Spatial : l'Europe se contente du minimum syndical

La Commission européenne a validé un budget spatial à 14,88 milliards d'euros sur la période 2021-2027. Soit 1,1 milliard d'euros de moins que ce qui était prévu en 2018.
Michel Cabirol

3 mn

Galileo, le programme phare de l'Europe spatiale
Galileo, le programme phare de l'Europe spatiale (Crédits : Cnes)

L'Europe a encore raté une occasion de jouer dans la cour des très grandes nations du spatial (Etats-Unis, Russie et Chine). En dépit de la volonté du commissaire chargé du marché intérieur Thierry Breton de maintenir le budget du programme spatial européen à 16 milliards d'euros - un montant fixé en 2018 -, la Commission européenne, arrivée en 2019, l'a raboté sans surprise de 1,1 milliard d'euros, à 14,88 milliards d'euros sur la période 2021-2027. Soit un budget de 2,1 milliards par an auquel il convient de rajouter le budget de l'Agence spatiale européenne (4,87 milliards en 2020). Dans le même temps, le budget de la NASA s'élevait à 22,6 milliards de dollars en 2020, celui de la Chine était estimé à 8,4 milliards de dollars en 2017 et, enfin, celui de la Russie était estimé à 2,8 milliards d'euros en 2020.

Une absence de volonté

L'Europe, qui n'a aucune volonté de puissance dans le domaine spatial, se contentera comme elle en a l'habitude, de strapontins pour embarquer sur les grands programmes spatiaux internationaux, de préférence américains (Lune, Mars), qui font eux rêver. Elle se contentera du minimum syndical en modernisant les programmes phares de l'UE - Galileo, EGNOS ainsi que Copernicus pour l'observation de la Terre -, et en garantissant un accès autonome de l'UE à l'espace.

Et pourtant comme l'explique Thierry Breton dans le communiqué de la Commission européenne publié mardi, "l'Europe a tout ce qu'il faut pour être un leader mondial de l'espace. Il a des talents. Il a une capacité industrielle. Il a un leadership technologique. Il a l'expérience de missions et programmes spatiaux ambitieux". Mais, finalement, il lui manque l'essentiel, une vision stratégique et surtout une volonté de devenir un acteur majeur dans l'espace, notamment dans l'exploration spatiale, qui va être au cœur des prochaines conquêtes dans l'espace entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Et l'Europe ? La Commission se félicite de l'adoption du programme spatial, doté du budget le plus important jamais consacré à l'espace.

Soutien à l'industrie

Les grands programmes de l'UE ont toutefois le mérite de soutenir une industrie spatiale européenne fortement impactée par la crise actuelle. "Cela aidera l'écosystème industriel à se remettre de la crise résultant de la pandémie Covid-19", estime la Commission. Outre la continuité et l'évolution des programmes Galileo (9 milliards), Copernicus (5,4 milliards) et EGNOS, le budget spatial européen soutiendra également de nouvelles initiatives en matière de surveillance de l'espace (SSA), y compris la surveillance de l'espace et de suivi des objets en orbite (SST), la météorologie spatiale et les objets géocroiseurs (NEO) et les télécommunications par satellite (Govsatcom).

Le programme spatial européen contribuera sans surprise aux transformations environnementale - la nouvelle Doxa - et numérique de l'économie de l'Union, ainsi qu'à sa résilience. En outre, l'UE encouragera le développement des applications et des technologies dans le domaine aval (services). Enfin, il encouragera l'esprit d'entreprise dans l'écosystème spatial européen et sa compétitivité. Le fonds d'investissement dans l'espace Cassini doté de 1 milliards d'euros, stimulera les start-ups et l'innovation de rupture. "Il contribuera à faire de l'Europe un pôle d'entrepreneuriat spatial dans le monde", assure la Commission.

Nouvelle gouvernance

L'Agence de l'UE pour le programme spatial (EUSPA) qui remplace la GSA, l'Agence européenne pour les systèmes mondiaux de navigation par satellite, sera l'entité en charge de l'exploitation d'EGNSS (Galileo et EGNOS). Elle devra garantir la continuité des services d'EGNSS, la sécurité et l'accréditation des systèmes et assurera la mise sur le marché de toutes les composantes du programme spatial. Conformément au nouveau règlement, la gouvernance sera rationalisée avec des tâches claires pour les différents acteurs européens : à la Commission, la gestion du programme, à l'EUSPA, l'exploitation de Galileo et d'EGNOS, la sécurité et le développement d'applications en aval pour toutes les composantes du programme spatial et, enfin, à l'Agence spatiale européenne (ESA), la recherche et le développement.

Michel Cabirol

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 30/04/2021 à 11:12
Signaler
En parlant de spatial : Sauf retournement de dernière minute, les antennes relais voulues par la société SpaceX d'Elon Musk, ne verront pas le jour à Gravelines (Nord). Pourtant, la commune avait été choisie par la société du milliardaire afin de ...

à écrit le 29/04/2021 à 20:49
Signaler
On aime bien rajouter un € dans le petit cochon anti Europe à la Tribune, faut dire qu’il y a un lectorat pour ça qui démarre son prêche au quart de tour. Cela dit, je me permet de penser que ces informations pêchent un peu, au moins par omission : ...

à écrit le 29/04/2021 à 16:45
Signaler
Franchement, par les tps qui courent, la course au spatial habité est un luxe bien superflu pour l'UE, vis à vis de ttes les priorités mises en évidence pdt cette crise. D'autant que les vols habités internationaux sous la bannière US , intéressent d...

à écrit le 29/04/2021 à 8:55
Signaler
Ce qui est logique vu que l'UE n'est pas un très grand mais seulement une imposture financière. A part le dumping social et le dumping fiscal ils ne savent rien faire d'autre.

à écrit le 29/04/2021 à 8:24
Signaler
Les pays européens qui composent l Europe n ont aucune vision stratégique : Néerlandais danois et autres : il n y a pas que le «  marché «  et le commerce ... quand la chine la Russie ou les usa maîtriseront tous les vecteurs et canaux spatio( inte...

le 29/04/2021 à 19:27
Signaler
Qui va encore payer cette folle course à l'espace habité ??? " Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs" (JChirac, sommet de la Terre / Jobourg 2002)

à écrit le 29/04/2021 à 8:16
Signaler
Les pays européens qui composent l Europe n ont aucune vision stratégique : Néerlandais danois et autres : il n y a pas que le «  marché «  et le commerce ... quand la chine la Russie ou les usa maîtriseront tous les vecteurs et canaux spatio( inte...

le 29/04/2021 à 8:30
Signaler
Heu ... en matière de démocratie, liberté individuelle, intérêt général, intérêt national, etc, il est déjà trop tard. Il n'y a qu'à voir comment Macron et sa clique s'en donnent a cœur joie depuis quatre ans, rien qu'au niveau législatif. Les autres...

à écrit le 29/04/2021 à 8:15
Signaler
Les pays européens qui composent l Europe n ont aucune vision stratégique : Néerlandais danois et autres : il n y a pas sur le «  marché «  et le commerce ... quand la chine la Russie ou les usa maîtriseront tous les vecteurs et canaux spatio( inter...

à écrit le 29/04/2021 à 8:04
Signaler
Plutôt intelligent de ne pas aller vers une course à l'espace. On se rappelle comment a finit l'union soviétique. Mais cela est pareil pour la course au vaccin, course à l'armement, écologie, planification, planche à billet ..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.