L'Etat prêt à sauver les abattoirs Gad en attendant des investisseurs

Le ministre de l'Agriculture a expliqué dimanche que l'objectif de l'exécutif est de donner à la communauté de communes du pays de Landivisiau des possibilités de "trouver des investisseurs pour réinvestir et réindustrialiser" le site d'abattage.
Les abattoirs Gad emploient jusqu'à maintenant 1.700 personnes, mais 889 postes sont menacés de suppression.
Les abattoirs Gad emploient jusqu'à maintenant 1.700 personnes, mais 889 postes sont menacés de suppression. (Crédits : Reuters)

Lueur d'espoir pour les 889 salariés des abattoirs Gad dont l'emploi est menacé. Bien que le tribunal de commerce de Rennes ait validé le 11 octobre le plan de continuation présenté par la direction prévoyant la suppression de leur poste, l'exécutif entend venir à la secours.

Le 12 octobre, Jean-Marc Ayrault promettait, dans un communiqué, d'utiliser "tous les moyens" du gouvernement pour aider les salariés concernés. Désormais c'est officiel: l'État est prêt à investir via l'établissement public foncier de Bretagne pour éviter une fermeture du site, aujourd'hui menacé.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait dévoilé cette intention dimanche, elle a été confirmée par la suite par l'entourage de Jean-Marc Ayrault à Georges Tigréat, le président de la communauté de communes du pays de Landivisiau, dont dépend le site d'abattage.

L'entreprise Gad est dans une situation économique trop fragile pour le sauver. "C'est là que la région, c'est là que l'État doivent être là pour aider à trouver les moyens de réindustrialiser ce site. C'est ça qui est l'enjeu", avait expliqué le ministre de l'Agriculture dimanche 20 octobre. "Ce site, abattoir fermé, reste aujourd'hui avec des activités qui sont maintenues", a rappelé Stéphane Le Foll.

Deux nouvelles offres de reprises?

Désormais, l'objet de "la négociation qui est engagée, c'est de voir comment on peut, au travers de cet établissement foncier régional, donner à la communauté de communes des possibilités de trouver des investisseurs pour réinvestir et réindustrialiser ce site", a-t-il dit, interrogé lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Mais il y a un problème, font remarquer Les Echos : "Cette usine n'appartient pas à Gad SAS mais à son actionnaire Cecab" et celui-ci n'aurait pas l'intention de s'en séparer. Toutefois, l'État aurait sous la main deux offres de reprise, d'entrepreneurs bretons qui seraient prêts à relancer l'abattage de porcs avec une partie du personnel. Autrement dit, un moyen de pression.

LIRE AUSSI:

>> Gad: les licenciements sont "un nouveau choc pour la Bretagne" dit Ayrault

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 21/10/2013 à 18:05
Signaler
sur la photo de l'article, on sent l'inculture des journalistes .... ce n'est pas vraiment des carcasses de porcs ! looooooooooool

à écrit le 21/10/2013 à 17:12
Signaler
Le Heuliez des Bretons...

à écrit le 21/10/2013 à 15:08
Signaler
....avec quel argent?

le 21/10/2013 à 18:13
Signaler
beuuu ... ça va de soi .... l'argent du contribuable .... avec à le direction des enseignants, moins de 35 H... oulllllllla on va dire 25h (c'est trop) ... et un secrétaire général à la tête !

à écrit le 21/10/2013 à 15:04
Signaler
L'état devient rigoureux Après avoir sauvé les banques à coup de milliards même les banques étrangères mais européennes. Sauver les sociétés en difficultés ce que ne font pas les banquiers semble alors approprié. l'état aide aussi les chômeurs. Ce n'...

à écrit le 21/10/2013 à 14:31
Signaler
Dans un monde où l'état ponctionne la richesse créée au delà du raisonnable et transfère de plus en plus de pouvoir aux non élus de la bureaucratie bruxelloise sous influence germano-atlantiste qui n'a de cesse de pondre des règlementations discrimin...

le 21/10/2013 à 18:19
Signaler
tu reviens sur terre .... le but pour un employeur et les salaries c'est de gagner du fric ... le reste c'est de la poésie ... rien de plus ni moins ! Les tartufes qui nous gouvernent (également de droite) ne l'...

à écrit le 21/10/2013 à 13:10
Signaler
Adieu Jeff et ton pot Alain !!!!!!!!!!!

à écrit le 21/10/2013 à 13:07
Signaler
"Le ministre de l'Agriculture a expliqué dimanche que l'objectif de l'exécutif est de donner à la communauté de communes du pays de Landivisiau des possibilités de "trouver des investisseurs pour réinvestir et réindustrialiser" le site d'abattage. " ...

à écrit le 21/10/2013 à 12:53
Signaler
Prochain sur la liste l'abattoir (boeuf) de chateaubriant (44) ! pour autres raisons !!!

le 21/10/2013 à 13:18
Signaler
le sujet je connais ...nous avons le résultat du racket de la grande distribution un audit sur les marges arrière et les l P P s impose avant de faire encore payer le contribuable

le 21/10/2013 à 15:58
Signaler
Dans un pays où on mange moins de viande, il est évident qu'on a besoin de plus d'abattoirs...

à écrit le 21/10/2013 à 12:48
Signaler
Il fallait virer "les petites poupouilles" .... comme clients les charcutiers ... et se focaliser uniquement sur la GMS .... autrefois Morand (GAD) ST NAZAIRE faisait de la salaison paté et cie qui rapportait du fric .....

le 21/10/2013 à 13:26
Signaler
la devise de jean FLOCH était le ménage se fait du haut vers le bas .....nos dirigeant devrai s en inspirer j ai connu jean flock un GRAND HOMME .ou les déniant n avaient pas place ..mais très près de ses ouvriers .

le 21/10/2013 à 15:28
Signaler
Il était rusé ... invitait les chauffeurs à sa table dans la catine (cantine de cadre) ... pour leurs tirés les informations qu'll voulait ... je le connaissais bien avec sa casquette sur la tête ... on buvait un ...

le 22/10/2013 à 9:21
Signaler
ce qui a disparu en bretagne ce sont des hommes de la qualite de MR JEAN FLOCH .Rendons lui hommage ainsi que qq autres capitaines d industries retraites ou disparus

à écrit le 21/10/2013 à 12:41
Signaler
Ce qui a coulé GAD, c'est la politique commerciale invraisemblable.... en se séparent de tous les petits clients, ainsi que des activités à forte valeur ajoutée ! Je sais de quoi je parle ... j'ai vendu une partie d...

à écrit le 21/10/2013 à 11:50
Signaler
Ça va être un Heuliez bis ! c'est vu d'avance !!!!!!!!!!!!

à écrit le 21/10/2013 à 11:49
Signaler
ce que ce gvt n'a pas encore compris c'est qu'un investisseur, c'est pas un idiot qui va poser son argent sur la table en etant sur de ne jamais le revoir, dans un grand cadre d'investissement pas rentable et nationalisable en cas de pbs, le tt sous ...

le 21/10/2013 à 12:15
Signaler
En résumé ....foutre l'air l'argent public ! nos impôts !!!!!!!!!!!!

à écrit le 21/10/2013 à 11:21
Signaler
Que l'on soit tous fonctionnaires ! zouuuuu

le 21/10/2013 à 14:51
Signaler
tout a fait d accord 45 ans a charge du contribuable paye a ne rien faire sinon creer des usines a gaz pour bloquer nos privileges c est l avenir

à écrit le 21/10/2013 à 9:34
Signaler
Après avoir mis en place une fiscalité qui décourage l'investissement et épuise les entreprises, l'état se porte acquéreur des entreprises régionales importantes. Après l'échec de Florange, c'est le début significatif de la nationalisation socialiste...

à écrit le 21/10/2013 à 9:32
Signaler
SI NOTRE GOUVERNEMENT et des communautés de communes NON COMPETENTES AU niveau industriel ,s'y mettent nous alons vers un HEULIEZ BIS.LA baisse des charges est seule valable mais avec les portiques camions on fait le contraire, pourtant ,nos politiq...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.