En difficulté, Fiat centre sa stratégie sur la 500 "rétro" et la Panda

Le constructeur italien décline sa 500 "rétro" en minispace et en 4x4. Le minispace 500L démarre en production ce mercredi en Serbie. 40.000 sont prévus cette année. Un 4x4 compact arrivera début 2014. Mais, les surcapacités en Italie demeurent. Il y a une usine en trop, affirme Sergio Marchionne
Copyright Reuters
Copyright Reuters

En démarrant  la production de son minispace 500L, Fiat illustre sa nouvelle stratégie. La firme italienne veut se recentrer sur des petits véhicules à forte personnalité et abandonner progressivement les modèles directement en concurrence avec les véhicules allemands, français ou asiatiques... Des idées et des projets, Fiat en a. Mais il y a urgence. Le constructeur automobile sera en effet contraint de fermer une usine en Italie si le marché européen des voitures reste déprimé dans les deux à trois prochaines années, assure ce mercredi l'administrateur délégué du groupe, Sergio Marchionne, cité par le quotidien "Corriere della Sera". Les surcapacités sont d'autant plus flagrantes en Italie... que la nouvelle Fiat 500L, qui sera commercialisée le 16 octobre prochain dans l'Hexagone à des tarifs démarrant en-dessous de 16.000 euros et allant jusqu'à 22.000, débute ce mercredi en fabrication... dans une  usine serbe ! Sergio Marchionne, qui dénonce régulièrement les surcapacités en Europe, en aura donc lui-même créées !

Inspiration 500

En plein dilemme industriel, Fiat présente donc ces jours-ci son dernier-né, qui reprend les rondeurs extérieures de la fameuse 500 "rétro" avec des intérieurs multicolores gais et chaleureux. Il existera au total 333 combinaisons possibles de coloris ! Histoire d'illustrer l'art de vivre italien et de surfer sur l'extraordinaire succès de la petite 500 déjà vendue à 900.000 exemplaires au cumul depuis 2007. "Il faut des voitures qui redonnent de la légitimité, soient reconnues comme des Fiat et améliorent l'image et donc la valeur ajoutée, plutôt que des véhicules en concurrence directe avec les autres marques où il faut se battre à coup de remises", nous explique Olivier François, ce Français venu de Citroën et aujourd'hui directeur de la marque turinoise. "Il faut rebâtir toute une gamme de voitures allant de 3,50 mètres (Fiat 500) à 4,50 mètres (gamme moyenne)".

Usine modernisée

Du coup, Fiat exploite le filon 500, comme BMW celui de Mini. Version familiale agrandie à 4,15 mètres de long, la 500L, rivale des Citroën C3 Picasso ou Renault Modus, "est prévue d'ici à la fin de l'année pour un rythme de 550 unités quotidiennes", soit 125.000 l'an prochain, après 40.000 environ escomptées cette année. Pour des "capacités maximales de 600 par jour". En France, Fiat compte en vendre 12-14.000 en année pleine, contre plus de 20.000 unités annuelles de la 500. Pour produire la 500L, qui sera même exportée dès l'an prochain vers les Etats-Unis, Fiat a investi "un milliard d'euros" pour remettre à niveau le vieux site yougoslave de Kragujevac (à 140 kilomètres au sud-est de Belgrade), repris en 2008 au travers d'une co-entreprise (détenue à 67 % par l'italien) avec le gouvernement serbe. Cette usine, qui produisait naguère des Fiat sous licence à travers l'appellation Zastava puis Yugo (750, 1.300, 128...) a nécessité trois ans de remise à niveau, moyennant plus d'un million d'heures de formation. Elle comptera à la fin de l'année 2.400 personnes en direct et 3.500 avec les fournisseurs de proximité.

Un futur 4x4

Après la 500L, Fiat en prévoit une version rallongée à sept places pour une commercialisation fin 2013, également produite en Serbie. Ensuite, ce sera au tour d'un dérivé... 4x4, la 500X, qui devrait être fabriqué à Mirafiori (Turin) parallèlement à une future petite Jeep - Fiat contrôle Chrysler qui possède Jeep ! Pour une commercialisation début 2014. "C'est une façon de dépasser la barre des 20.000 euros et d'aller sur le créneau des compactes", précise Olivier François. Ce modèle - très réussi esthétiquement, nous en avons vu une maquette - sera donc encore plus gros et viendra jouer dans la cour des berlines moyennes (Peugeot 308, Renault Mégane). Fiat s'inspire là du Nissan Qashqai, un (faux) 4x4 qui sert de berline compacte au japonais. La 500X pourrait remplacer la classique berline Fiat Bravo d'aujourd'hui, qui n'a rencontré aucun succès.

Toute nouvelle remplaçante de la Punto

"Nous avons deux piliers intéressants chez Fiat, la 500 et la Panda (Ndlr : petit modèle économique, pratique, simple, rustique)". Ces deux modèles pourraient être les deux archétypes des futurs véhicules de la firme piémontaise. Ainsi Olivier François réfléchit-il à une toute nouvelle concurrente des Renault Clio ou Peugeot 208, pour remplacer l'actuelle Punto de 2005, inspirée de la... petite Panda. Le projet devait être d'ailleurs officiellement présenté mardi 3 juillet à Sergio Marchionne lui-même. "L'idée est de créer un nouveau concept dans un segment hyper-concurrentiel où il est difficile de gagner de l'argent". Au programme : rusticité, économie.

Il y a urgence

Le constructeur italien est confronté à la baisse du marché européen. Car les immatriculations de voitures neuves du groupe ont chuté de 17 % sur les cinq premiers mois de l'année dans l'Union européenne. Avec une part de marché de 6,8 % à peine. Or, malgré ses projets, le groupe manque quand même de nouveautés. La remplaçante de la Punto n'interviendra pas avant... 2014. Sergio Marchionne a annoncé dernièrement une baisse des investissements pour Fiat en Europe de 500 millions d'euros cette année, en raison de la déprime prolongée du marché automobile. Ca ne va pas aider.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 05/07/2012 à 10:32
Signaler
Il n'y a que deux alternatives dans un marché mature; et plus particulièrement en Europe actuellement : Occuper le haut de gamme, c'est ce que font très bien les allemands; ou occuper le low cost où les marges sont également très bonnes et comparable...

à écrit le 04/07/2012 à 14:06
Signaler
Comme déjà indiqué par mes soins Marchione prépare le démantèlement de Fiat en Europe. La fusion avec Chrysler verra l'italien devenir "américain" pour se rapprocher de ses "grands" marchés et finanlement fusionner avec GM qui pendant ce temps aura v...

à écrit le 04/07/2012 à 14:01
Signaler
Comme je l'ai déjà écrit précédemment lorsque La Tribune a publié un article sur les "coupes drastiques des investissements de Fiat", une baisse de 500 M? sur un total de 5,5 Mds? engagés, cela ne représente pas 10% alors si c'est si important chez F...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.