Nissan, allié japonais de Renault, revoit ses espoirs de profits à la baisse

 |   |  302  mots
Carlos Ghosn, PDG de Nissan Motor et de Renault   Copyright Reuters
Carlos Ghosn, PDG de Nissan Motor et de Renault Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'allié nippon de Renault est touché par le yen fort, la baisse des ventes en Chine et la crise européenne. Mais sa marge opérationnelle atteint quand même un honorable 6,3% au premier semestre.

Nissan a abaissé ce mardi ses prévisions de bénéfice annuel, à cause du yen fort, d'une baisse de ses ventes en Chine causée par le conflit sino-japonais et d'une... mauvaise conjoncture en Europe. Pour l'exercice fiscal d'avril 2012 à mars 2013, le groupe nippon, dont Renault est l'actionnaire de référence avec 43,4% du capital, escompte un bénéfice net de 320 milliards de yens (3,2 milliards d'euros ), contre 400 milliards espérés jusqu'à présent. Déception. Vingt-cinq analystes interrogés par Thomson Reuters tablaient en effet sur une prévision revue à 378 milliards de yens.

Bénéfice en baisse

L'année fiscale 2012-2013 serait du coup moins profitable que la précédente, quand Nissan avait enregistré un résultat net de 341 milliards de yens (3,1 milliard d'euros). La firme japonaise réduit notamment de 175.000 voitures sa prévision de ventes en Chine sur l'année. Nissan a, en conséquence, revu ses estimations de ventes mondiales à 5,08 millions de véhicules, au lieu de 5,35 millions, et revu sa prévision de production à 5,11 millions d'unités au lieu de 5,38 millions. 

Marge honorable

Le bénéfice net du constructeur japonais contrôle depuis 1999 par Renault s'est légèrement effrité de 2,8% au premier semestre (avril-septembre 2012), à 178 milliards de yens (1,78 milliard d'euros). Le bénéfice d'exploitation a fléchi de 7,3% à 287 milliards (2,85 milliards d'euros), mais le chiffre d'affaires a en revanche grimpé de 4,1%, à 4.546 milliards de yens (45 mlilliards d'euros), tiré par de bonnes performances en début d'année en Chine, au Japon et aux Etats-Unis. La marge reste honorable à 6,3%, du même ordre que celle de Volkswagen. Le résultat dégagé par Nissan se traduira chez son actionnaire Renault, dans le résultat net de son second semestre 2012, par une contribution estimée à 471 millions d?euros, a annoncé par ailleurs le groupe français.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2012 à 15:45 :
L'effondrement des stratégies approximatives et brouillons de Ghosn, Pelatta Tavarez est en marche !!! Les années à venir vont être sombres pour l'alliance de bras cassés DaciaRenaulNissan, Dacia qui recule de 25,2 % en echec, Renault planté par Dacia, et Nissan qui va connaître les désagréments des boycot chinois ...
a écrit le 06/11/2012 à 14:11 :
La marge honorable de 6,3 % pour Nissan, équivalente à celle de VW, est quand même plus de 2 fois supérieure à celle de Renault (2,6% en 2011) !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :