PSA et le gouvernement discutent d'un soutien à la filiale bancaire du constructeur

 |   |  509  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le gouvernement français et PSA Peugeot Citroën discuteront ce lundi soir d'un possible soutien public à la filiale bancaire Banque PSA finance (BPF) en crise, selon l'AFP. Une réunion doit se tenir à Matignon.

Le gouvernement français et PSA Peugeot Citroën discuteront ce lundi soir d'un possible soutien public à la filiale bancaire du constructeur automobile, Banque PSA finance (BPF), ont indiqué deux sources proches du dossier à l'AFP. Une réunion se tiendra à Matignon avec des représentants du premier ministre, de l'Elysée, des ministères de l'Economie et du Redressement productif ainsi que de PSA, selon une de ces sources. "Ils espèrent arriver à une conclusion", a précisé ladite source.

Forme de soutien

Le gouvernement avait indiqué la semaine dernière qu'il étudiait une forme de soutien - conditionnelle - à BPF, qui souffre des difficultés de la crise de sa maison mère ainsi que de son modèle de financement reposant sur des emprunts bancaires ou sur les marchés. L'abaissement brutal de ses notes par les trois grandes agences de notation met en péril sa capacité à se refinancer sur les marchés. Le constructeur automobile en profond marasme souhaite un accord avant la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre, prévue mercredi matin avant Bourse. 

Plan de sauvetage

D'après le Figaro, qui a révélé l'affaire, le plan de sauvetage en discussion comporte trois volets. Pour commencer, les banques créancières de BPF repousseraient des échéances de remboursements "sur l'équivalent de 4 milliards d'euros de dettes". De plus, elles apporteraient de nouveaux crédits à la filiale. Le chiffre de 1,5 milliard d'euros circule, selon le quotidien. Enfin, l'Etat garantirait les nouveaux emprunts de BPF à hauteur de 4 milliards.

Comité de groupe européen

PSA Peugeot Citroën doit dévoiler mercredi, par ailleurs, ses projets avec General Motors. Le constructeur français réunit le 24 octobre à 8 heures un comité de groupe européen. PSA devrait notamment annoncer une structure d'achats commune avec son allié américain, pour réduire leurs coûts. Il doit également faire le point sur les plates-formes communes pour des véhicules compacts et de gamme moyenne supérieure, ou encore une petite voiture destinée aux marchés émergents, récemment annoncée par les syndicats au Brésil, mais qui semble gelée à ce stade.

Produits communs

PSA et GM, qui ont scellé fin février dernier une alliance stratégique, ont mis sur pied au printemps des groupes de travail, qui présenteront leurs conclusions. PSA devrait développer les remplaçantes de sa berline Citroën C5, du (faux) 4x4 Peugeot 3008 et du monospace compact Opel Zafira, a indiqué samedi une source proche du dossier à l'AFP. GM est par ailleurs intéressé par le futur véhicule utilitaire léger qui sera produit dans l'usine PSA de Sevelnord (Nord) avec Toyota.

Projet Opel-PSA

Le projet de mise en commun des activités d'Opel, filiale allemande de GM en crise, et de la division automobile de PSA, révélé récemment par La Tribune, n'est pour sa part pas encore mûr selon nos informations. PSA et GM étudient un projet de société commune à parité, qui éveille le scepticisme des experts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2012 à 23:27 :
QU'no arrète de soutenir les banques foireuses et pourries. Qu'on les laisse disparaitre. C'est la loi de la destruction créatrice de Shumpeter, si chère aux banquiers : que l'on l'applique donc aux banques. Laissons disparaitre les banques mal gérées; elles seront remplacées par d'autres mieux gérées et meilleures pour l'économie du pays. Evitons de reproduire l'erreur du Japon qui a maintenu en survie artificielle des banques "zombies" pendant des années et ne s'est jamais vraiment remis de cette erreur horriblement couteuse.
a écrit le 22/10/2012 à 18:40 :
L'Etat en situation de faillite aggravée (selon les déclarations de Najat VB) aide Peugeot, une boite qui perd pratiquement 1 milliard par trimestre. Entre spécialistes de la faillite, on se comprend. Vous ne vouliez pas acheter de Peugeot ? Sans importance ! L'Etat va vous contraindre à verser quand même votre obole à PSA.
a écrit le 22/10/2012 à 18:32 :
ok, si
a) tous les salaires sont limités à 100.000 Euros pour 5ans (pas d augmentation)
b) la famille Peugeot mets 50% du fric en caution
c) pas de paiements aux investisseurs
Rentrez leur dedans: ils se sont gavés les années auparavant! Il faut que les cochons maigrissent.
Réponse de le 22/10/2012 à 23:28 :
Pourquoi l"état ferait des eforts mais ni la famille peugeot ni les salariés surpayés ? Cela serait totalement immoral. Que les responsables et les fautifs soient mis à contribution est la moindre des choses et le minimum du bon sens.
a écrit le 22/10/2012 à 18:23 :
Le meilleur soutien serait que les Français se décident enfin à acheter des voitures françaises !
Plus de 3 millions de chômeurs, et malgré cela 1 Français sur 2 continue à acheter des automobiles étrangères, dont aucune (à part la petite Smart et la Yaris) n?est fabriquée en France, et dont presque toutes pourraient être remplacées par leur équivalent français ? qui est (quoiqu? en disent certains, ou le matraquage publicitaire) de qualité au moins égale !
L?automobile c?est 10% de l?emploi en France !
C?est tous les Français - sans exception (même ceux qui n?achètent pas ces véhicules étrangers) - qui payent dans leurs impôts pour les chômeurs et la dette résultant de ces importations massives.
En attendant, quand l?économie sera bien dégradée, de s?inscrire à leur tour au chômage, ou de voir leurs enfants s?y inscrire.
Réponse de le 22/10/2012 à 18:42 :
Tant qu'il y aura un seul syndicaliste marxiste employé par les constructeurs automobiles français, hors de question d'acheter leurs poubelles.
Réponse de le 22/10/2012 à 20:00 :
Eh bien vous avez tord les trabants et autres lada etaient d'excellentes voitures.
Vous pouvez encore en trouver, certaines equipes de radio cassette. Radio cassette bien utile pour ecouter les choeurs de l'armee rouge.
A la betise crasse, mieux vaut utiliser l'humour meme lourd.
Bonsoir camarade Boycott.
Réponse de le 22/10/2012 à 22:02 :
"Le meilleur soutien serait que les Français se décident enfin à acheter des voitures françaises ! "--> vous n'allez pas forcer les français à acheter des voitures françaises...Par contre ce que devrait faire les constructeurs français c'est comprendre / analyser pourquoi il y a de plus en plus de personnes qui achètent des voitures étrangères et qui n'achètent pas français.

Il n'y a qu'à prendre l'exemple du salon de l'auto à Paris, les stands des marques allemandes sont pleins à craquer, les gens sont ébahis sur des modèles qu'ils ne peuvent même pas se payer. Par contre chez Peugeot ou Citroën aux mêmes horaires, y'avait pas foule.

Les gens cherchent du rêve, même inaccessible, chez les constructeurs français, y'a rien à voir, rien de nouveau, aucunes innovations fracassantes...que du vieux, ou au mieux, du copié collé de la concurrence (caméra de recul, affichage tête haute etc...)
Chez les allemands, on a toujours 3 trains d'avances, beaucoup d'innovations intéressantes, intégration de tablettes, application téléphone etc...Bref, il faut répondre / aux besoins/attentes du client plutôt que de proposer un produit en espérant qu'il marche...
Réponse de le 22/10/2012 à 22:25 :
Mais de quoi avez-vous peur ?
Réponse de le 22/10/2012 à 23:32 :
Entièrement d'accord avec l'Observateur... Commençons par consommer responsable chacun à notre niveau, cela permettra peut être à ton voisin de se retrouver au chômage ... Arrêtons de nous pleindre, on vous demanderait d'acheter des américaines ce serait bien pire non !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :