"Sans s'intéresser aux modes de production, manger local perd son sens"

 |   |  467  mots
Peut-on vraiment qualifier de locaux des produits issus de l'élevage d'animaux nourris au soja OGM d'Amérique du Sud, des végétaux enrichis aux engrais chimiques produits à partir de gaz d'Ukraine ?, s'interroge Stéphanie Pageot.
"Peut-on vraiment qualifier de locaux des produits issus de l'élevage d'animaux nourris au soja OGM d'Amérique du Sud, des végétaux enrichis aux engrais chimiques produits à partir de gaz d'Ukraine ?", s'interroge Stéphanie Pageot. (Crédits : DR)
Alors que l'agriculture traditionnelle est en crise, le mode de production biologique séduit de plus en plus: depuis le début de l'année, 21 fermes par jour s'y sont converties, selon l'Agence Bio. En parallèle, un autre phénomène prend pied: les circuits courts, qui attirent de plus en plus de consommateurs et de producteurs. Mais le vrai locavorisme ne peut être que bio, estime la Fédération nationale d'agriculture biologique, qui vient de clore une campagne consacrée à ce sujet. Stéphanie Pageot, présidente de la Fnab, explique pourquoi.

La Tribune : Pourquoi la Fnab a-t-elle engagé la campagne "Manger bio et local c'est l'idéal"?

Stéphanie Pageot : De plus en plus de consommateurs commencent à préférer les aliments locaux, soit pour encourager l'agriculture française en période de crise, soit pour être davantage sûrs de ce qu'ils mangent. Mieux connaître ses producteurs permet de savoir où va son argent. Ce changement culturel est en marche et va croître. Mais sans s'intéresser aux modes de production, la démarche perd son sens. Peut-on vraiment qualifier de locaux des produits issus de l'élevage d'animaux nourris au soja OGM d'Amérique du Sud, des végétaux enrichis aux engrais chimiques produits à partir de gaz d'Ukraine ? Acheter des aliments bio évite ces paradoxes.

Cela permet également de développer davantage l'agriculture biologique française qui, même si elle ne représente encore que 5% de notre surface agricole, est en essor ; ainsi que de structurer des filières au plus près des territoires. La vente directe, en réduisant le nombre d'intermédiaires, permet de créer de nouveaux liens.

Comment être sûr qu'un produit est local ?

Puisque il n'existe pas de label du local, il faut compter sur l'engagement des commerçants. Mais le consommateur bio est regardant à ce sujet, ce qui pousse les producteurs et les distributeurs à de plus en plus de transparence. Aujourd'hui, on arrive au moins à savoir si un produit est français, parfois même à connaître sa région d'origine.

Local et bio, ce n'est pas toujours compatible... Alors comment choisir ?

Tout le bio ne peut évidemment pas être local : c'est le cas notamment du thé et du café. Et la région Ile-de-France ne pourra à l'évidence jamais nourrir 12 millions d'habitants... Mais au-delà des enjeux de santé, les modes de consommation semblent avoir plus d'impact sur les modes de production que les transports. Une étude de l'Ademe l'a récemment confirmé.

Ce qui décourage encore beaucoup de consommateurs d'acheter bio, et local, ce sont les prix...

Les produits français sont plus chers que ceux venant de l'étranger car l'agriculture bio demande plus de main d'œuvre, et les normes sociales françaises sont plus contraignantes. Ce qui nous tient à cœur, c'est la rémunération juste du producteur : mais si on achète en vente directe, les prix sont souvent plus bas car on évite des intermédiaires.

Le bio local ne risque-t-il pas ainsi de rester un produit pour riches ?

Les premiers résultats d'une étude publique en cours (Nutrinet Santé) montrent au contraire que les consommateurs bio n'ont pas de revenus plus élevés que les autres. Ce qui les différencie, ce sont seulement leurs choix et  leurs comportements alimentaires.

Propos recueillis par Giulietta Gamberini

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2016 à 23:23 :
le bio est une immense connerie : allez chez les producteurs et ils vous expliqueront comment ils produisent : et .....faites vos choix !!!! je connais nombre de producteurs qui font beaucoup mieux que bio et ils gagnent de l'argent : le bio, c'est de l'argent beaucoup d'argent : la plaque coûte cher !!!! vous pouvez donc faire beaucoup mieux que le bio et moins cher !!!!
a écrit le 28/09/2016 à 21:14 :
quand les ecolobobos pourfendeurs des patrons negriers decouvrent les charges sociales a la francaise!
moi je dis ' achetez bio, mais pas bio francais, ca leur fera les pieds'
c'est leurs copains qui foutent la m... avec leurs normes et leurs lois deplacees, qu'ils se debrouillent avec...
le bio italien ou allemand est au moins aussi bon que le bio francais!
pot de miel 500 gr bio chez DM, 4.85 euros
pas besoin d'acheter francais
let's go for organic food!!!!!!!!
a écrit le 28/09/2016 à 18:49 :
Il faut espérer que le développement du bio aille dans le sens de l'histoire et donc du marché. Car, on aura beaucoup poussé les agriculteurs en leur présentant le bio comme une issue aux prix très bas actuels, dont on sait qu'ils ne dureront certainement pas; souhaitons que tous ces agriculteurs ne soient pas déçus. Le développement des technologies continue à apporter des solutions innovantes très intéressantes, et évidemment, faire du bio ne va pas dans le sens de pouvoir en profiter.. Nous sommes actuellement dans une société irrationnelle (ce n'est pas moi qui le dit, mais M.Frérot, et cela ne durera pas - la bêtise a ses limites, heureusement...).
a écrit le 28/09/2016 à 17:53 :
Merci pour cet article. Même s'il ne faut pas oublier d'où nous partons quand même et que cette tendance se fait d'abord et avant tout par les consommateurs et non par les multinationales et les politiciens, dont il est normal que les structures soient lentes à suivre, ce n'est pas l'intérêt de l'actionnaire milliardaire qui a tous les pouvoirs dans notre société.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :