Les bons résultats de Reckitt Benckiser aiguiseront-ils l'appétit des prédateurs ?

Le propriétaire des marques Durex, Destop ou Air Wick réitère ses objectifs de 12% de croissance des ventes sur l'année. De quoi plaire aux géants de la grande consommation, Unilever en tête.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le groupe britannique Reckitt Benckiser est très peu connu du grand public. Pourtant ses marques Durex, Nurofen, Air Wick, Scholl ou encore Cillit Bang sont dans tous les placards d'Europe et au delà. Surtout, elles aiguisent l'appétit des géants de la grande consommation, Unilever en tête.

L'annonce en avril dernier du départ du directeur général, Bart Becht, à la suite de son directeur financier, Colin Day, avait fait brutalement chuter le cours de bourse. "L'entreprise tenait par son duo de choc et est beaucoup plus fragile face aux prédateurs", explique un analyste à la Tribune. Après 16 ans de bons et loyaux services, Bart Becht cèdera sa place en septembre à Rakesh Kapoor, un homme du sérail ayant fait carrière au sein de Reckitt depuis un quart de siècle.

Les bons résultats semestriels de ce lundi devraient encore renforcer les convoitises extérieures.

Reckitt Benckiser a fait état d'une hausse de 10% de son bénéfice au deuxième trimestre, aidée par l'acquisition de SSL et le succès de Suboxone, son traitement de substitution à l'héroïne. Le bénéfice ajusté du groupe est ressorti à 56,8 pence par action, un chiffre conforme aux attentes des analystes interrogés par Thomson Reuters (56,5).

Le groupe réitère du coup pour 2011 ses prévisions de hausse de 12% de son chiffre d'affaires et de 10% de son bénéfice net à taux de change constant. Il a bénéficié de fortes ventes sur les marchés émergents et espère contrer la hausse des cours des matières premières en réduisant ses coûts et en augmentant ses prix.

Grâce au succès de sa nouvelle version de Suboxone sous forme de comprimés qui se dissolvent sous la langue, Reckitt espère par ailleurs redonner une seconde vie à son traitement contre l'addiction à l'héroïne, qui a perdu sa licence exclusive en octobre dernier. Ce succès a permis de renforcer l'activité pharmaceutique du groupe, qui représente un cinquième de ses bénéfices.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.