Kering réorganise sa garde-robe "luxe"

 |   |  329  mots
A taux de change comparable, les ventes de Gucci ont grimpé de 0,3% d'un an sur l'autre au premier trimestre. (Photo Reuters)
A taux de change comparable, les ventes de Gucci ont grimpé de 0,3% d'un an sur l'autre au premier trimestre. (Photo Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le groupe dirigé par François-Henri Pinault divise son pôle luxe en trois, dans le cadre du recentrage de son activité sur le luxe. Ses ventes dans ce secteur s'affichent d'ailleurs en hausse au premier trimestre.

Après le recentrage, la réorganisation. Kering, l'ex-PPR rebatisée l'an dernier, prévoit de scinder son pôle "luxe" en trois avec Gucci d'une part, "Luxe-Couture & Maroquinerie" d'une autre et enfin  "Luxe-Montres & Joaillerie". Il en a fait état le 24 avril lors de la publication de ses résultats trimestriels, après la clôture de la Bourse. Cette nouvelle organisation sera effective au mois de mai, selon un communiqué. But de l'opération: "accélérer le développement de ses marques". 

Chaises musicales

Ce changement s'accompagne sans surprise d'un jeu de chaises musicales. L'ancien patron du "luxe" chez Kering, Alexis Babeau, quitte le navire et trois "lieutenants" se partageront chacun des nouveaux pôles. Ainsi Gucci restera dirigée par Patrizio di Marco tandis que les rennes des deux autres pôles seront confiées respectivement au français Albert Bensoussan, ancien de chez LVMH et Cartier, et à l'italien Marco Bizzari, ex-PDG de Stella McCartney puis de Bottega Venetta. 

Gucci dans le haute de gamme

Gucci, l'un des principaux moteurs du groupe voit ses ventes reculer de 3,2% par rapport au 1er trimestre 2013 mais grimper de 0,3% à taux de change comparable. Il faut dire que la stratégie "haut-de-gamme" engagée depuis plusieurs mois vise une clientèle plus restreinte pour réaliser des marges plus élevées. 

>> La stratégie du no logo de Gucci sera-t-elle payante? 

Les autres marques de luxe du groupe enregistrent en revanche de fortes progressions, comme Bottega Veneta (+9,5%) et Saint Laurent (+24,2%). 

Puma toujours en baisse

Globalement, Kering affiche une progression de 1,2% de ses ventes à 2,39 milliards d'euros au cours des trois premiers mois de l'année. Le pôle luxe a engrangé 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires et une hausse de 13% des ventes d'un an sur l'autre dans les magasins en propre. 

En revanche, la section "Sport et lifestyle" voit encore ses ventes reculer de 6,3% à 790 millions d'euros, plombées notamment par Puma, détenue majoritairement par le groupe Kering. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :