PSA repasse dans le vert et va solder sa dette d'Etat

Le constructeur automobile français, maison-mère de Peugeot et de Citroën, a dégagé en 2010 un bénéfice net de 1,13 milliard d'euros, contre une perte de 1,16 milliard en 2009. PSA prévoit également de rembourser en 2011 les 2 milliards d'euros restant du prêt accordé par l'Etat français pendant la crise.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

PSA Peugeot Citroën a annoncé ce mercredi avoir renoué avec les bénéfices. Il affiche même un profit net supérieur aux attentes en 2010 grâce au rebond de l'activité et à un plan de performance sur lequel il est déjà en avance. Il a également précisé qu'il allait rembourser dans l'année les deux milliards d'euros restant de l'aide d'Etat accordée pendant la crise par le gouvernement français.

Le premier constructeur automobile français par les ventes, et deuxième européen, a dégagé l'an dernier un bénéfice net, part du groupe, de 1,13 milliard d'euros, contre une perte de 1,16 milliard en 2009, année marquée dans sa première moitié par la crise violente qui a frappé le secteur.

Ce résultat est supérieur aux attentes du marché. Le consensus des analystes donnait un résultat net, part du groupe, de 955 millions d'euros, selon l'agence Reuters.

Le résultat a été porté notamment par un rebond de l'activité en Europe avec les primes à la casse, conjugué à une croissance toujours vigoureuse sur les marchés émergents. Le chiffre d'affaires de PSA a grimpé en 2010 de 15,8% à 56,06 milliards d'euros, contre un consensus de 54,44 milliards.

"Le succès du plan de performance de la division automobile nous a permis de dégager des résultats excédant largement nos objectifs initiaux", a commenté le groupe dans un communiqué.

Ce plan en trois ans, lancé à l'automne 2009, prévoyait initialement 3,3 milliards d'euros de réductions de coûts et gains de revenus. PSA étant en avance sur son programme, il a porté son objectif à l'horizon 2012 à 3,7 milliards d'euros.

L'action du constructeur a clôturé mardi à 31,20 euros, donnant une capitalisation boursière légèrement supérieure à sept milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a pris près de 10%, après un gain de 20% environ sur l'ensemble de 2010.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 09/02/2011 à 14:15
Signaler
Ben voilà, comme d'habitude. Quand cela va bien on empoche les bénéfs, quand cela va mal, c'est le contribuable qui s'appuie la note. Et vive le pseudo-capitalisme !!!

le 09/02/2011 à 18:37
Signaler
Ce prêt a permis de sauver nombre d'emplois ,il ne faudrait pas l'oublier.Vous devez faire partie des gens qui ont accusés l'Etat de donner l'argent aux constructeurs. Sur ce forum ,faite votre mea culpa

le 09/02/2011 à 20:31
Signaler
@ sauros: 1) une entreprise, c'est fait pour gagner de l'argent, pas pour utiliser les fonds publics à des fins personnelles. 2) les entrepreneurs créateurs qui gagnent de l'argent sont mieux en mesure de créer des emplois que les farceurs qui font d...

le 09/02/2011 à 20:50
Signaler
Maintenant que Peugeot fait des benefices, le lion pourrait comme les autres constructeurs rembourser la prime a la casse qui a bien contribué à cette reprise de benefices. Merci cher contribuable francais d'avoir une fois de plus contribuer contre t...

à écrit le 09/02/2011 à 11:08
Signaler
Je propose que Peugeot, tout comme l'ensemble des constructeurs présents en France, rembourse à l'Etat le coût total de la prime à la casse...et remercie publiquement l'ensemble des contribuables (en plus de leurs clients) de lui avoir évité la faill...

le 09/02/2011 à 20:40
Signaler
@ defpan: tout à fait d'accord. C'est ce qui m'irrite le plkus, ces pseudo-capitalistes qui fotn les beaux avec l'argent du contribuable...parce que la fameuse prime à la casse, c'est quoi ??? Est-ce que je touche une prime à la casse moi si je chang...

à écrit le 09/02/2011 à 10:23
Signaler
Tout les détracteurs de gauche nous avaient t'ils pas dit et rabâchés que l'Etat avait donné l'argent.Bon sang mais c'est bien sur ...

le 09/02/2011 à 20:35
Signaler
@ sauros: la liberté d'entreprendre ne doit pas être faussée par l'utilisation de fonds publics. on doit laisser les petites et moyennes entreprises vivre au lieu de donner des fonds publics aux plus grandes entreprises, plus près du pouvoir pour obt...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.