Plainte de Tiffany : LVMH demande à la justice du Delaware de... prendre son temps

 |  | 238 mots
Lecture 1 min.
LVMH dit avoir demandé au tribunal de rejeter la demande de Tiffany de statuer dans un délai si court qu'il serait incompatible avec une administration de la justice dans la sérénité. (Photo d'illustration : gros plan sur l'enseigne surmontée d'une horloge du magasin du joaillier américain Tiffany dans la rue commerçante Bahnhofstrasse à Zurich le 23 décembre 2013.)
LVMH dit avoir demandé au tribunal de rejeter la demande de Tiffany "de statuer dans un délai si court qu'il serait incompatible avec une administration de la justice dans la sérénité". (Photo d'illustration : gros plan sur l'enseigne surmontée d'une horloge du magasin du joaillier américain Tiffany dans la rue commerçante Bahnhofstrasse à Zurich le 23 décembre 2013.) (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
Pour LVMH, les dirigeants de Tiffany veulent précipiter les choses dans le but d'éviter d'avoir à répondre, notamment devant leurs actionnaires, à certaines questions embarrassantes. De fait, le géant du luxe français demande à la justice américaine de ne pas statuer trop vite afin d'assurer la sérénité des débats.

Le groupe LVMH a annoncé jeudi avoir déposé ses conclusions devant le tribunal du Delaware auquel il demande de rejeter la requête du joaillier américain Tiffany.

Lire aussi : Tiffany attaque LVMH en justice pour non respect des accords du rachat

Tiffany a porté plainte dans cet État de la côte Est américaine, où la société est enregistrée, afin de contraindre LVMH à finaliser l'opération de rachat estimée à 16,2 milliards de dollars (13,7 milliards d'euros) et réclame un verdict avant le 24 novembre, soit la date limite de finalisation de l'accord.

Lire aussi : 14,7 milliards d'euros pour Tiffany: LVMH n'a jamais rien acheté d'aussi cher

LVMH demande au tribunal de rejeter la demande de Tiffany

Dans son communiqué, LVMH dit avoir demandé au tribunal de rejeter la demande de Tiffany "de statuer dans un délai si court qu'il serait incompatible avec une administration de la justice dans la sérénité".

"En demandant à la justice de statuer en urgence - et en communiquant de manière aussi fébrile que précipitée -, les dirigeants de Tiffany n'ont pour objectif que d'éviter d'avoir à répondre, notamment devant leurs actionnaires, de leur mauvaise gestion et de voir leurs arguments contre LVMH tomber les uns après les autres", ajoute le géant français du luxe.

Lire aussi : Fusion LVMH-Tiffany: "Le Drian a pris la bonne décision", juge Bruno Le Maire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2020 à 12:29 :
Surtout que l'on ne voit pas trop là le caractère "urgent", ça sent en effet encre une fois la stratégie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :