BMW veut des compensations financières de PSA pour leur divorce dans les hybrides

 |   |  443  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
BMW réclame plusieurs dizaines de millions d'euros de dédommagement à PSA Peugeot Citroën, affirme le magazine allemand Wirtschaftswoche. PSA et le bavarois mettraient fin aussi à la coopération dans les moteurs à essence.

BMW réclame plusieurs dizaines de millions d'euros de dédommagement à PSA Peugeot Citroën, après la fin de leur coopération prévue dans les véhicules hybrides, affirme le magazine allemand Wirtschaftswoche. Selon une source "haut placée" chez BMW, citée par le magazine, le groupe bavarois réclame une somme proche de 50 millions d'euros en raison des coûts supplémentaires que ce partenariat avorté ferait peser sur le constructeur allemand.

Production prévue en France

PSA et BMW avaient annoncé en février 2011 une coopération dans les technologies hybrides. Ils devaient investir 100 millions d'euros dans une société commune. Mais l'alliance conclue entre le français et l'américain General Motors fin février a changé la donne, ainsi que l'inquiétude de BMW sur la situation financière du français. Et le divorce est annoncé, comme La Tribune l'avait rélévé en avant-première le 21 juin dernier. Cette co-entreprise, baptisée BPCE, a commencé ses travaux il y a plus d'un an. Plusieurs centaines de personnes (400 à 500) travaillaient à Munich, avec une majorité de salariés provenant de la firme bavaroise. Les études et le développement des produits étaient en cours. BPCE avait pour objectif d'organiser des achats communs, de développer et mettre sur le marché des composants pour systèmes de traction de véhicules hybrides. La production desdits composants devait avoir lieu en... France selon les plans initiaux, sur le site de Mulhouse, à partir de la fin 2014. 250 à 300 personnes auraient dû travailler à cette production. Les premiers véhicules étaient prévus pour 2015-2016.

Fin de la coopération dans les moteurs à essence?

En dehors de cette collaboration sur les hybrides, PSA et BMW partagent également des petits moteurs à essence. Mais le partenariat des deux groupes dans lesdits moteurs devrait aussi prendre bientôt fin, poursuit le magazine Wirtschaftswoche. BMW va continuer à acheter des moteurs à PSA pour la Mini jusqu'à 2015, mais le constructeur allemand les fabriquera lui-même par la suite. Il s'agira de moteurs tricylindres.

Tentative d'alliance

Wirtschaftswoche raconte, en outre, que PSA a décidé de se rapprocher de General Motors après avoir essuyé un refus de BMW, à qui les Français avaient proposé d'entrer au capital en 2009. Une source au sein de BMW a raconté que le proposition avait été immédiatement refusée. Une troisième source, proche de la famille Peugeot et évoquée par le magazine, avance que ce sont les hésitations du gouvernement français qui ont fait échouer la transaction. Mais, de toutes façons, les relations financières ne pouvaient que buter sur la différence abyssale de valorisation des deux groupes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2012 à 17:43 :
Mmmm 4 à 500 personnes qui travaillent sur le sujet....
Ils peuvent toujours essayer.
D'autre part vu les déboires des moteurs THP étudiés en grandes parties par BMW (distributions qui cassent toujours malgré trois "fix") on peut comprendre que BMW cherche à se défausser de ses responsabilités.
En gagnant de l'argent en plus, certains ne manquent pas d'air...
a écrit le 22/10/2012 à 16:42 :
Tôt ou tard le site de Mulhouse passera dans le groin d'un autre constructeur. Au mieux.
a écrit le 22/10/2012 à 12:37 :
PEUGEOT a raté le coche avec BMW mais c'était il y a longtemps à l'époque où l'action valait dans les quarante euros. Et Peugeot est resté sur son Aventin à cause de la "Famille" accrochée à son indépendance. Le résultat est là on se jette dès lors dans les bras du premier venu.
Réponse de le 22/10/2012 à 12:49 :
Il suffit de voir le profil des PDG choisis par la "Famille". Celle de BMW est beaucoup plus discrète et fait confiance en ses dirigeants issus du milieu automobile...Peugeot c'est l'innovation en costume de flanelle grise !
a écrit le 22/10/2012 à 10:23 :
Les divorces sont toujours couteux...
Réponse de le 22/10/2012 à 22:37 :
Ce sont des marrants chez bm, c'est eux qui ont quitté le navire prétextant les nouvelles relations avec gm et un prétendu risque de fuites technologiques.
a écrit le 22/10/2012 à 10:16 :
BMW c'est 20 fois PSA en capitalisation boursière, sans parler de la valeur de la marque BMW ! C'est un peu mesquin de réclamer 50 millions d'euros à une société au bord du gouffre...
Réponse de le 22/10/2012 à 11:18 :
Business is business! Un accord est un accord.PSA a déconné et aura du s'allier avec BM, quitte à se faire absorber.L'alliance avec GM je la sent pas, PSA va asembler des grosses Opel, car le malus assomoir va dissuader ce groupe de lancer des grosses caisses.

Triste industrie auto française...L'Etat est responsable de ce déclin depuis 1945 et la nationnalisation de Renault.Avant guerre on avait de sacrés constructeurs auto comme Facel Véga, Delage,Delahaye, Talbot etc...Bref des carrossiers, comme l'Italie a su conserver, je parle même pas de l'Angleterre et bien sûr de l'Allemagne...
Réponse de le 22/10/2012 à 18:35 :
Visiblement psa va construire des voitures du groupe rebaptisées Opel , Ca sera de bonnes voitures fiables vendues dans plus d'endroits donc du travail pour Rennes et Mulhouse.
Réponse de le 22/10/2012 à 21:12 :
C'est beau l'optimisme ! Opel + PSA = 4 usines à fermer dont Rennes.
a écrit le 22/10/2012 à 10:01 :
En même temps il n'y a que dans les contes pour enfants que le crapaud se marie avec la princesse et devient prince.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :