Bruxelles finance ses premiers programmes de défense

 |   |  820  mots
Défense : les premiers projets de financement de la Commission européenne ont été lancé par le commissaire européen Thierry Breton
Défense : les premiers projets de financement de la Commission européenne ont été lancé par le commissaire européen Thierry Breton (Crédits : STEPHANE MAHE)
La Commission européenne a lancé 16 projets industriels de défense pan-européens et trois projets technologiques de rupture. Ils vont bénéficier de 205 millions d'euros de financements à travers un fonds pilote pour la défense.

C'est un début timide ou prometteur (c'est selon). La Commission européenne a lancé lundi 16 projets industriels de défense pan-européens et trois projets technologiques de rupture. Ils vont bénéficier de 205 millions d'euros de financements à travers un Fonds pilote pour la défense EDIDP (programme européen de développement industriel de la défense) doté de 525 millions d'euros au total sur la période 2019/2020 : technologies portant sur les drones, sur le spatial (réseau de communications et technologie militaires pour satellites), sur les missiles anti-chars, sur les véhicules terrestre sans pilote et sur la cyber.

Des financements certes modestes, mais qui vont servir d'"accélérateur tout à fait important" à tous ces projets, a estimé le commissaire européen chargé du programme intérieur (Industrie, Défense, Espace...), Thierry Breton au cours d'un briefing. Ces crédits vont servir à financer des "démonstrateurs pour permettre de passer à la phase industrielle", a-t-il précisé. Cette opération pourrait être un premier pas important dans la mesure où cela peut amener les États membres de l'UE à s'approprier enfin et de façon très progressive le concept d'une Europe de la défense autonome sur le plan industriel et capacitaire.

"C'est quelque chose d'important. L'objectif est que l'ensemble des états membre se sentent de plus en plus concernés par la défense et par les industries de défense, et notamment les nouvelles technologies de défense", a résumé Thierry Breton.

24 États membres de l'Union européenne impliqués

Sur les 19 projets, dont neuf sont des projets PESCO (Coopération structurée permanente), 24 États membres sont représentés à travers leurs entreprises (223 concernées, dont 83 PME). De nouveaux projets européens devraient être signés en fin d'année, dont le drone MALE européen Eurodrone (100 millions d'euros) et le projet de communications militaires interopérables ESSOR (37 millions d'euros). Seul bémol, le financement de ces projets a été ouvert à quatre filiales d'entreprises étrangères basées au Canada, aux États-Unis et au Japon. Cette décision semble être contradictoire par rapport à cette volonté d'autonomie de la Commission. "C'est quatre entreprises sur 223", qui nous ont donné toutes les garanties, a précisé Thierry Breton.

"Les entreprises européennes ont également la possibilité de participer à des projets de défense au Canada...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2020 à 8:09 :
La commission européenne n'a reçu aucun mandat démocratique l'autorisant à financer des moyens de défense à son bénéfice !

Les agissements de l'UE sont antidémocratiques et filtrent avec l'irrespect des traités, donc avec l'illégalité !
a écrit le 16/06/2020 à 14:58 :
la vérité dans cette Europe dévoile l une EUROPE du chacun pour soi !
a écrit le 16/06/2020 à 5:31 :
Un financement indépendant de l'otan qui permet d'assurer notre défense en Europe. Oui il nous faut une Europe de la défense et assurer une continuité de la défense face aux menaces extérieures à l'union européenne. Notre industrie militaire doit nous permettre de nous défendre et d'assurer notre souverainete
Réponse de le 16/06/2020 à 9:14 :
Indépendante de l'OTAN ??? Vous devriez relire le discours d'intronisation de Van Der Leyen...

L'UE est pro-américaine
Réponse de le 16/06/2020 à 19:18 :
Nous défendre ?
L'invasion de l'Irak de sadham, notre meilleur client à l'époque, c'était pour nous défendre ou le bras tordu par les 5 eyes dont on tire la plupart de nos technologies ?
Pour nous défendre, sous le haut commandement en chemise entrouverte de BHL (le BHV de la philosophie), notre intervention en Lybie qui a dégénérée et propager le mal, les bad guys comme disent les yankies, dans tous le sahel ?
Notre présence partout en afrique et en asie mineure comme on disait jadis ne nous a rapporter que des attentats, du sang et des larmes, et zéro contrats !


Alors arretez votre blabla bien servile, pour nous défendre des armes individuelles suffisent, anti char, anti air, anti personnel, distribuées sur tous le territoire, et la dissuasion nucléaire, un enfer pour tout quelconque envahisseur, ya qu'a voir israel et ses merkava face au Hezbollah.

Le reste nous sert à jouer les flics internationaux sans consentement de qui que ce soit pour rendre des services à des oligarques qui utilisent les états comme des assets personnels, fermez le ban !
a écrit le 15/06/2020 à 19:26 :
Une administration hors sol qui se permet de se militariser ne présage rien de bon pour les ressortissants des pays membres!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :