La NASA choisit SpaceX pour poser les astronautes sur la Lune

 |  | 323 mots
Lecture 2 min.
La NASA a sélectionné Starship pour faire atterrir les premiers astronautes sur la surface lunaire depuis le programme Apollo ! Nous sommes honorés d'aider @NASAArtemis inaugurer une nouvelle ère d'exploration spatiale humaine, a twitté SpaceX.
"La NASA a sélectionné Starship pour faire atterrir les premiers astronautes sur la surface lunaire depuis le programme Apollo ! Nous sommes honorés d'aider @NASAArtemis inaugurer une nouvelle ère d'exploration spatiale humaine", a twitté SpaceX. (Crédits : SpaceX)
Décidément rien ne résiste à Elon Musk. La NASA a attribué à SpaceX un nouveau contrat emblématique d'une valeur de 2,9 milliards de dollars. l'Agence spatiale américaine a confié à SpaceX la construction d'un vaisseau spatial (Starship) destiné à emmener des astronautes sur la Lune.

La NASA a attribué à SpaceX, la société du milliardaire Elon Musk, un contrat de 2,89 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros) pour la construction d'un vaisseau spatial (Starship) destiné à emmener des astronautes sur la Lune, écartant Blue Origin, la société de Jeff Bezos, et l'entreprise de défense Dynetics. L'offre d'Elon Musk, qui dirige également Tesla, a battu celle du chef de la direction d'Amazon, Jeff Bezos, qui s'était associé à Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper, selon le rapport. Jeff Bezos est également propriétaire du Washington Post.

"La NASA a sélectionné Starship pour faire atterrir les premiers astronautes sur la surface lunaire depuis le programme Apollo ! Nous sommes honorés d'aider @NASAArtemis inaugurer une nouvelle ère d'exploration spatiale humaine", a twitté SpaceX.

L'agence spatiale américaine a fait l'annonce du contrat pour le premier atterrisseur humain commercial, qui fait partie du programme Artemis de la NASA, lors d'une vidéoconférence. La NASA a déclaré que l'atterrisseur transportera deux astronautes américains sur la surface lunaire. "Nous devrions accomplir le prochain atterrissage le plus tôt possible", a déclaré Steve Jurczyk, administrateur par intérim de la NASA. "S'ils franchissent toutes les étapes, nous avons une chance pour 2024", a ajouté Steve Jurczyk. Au moins un de ces astronautes marquera l'histoire en tant que première femme sur la Lune. Un autre objectif du programme Artemis consiste à faire alunir la première personne de couleur sur la surface lunaire.

Un vol d'essai vers la Lune

La NASA a déclaré qu'elle exigerait un vol d'essai vers la lune avant que des humains ne fassent ce vol. Contrairement aux alunissages d'Apollo de 1969 à 1972, la NASA se prépare maintenant à une présence à long terme sur la Lune qu'elle envisage comme un tremplin vers un plan encore plus ambitieux visant à envoyer des astronautes sur Mars. La NASA s'appuie fortement sur des entreprises privées construites autour de visions communes de l'exploration spatiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2021 à 7:36 :
Vaste blague. Le contrat semble porter sur un véhicule de transfert entre le gateway et la lune. Le design du starship est totalement inadapté pour cette activité. Un véhicule de transfert n'a pas besoin d'un profil aérodynamique et la propulsion est complètement différente. Par ailleurs il faut des ergols stockables et non cryogéniques. Bref, gros enfumage pour financer Musk. Par ailleurs, au niveau architecture, une charge utile au sommet d'une tour n'est pas le plus pratique pour rejoindre le sol...
a écrit le 18/04/2021 à 3:37 :
Ariane espace ; satellites etc..... QUASI MORTE
Réponse de le 18/04/2021 à 10:47 :
"Exemple : un pilote de chasse explique comment SpaceX a fait le choix de Of the Shelf computers (des ordinateurs grand publique sur étagère) instead of highly specialized ones, à la place de ce qui se faisait avant pour parer aux bugs déclenchés par les radiations solaire dans l'espace hors de l'atmosphère. Les radiations "flippaient" les bits, aussi le hardware était endurcit aux radiations et le software, les protocoles, étaient spécialisés pour parer à ce genre d'erreurs."

Quelques éléments pour relativiser le propos:
-l'environnement spatial n'a pas changé avec E. Musk...les bits flippent toujours et c'est un choix architectural de redonder massivement (Space X triplique) ou d'utiliser des composants durcis. Etrangement au niveau du coût total cela n'a pas grand impact puisque l'avionique d'un lanceur représente de l'ordre de 10% du coût total. Ce qui coûte extrêmement cher c'est le développement du logiciel et surtout sa validation, et là ça dépend beaucoup du client....
Juste pour rigoler, Ariane 6 utilise des processeurs que l'on va qualifier de quasi COTS....mais son architecture avionique est une usine à gaz.....
Par ailleurs un constructeur peut avoir intérêt à utiliser une seule ligne de produit durcis sur ses satellites et ses lanceurs pour réaliser des économies d'échelle (encore une fois pas sur le matériel en lui même).
Les premières versions du calculateur de l'A5 utilisaient également des processeurs non spécialement durcis. Ce n'est que la deuxième génération de calculateurs qui a utilisé du durci pour des raisons industrielles.
Merci quand même de rappeler ce que l'on sait déjà....mais il y a peut être des raisons autres que la stupidité pour faire autrement....
Réponse de le 18/04/2021 à 16:33 :
Vous le saviez deja après l'avoir appris des ricains...
a écrit le 17/04/2021 à 18:02 :
At the heart, au coeur, de la domination américaine dans les nouvelles technologies il y a le software engineering (entre autre, ils inventèrent les composites aussi), leur maitrise, compréhension de ce qu'il faut pour raccourcir les délais (réutilisation) réduire la maintenance (tests automatiques de non régression).
Si Tim Berners Lee, qui inventa le web, est européen il est surtout anglais... c'est à dire anglo-saxon.
Et ce sont les US qui inventèrent javascript, le cerveau des browser, des API etc...

Pourquoi aux USA ? par ce qu'ils ont tout inventé en la matière, des AO, aux transistors, la majorité des langages, parce qu'ils se posent les bonnes question, par ce qu'ils inventent des concepts, des paradigmes à la pelle, langages objets, programmation fonctionnelle, aspect oriented programing (programmation a base d'Abstractions pour éviter les pitfalls de l'heritage), event based programing (programmation évènementielle ou réactive).

Tesla et SpaceX ont cela en commun, ce n'est pas par hasard que tout cela se passe outre atlantique, tout un héritage...


Exemple : un pilote de chasse explique comment SpaceX a fait le choix de Of the Shelf computers (des ordinateurs grand publique sur étagère) instead of highly specialized ones, à la place de ce qui se faisait avant pour parer aux bugs déclenchés par les radiations solaire dans l'espace hors de l'atmosphère. Les radiations "flippaient" les bits, aussi le hardware était endurcit aux radiations et le software, les protocoles, étaient spécialisés pour parer à ce genre d'erreurs.

Chez Tesla ils ont choisit la redondance d'ordinateur meme pas endurcis et d'architecture ouverte (la même erreur ne pouvant avoir lieu en deux endroit identique dupliqués en même temps de façon statistique). De la sorte ils ont un "pool" de développeurs accessibles plus large et peuvent réutiliser des composants (logiciels et matériels) sans avoir à tout refaire de zéro (ré utilisation).

Sans oublier les outils incroyables de Matworks qui permettent de coder presque d'un clic de bouton les algorithmes de controle directement sur des "target" (cible) de type microcontrolleur que même l'ESA utilise (la NASA européenne), après les avoir testé dans un environnement entièrement virtuel (jumeau numérique) et de façon mixte, mi matériel mi simulation.

Tesla s'est engouffré dans ces nouvelles possibilités pour basculer toutes l'électronique complexe et diverse des autos pour coder de façon logiciel un système intégré conçu selon leurs méthodes de conception logiciel issues des réflexions de leur système cognitif interne (universités, recherche et entreprises GAFAM etc..)
ils ont ainsi rapatriés des fonctions qui étaient sous traitées ce qui raccourcis considérablement des cycles de développement, le throughput, l'évolution de leurs produits... les itérations.
En Europe on en est encore à croire que ces méthodes agiles, les principes SOLID c'est du marketing !
Réponse de le 18/04/2021 à 17:28 :
"Sans oublier les outils incroyables de Matworks qui permettent de coder presque d'un clic de bouton les algorithmes de controle directement sur des "target" (cible) de type microcontrolleur": risible. Simulation algorithmique Matlab, validation temps réel par Hardware in the loop, génération automatique du code par compilateur C ultra robuste capable de générer un exécutable de niveau DAL A garanti conforme à la DO178 par preuve formelle. Ça fait juste presque 20 ans que l'on sait faire dans la société qui m'emploie (entre autres, et elle n'est pas seule). Le reste est du même tonneau. Si vous aviez la moindre expérience dans le domaine, vous sauriez (pour les avoir vous-même mises en oeuvre) qu'en Europe, ça fait belle lurette que ces techniques sont maîtrisée et appliquées, notamment dans le domaine aérospatial. Votre post me fait penser à un rapport de stage d'un étudiant de BTS techniquement médiocre, qui essaie d'impressionner le jury avec des acronymes anglo-saxons qu'il maîtrise mal. Un mince placage de verbiage pseudo technique.
Réponse de le 19/04/2021 à 19:05 :
Pourquoi aux USA ? Les enormes budgets militaires depuis 1945, imprimes par le Fed. Money no object.
a écrit le 17/04/2021 à 15:55 :
SpaceX a fait un travail incroyable sur la réutilisation des 1er étage mais la mise au point de son Starship en acier inox avec ses nouveaux moteurs Raptor c'est la bérézina...
Quant à poser un long cigare vertical façon Starship sur la Lune, il a toutes les chances de finir couché à l'horizontal...
Bref, c'est pas en 2024 ni en 2025 que des astronautes US reposeront le pied sur le sol lunaire...
Par ailleurs il est clair que le SLS de la NASA vient aussi de faire "pchittt"
Réponse de le 17/04/2021 à 22:54 :
Je ne sais si le photomontage doit représenter effectivement les propositions mais le cigare effectivement serait maousse colossal. Teutonique.

L'ennemi c'est le poids semblait une règle physique incontournable.. la ce serait un gras contre pied.. vouer à l'échec. L'illustration doit donc plus à Hergé qu'à ce qui serait envisageable.

Si l'on extrapole pour Mars qui semble être un tantinet plus loin et plus hostile ( mais le projet à la mode ) le cigare aurait en proportion un multiple de 1000 ?
L'en faudrait même plusieurs, 1 pour les hommes, 100 pour l'oxygène, 200 pour l'eau, autant pour la boustifaille, quelques autres pour le carburant de retour des navettes de ravitaillement, quelques autres pour le matos et équipements.. et tous hyper blindé vs radiation.

Va falloir moins primaire comme technologie si on veut réellement devenir extra terrestre.
a écrit le 17/04/2021 à 13:51 :
Musk est très certainement complètement mégalo, mais il faut bien avouer que sa capacité à impulser des projets technologiques complexes - et là on ne parle pas d'applis pour smartphone - et d'entrainer avec lui les scientifiques et les ingénieurs les plus talentueux, est proprement bluffante.
Réponse de le 17/04/2021 à 23:17 :
SpaceX est juste la partie privative de la nasa.
Musk n'a pas créer la nasa.
Au même titre qu'il n'a pas créer Tesla ni PayPal..
C'est un gars avec un grand talent, un bon feeling, un ego énorme et pas mal de bol.
La chance sourit aux audacieux certes.
Cependant si il a pu attirer la sympathie, pas mal de positions prises entachent le bonhomme... sociales, covid, fiscales, boursières et dernièrement sur son équivoque subite appétence au btc. ..
L'histoire regorge de gens qui retombent aussi vite qu'ils sont montés.
a écrit le 17/04/2021 à 12:13 :
Tout ça pour aller voir ce que font les chinois sur la face cachée...
On peut avoir beaucoup de compétences et être ccon quand même, c'est fascinant !
a écrit le 17/04/2021 à 12:00 :
Content de ne pas être du voyage bonne canche quand même.
a écrit le 17/04/2021 à 11:55 :
Cela confirme mon analyse concernant Musk.
Réponse de le 17/04/2021 à 13:46 :
Analyse qui est ?
Réponse de le 19/04/2021 à 10:52 :
@ modération: J'attends mon fric pour vous laisser le droit de pourrir mes commentaires.
a écrit le 17/04/2021 à 11:39 :
Le dernier crash date de combien de semaines ? Il devrait être poursuivi pour acharnement scientifique sur les animaux ( neurolink)
C’est un transhumanisme.( un danger pour la nature )
a écrit le 17/04/2021 à 10:09 :
On peut parier un Carambar usagé contre une Tesla que la facture dépassera largement le montant affiché. Quant à croire que SpaceX va y arriver toute seule dans son coin, il faut vraiment aimer les comptes pour enfant. Surtout pour 2024...
a écrit le 17/04/2021 à 9:40 :
Nous assistons, c'est un phénomène historique, à un basculement public vers privés, qui décidément font maintenant la course en tête pour la recherche, y compris fondamentale, les innovations, l'efficacité, voire les capacités de financements (les co-financements sont légions maintenant). L'exemple des vaccins est frappant (même si Pasteur était déjà dans la sphère privée depuis sa naissance), avec les innovations sur les ARNm réalisés par des privés. Il faut s'interroger sur ce qui ressort in fine strictement du Public, et se structurer, se restructurer, sans attendre une génération, en conséquences (le Public ne peut, et ne fera pas tout). La France, à la traine, engoncée dans sa politique passéiste d'Etat "Stratège" à deux balles, semble jouer encore à l'envers dans ce mouvement.
Réponse de le 17/04/2021 à 10:25 :
Je trouve pas cette course très bienvenue dans une planète comme la notre où on a pas assez de ressources pour faire vivre autant d'humain, comment peut on en dépenser autant juste pour ça? De plus toutes ces ressources sont du perdu. Autre détail, on empêche des smicard d'aller travailler a cause de la pollution que produit leur voiture, là combien un simple lancement coûte en emprunte carbone?
Réponse de le 17/04/2021 à 14:56 :
Y a de nombreuses choses découvertes (biologie, autre) par la recherche publique en France (l'ARN messager vous croyez que ça sort d'où ? Il y a 20 ans) mais on n'a rien entre labo de base et industrie, on invente et les autres achètent les découvertes, les exploitent, développent, vendent.
a écrit le 17/04/2021 à 9:20 :
Enfin des "hommes ou femmes" sur La Lune, depuis le temps que l'on en rêvait!
Réponse de le 17/04/2021 à 10:26 :
Si seulement on pouvait les choisir, on pourrait y envoyez nos politiciens d'état et les y abandonner...
a écrit le 17/04/2021 à 8:24 :
Ariane 6 est déjà obsolète mais on est quand même Numéro 1 dans les parfums.
a écrit le 17/04/2021 à 7:50 :
Si la première femme pouvait aussi être noire et lesbienne, ce serait parfait...
(Je sais ça ne passera pas...)
Réponse de le 17/04/2021 à 9:33 :
Bien vu, maintenant on va exporter ces conneries de dois disant égalité dir la lune... ça commence bien...
Réponse de le 17/04/2021 à 9:35 :
Bien vu, maintenant on va exporter ces conneries de soit disant égalité sur la lune... ça commence bien...la couleur des scaphandres devrait aussi changer tant qu’on y est afin de ne pas choquer la belle communauté...!
Réponse de le 17/04/2021 à 9:47 :
J'ai pensé comme vous, on pourrait rajouter en fauteuil roulant et la on coche toutes les cases...Ca non plus ça ne passera pas!
Réponse de le 17/04/2021 à 10:14 :
2019 :

Une banale dispute de couple en apparence mais qui se poursuit… jusqu'à l'espace. L'ex-épouse d'une astronaute américaine de la Nasa l'accuse d'avoir usurpé son identité et d'avoir tenté d'accéder à ses comptes bancaires depuis la station spatiale internationale, a rapporté le New York Times samedi.L'histoire débute il y a quelques mois. Summer Worden, ancienne agente de renseignement à la NSA, soupçonne son ex-conjointe Anne McClain d'être au courant de ses dépenses personnelles. Lorsqu'elle interroge sa banque pour savoir qui a tenté de se connecter à son compte, la réponse est aussi claire que surprenante : une personne utilisant un serveur de la Nasa !Dans l'esprit de Summer Worden, la responsable est forcément Anne McClain, astronaute américaine réputée et avec qui elle a divorcé fin 2018. Car celle-ci vit au même moment dans la station spatiale internationale, pour une durée de six mois.Selon les experts, c'est la première fois qu'un délit judiciaire est soupçonné à plusieurs centaines de kilomètres de la Terre. « Ce n'est pas parce que c'est dans l'espace que la loi ne s'applique pas », a estimé Mark Sundahl, expert spécialiste de l'espace à l'université de Cleveland.
Réponse de le 17/04/2021 à 15:00 :
Pourquoi pas asiatique et bi (ou trans) ? Vous manquez d'ambition. :-)
Un jour y aura peut-être autant d'hommes que de femmes dans l'espace ? Il ne faut pas s'auto restreindre en pensant que certains études ne sont que pour les hommes. Y a bien qq Générales dans l'armée, petit à petit. Et des hommes faisant sage-femme (on les nomme maïeuticiens, sage-homme ferait bizarre ?).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :