à ces pays, des multinationales ou bien des lobbys quelconques bénéficiant d'une puissance financière solide parce qu'il faut énormément de matériel que le génie humain ne pourra jamais remplacer.

Donc on se doute qu'à part des groupes pharmaceutiques et éventuellement agro-industriels les potentiels pirates ne peuvent qu'être rares l'intérêt y étant limité sauf pour le pillage de nos données de santé mais qui dorénavant sont accessibles sur internet permettant à ces pirates de ne plus avoir à s'attaquer aux hôpitaux pour y accéder, normalement du moins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :