Les "Goodyear" ne pourront pas compter sur Titan International

 |   |  250  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le groupe américain Titan International renonce à négocier une reprise des activités de fabrication de pneus agricoles à l'usine Goodyear d'Amiens-Nord, promise à la fermeture.

La "journée de lutte" des "Goodyear" s'annonce chaude. Titan International, repreneur potentiel de la production de pneus agricoles au sein de l'usine d'Amiens-Nord promise à la fermeture, "ne reviendra pas à la table des négociations", a fait savoir le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Une première proposition de Titan à l'automne dernier avait échoué. 

Par ailleurs, un autre acteur du marché, Michelin a écarté l'idée d'une reprise. "Aujourd'hui, sincèrement, ce n'est pas dans notre radar", a déclaré Jean-Dominique Senard le président de l'équipementier à l'agence Reuters ce mardi.

"Recherche active d'une solution alternative"

Quelque 1.173 postes sont menacés par ce projet de fermeture annoncé fin janvier. Arnaud Monteboug a également écrit dans un communiqué que "le gouvernement a déclenché la recherche active d'une solution alternative pour le site Goodyear d'Amiens-Nord et ses salariés". Des employés prévoyaient de manifester devant l'usine alors que se tient ce mardi un comité d'entreprise extraordinaire sur l'avenir du groupe.

Vers une loi sur lea reprise de sites rentables

Plus largement, des salariés de nombreuses entreprises en difficulté, dont PSA, ArcelorMittal, Sanofi, et celles réunies au sein de l'association Licenci'elles, doivent également converger vers Paris. Ils réclament une loi contre les licenciements boursiers dans les entreprises qui réalisent des bénéfices, une promesse de campagne du président François Hollande. Ce dernier a, de son côté, évoqué la veille un projet de loi relative à la reprise des sites industriels "rentables".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2013 à 8:39 :
La production de véhicules automobiles est passé de 23 millions de véhicules à 18 millionsde véhicules en Europe. Comme chaque véhicule a 4 pneus il faut donc 20 millions de pneus en moins ( calcul élémentaire niveau CM 1 ) Il faut donc en produire moins,tout en faisant face à des concurrents de plus en plus agressifs sur un marché en récession . Il y aurait bien une solution ,sans doute approuvée par la CGT : fabriquer autant de pneus qu'auparavant et les stocker dans les halls de production abandonnés par PSA à Aulnay !!!!
Réponse de le 20/02/2013 à 14:17 :
Je crois que vous ne savez pas très bien compter ... Si les gens achètent moins de voitures neuves, ils continuent à rouler et donc à user, puis changer leurs pneux. Ainsi le nombre de pneux vendus dépends plus du nombre de km parcourus par les européens que le nombre de voitures vendues ... vous voyez, en économie les choses ne sont pas si simple
a écrit le 12/02/2013 à 22:12 :
Il va donc falloir les rebaptiser les "badyear" en 2013 :-)
a écrit le 12/02/2013 à 18:33 :
Il faut être clair toute reprise de ce site managé par la CGT est impossible. La CGT a mis la France économique en position de faiblesse par sa capacité de destruction de l'outil ,mais également dans la défense des salariés seul compte pour la CGT sa capacité de nuisance. La CGT au niveau du staff des dirigeants mais également des petits leaders locaux a décidé de faire sa revolution de 1917, la preuve le "camarade" de PSA est encarté à Lutte Ouvrière comment ^tre dans ce parti et avoir une vision économqiue hors DESTRUCTION de l'Entreprise. Le plus grave il entraine dans son délire des salariés qui ont des familles, des crédits et l'on voit chez PSA qu'il a réussi à endoctriner les étrangers qui sont devenus le fer de lance de la CGT chez PSA. Son camarade bolchevique de Goodyeard est du m^me niveau. Je me dis que les gens qui suivent ces deux artistes du syndicalisme et du bolchevisme seront les dindons de la farce mais sont-ils capables de reprendre les rênes et de virer ceux qui font leur tombeau???? ne parlons pas du politique peureux et en dessous de tout.
a écrit le 12/02/2013 à 18:20 :
interview avec Mr Montebourg : ceci explique un peu - peut être - cela....http://www.usinenouvelle.com/article/goodyear-quand-montebourg-avait-encore-des-choses-a-apprendre-sur-l-industrie.N191348 .
a écrit le 12/02/2013 à 17:29 :
après avoir dégonflé le pneu qui restait ( pourtant un titan ! ) ils vont aller gonfler la chambre ( y manquent pas d'air les gus ! ) de pôle emploi .
a écrit le 12/02/2013 à 17:24 :
A RAPPELER ; les négociations avec titan avaient été refusées par la cgt il est facile à comprendre qu'il ne souhaite plus etre repreneur qui le serait?????,,,de plus hier mr hollande en rajoute en interdisant la vente des entreprises encore debout ,,,,,rappelons l'exemple de perrier invendable à cause d'un syndicat qui s'opposait à tout
a écrit le 12/02/2013 à 17:15 :
A côté de chez Goodyear il y à une usine Dunlop(même groupe). Chez eux la CGT à choisi de signer les accords avec leurs dirigeants et l'usine est toujours ouverte.
a écrit le 12/02/2013 à 17:13 :
Le patron de TITAN a tout compris !!il ne va pas investir dans une entreprise ou la cgt a tout refusé pendant 5 ans !!il faudrait etre fou de reprendre cette société!!
a écrit le 12/02/2013 à 16:59 :
Demandez à celui qui n'aime pas la Finance,ni les patrons de trouver un repreneur pour le site d'Amiens,c'est prendre les vessies des décideurs pour des lanternes!On peut croire au miracle......si Amiens s'appelait Lourdes! Il faudrait établir un climat de confiance bien délabrée depuis des lustres,puis revoir le code du travail abscons avec la mondialisation,changer la mentalité de notre société biberonnée à la sauce proudhonnienne.Je souhaite bien du plaisir au repreneur.
a écrit le 12/02/2013 à 16:31 :
Titan fait,bien de ne pas investir en France, après on en sort plus ou alors au prix de couteuses indemnités ou d insultes des communistes des syndicats
a écrit le 12/02/2013 à 15:58 :
Ils peuvent toujours demander à une holding composée des CCE de EDF, Air France, la SNCF et Presstalis, ils disposent d'une belle cagnotte, non ?
Réponse de le 12/02/2013 à 17:44 :
Pour être au Top, il faudrait que Le Ministre du Redressement fasse une nouvelle proposition de reprise pour un package Petroplus, Goodyear et autres placards de la CGT...
a écrit le 12/02/2013 à 15:22 :
Les Américains , comme les Allemands ont une vraie horreur des boites vérolées par les syndicats ! et font tout pour s'en dégager au plus vite ! la CGT est le vrai repoussoir pour ces gens là ! Ils sont habitués à d'autres formes de discussion avec les syndicats De toutes façons c'est déja plié , la production est deja partie en Pologne ! Hollande peut bien nationaliser , mais une société a besoin de vendre pour subsister ; on ne peut pas continuer à vendre à 45? des pneus qui coutent 70 à fabriquer et aucun repreneur n'est possible
a écrit le 12/02/2013 à 15:18 :
Je leur souhaite bien du courage, mais c'est pas gagné, visiblement c'est tout l'encadrement qui est à éjecter car c'est lui qui a provoqué l'émergence du syndicat le plus radical, or en France virer les cadres c'est tabou. Pouquoi pas une scoop avec l'aide d'autres spécialistes du secteur du caoutchouc (joints courroies etc).
Réponse de le 12/02/2013 à 16:24 :
Virer les cadres n'est absolument pas tabou : demandez à l'APEC combien de cadres sont actuellement au chômage suite à licenciement. Quant à la création d'une SCOOP, pourquoi pas ? Les personnels licenciés pourront y investir leurs indemnités de licenciement et se confronter à la réalité de la concurrence internationale par eux même. Ensuite si les affaires marchent mal, ils pourront se mettre en grève pour redresser l'entreprise. Et si ça ne marche pas, s'auto-séquestrer s'ils doivent s'auto-licencier.
Réponse de le 12/02/2013 à 18:36 :
@La solution : La SCOOP @pemmore
Oh la! la!, comme vous y allez fort!, sachez que les scops sont faites d'abnégations, de larmes et de sueur!, on ne s'improvise pas coopérateur du jour au lendemain, il faut avoir vraiment la fibre et la foi comme nous pourrions dire.
quelques fois certaines entreprises ont pu renaitre grâce au courage, au sérieux et savoir faire de leurs repreneurs, mais dans le cas présent, je doute fort que ces qualités animent le personnel de la future défunte usine Goodyear
a écrit le 12/02/2013 à 14:30 :
Tant va à l'eau la cruche qu'elle se casse.
a écrit le 12/02/2013 à 14:21 :
Cette entreprise américaine dans son ensemble est en faillite depuis 5 ans au moins. Michelin tire avantage de cet ecroulement de manière partielle sur les produits techniques. Il est inutile de penser pouvoir conserver des usines basiques en Europe pour qui que ce soit. Continental sera le suivant sur la liste. Michelin aura donc gagné le rôle de champion occidental, jouant l'accordéon capricieux mais subtile dans le contexte difficile que connaîssent les fournisseurs de l'automobile.
a écrit le 12/02/2013 à 13:00 :
titan n'a pas envie de se faire saccager son usine et de se voir pris en otage! merci qui?
Réponse de le 12/02/2013 à 13:49 :
Faut bien reconnaitre que les actions extrémistes refroidissent plus d'un repreneur potentiel......
a écrit le 12/02/2013 à 12:24 :
Les 1173 personnes peuvent remercier la CGT pour leur efficacité. Bravo.
Réponse de le 12/02/2013 à 13:03 :
Il faudrait d'abord qu'ils comprennent...
Réponse de le 12/02/2013 à 13:35 :
Donc ces 1173 personnes sont des idiots, c'est ca que vous voulez dire???
Réponse de le 12/02/2013 à 14:08 :
Non ils ne sont pas idiots ... Ce sont les grands Médias qui ne font pas leur travail d'information ... Merci à la Tribune pour son article précédent qui détaillait l'histoire de cette tragédie causée par la CGT. Mais les autres Médias sont muets, et probablement parceque l'Etat distribuera, en 2013, 526 millions euros d'aides aux Médias en tous genres ...
Réponse de le 12/02/2013 à 14:17 :
....non,ce ne sont pas de idiots;juste des personnes qui ont prefere soutenir la cgt plutot que leur employeur.
a un moment il faut savoir se souvenir QUI signe ton cheque a la fin du mois,le reste c'est du blabla
Réponse de le 12/02/2013 à 15:05 :
@Incroyable: Oui oui et oui! Ce sont des triples idiots!!! En France, les ouvriés et les non qualifiés préfères la confrontation que de trouver des solutions.
a écrit le 12/02/2013 à 12:23 :
une barrière qui empêche la sortie d'un actif d'un marché, constitue à terme une barrière à l?entrée d?un nouvel actif sur ce même marché...il faudrait relire Porter -ou le lire ! . Pis un peu se documenter sur la théorie des options réelles appliquée aux choix d?investissements. histoire d?avoir une compréhension des approches stratégiques et décisionnelle de ce qui pousse une entreprise à entreprendre, ou à non-entreprendre...avant même de parler dividende. Mais bon...c'est tellement plus simple d?avancer à l'aveugle, doit dans le mur. Il y quelques jours, le leader GCGT expliquait que titan reviendrait, parce que eux, à Amiens , ils étaient incontournables...quel talent diagnostique ...
Réponse de le 12/02/2013 à 13:03 :
oui, il y a plein de theorie en economie, y a aussi les 'marches contestables'... dans ce cas, le pb est tres simple, titan ne veut pas venir et on sait pq; les syndicalistes pensaient qu'avec un gvt de leur couleur ils allaient tordre le bras au reste de l'univers... un syndicaliste ca ne reflechis pas plus loin que le bout de son interet propre, communement apppele ' interet general' ;-).... maintenant, pas de soucis pour les delegues, ils seront parachutes par leurs centrales dans d'autres entreprises...
a écrit le 12/02/2013 à 12:22 :
Qui peut vraiment croire qu' une entreprise étrangère ou française ait envie d' investir en France sous le régime Hollande ??? Qui ?? Il faut être malade pour investir dans un pays socialiste qui taxe et impose tout ce qui touche au travail.
a écrit le 12/02/2013 à 12:10 :
Il est bien trop compliqué et périlleux pour un industriel de réorganiser un site en France. Il est plus économique de fermer une usine et de rouvrir ailleurs avec des primes d'installation, des équipements modernes, un personnel motivé même s'il doit être formé.
Le "lockout" est devenu la seule stratégie possible dans la négociation sociale. C'est une vrai régression largement due au droit du travail et à l'application qu'en font les juges.
Réponse de le 12/02/2013 à 14:04 :
Effectivement.
Chez nous la régle orale, qui ne sera jamais écrite, c'est : On ne remplace plus les demissions, et interdiction d'embaucher en France. "Vous avez trop de boulot, et bien envoyez le en Inde ou en Chine..". Sans bruit le pole R&D francais est passé de 455 en 2007 a 280 ce jour. et je ne vois pas comment les dernieres mesures vont créés un redressment. Il y a encore plus de demission, ( des jeunes ) qui partent pour l'australie ou le canada..
Malheureusement si ca continue, je sais ou je serai dans 10 ans ( trop vieux pour etre accepté en australie ou au canada).
a écrit le 12/02/2013 à 12:06 :
Ni Titan ni aucune autre entreprise ne voudra investir en France avec les lois drastiques que pronostique Hollande, on ne peut pas les blamer et en plus la CGT avec qui il est impossible de dialoguer.
a écrit le 12/02/2013 à 11:58 :
La CGT a atteint son objectif à Amiens : Non seulement Goodyear s'en va mais aucun repreneur n'osera y venir. On vous l'avait bien dit, les entreprises sont là pour exploiter les travailleurs, il faut les faire disparaître. On a réussi à Amiens, comme à Calais, et on continue ailleurs ...A côté de nous Attila c'était de la bibine.
a écrit le 12/02/2013 à 11:57 :
"Où est l'Etat, où est le gouvernement, où est le président de la République?"

l'Etat doit prendre ses responsabilités en se mettant en quête d'un repreneur
Réponse de le 12/02/2013 à 13:20 :
Ben, vous savez bien qu'on n'a plus de gouvernement depuis main 2012 !
Réponse de le 12/02/2013 à 13:22 :
Ils sont en train de marier les homosexuels : ça, c'est urgent...
Réponse de le 12/02/2013 à 13:36 :
Parce qu'avant mai 2012 on en avait un??
Réponse de le 12/02/2013 à 14:17 :
Vous ne l'avez pas reconnu ; ce sont les mots de François Hollande il y a un an, alors candidat à la présidentielle, qui avait appelé l'Etat à prendre ses responsabilités en se mettant en quête d'un repreneur si Petroplus devait s'avérer défaillant.

Et bien maintenant qu'il est aux manettes, il l'ouvre moins grande !
a écrit le 12/02/2013 à 11:39 :
Avec La CGT, l'istabilité de la fiscalité en France et maintenant le projet socialiste sur la vente forcée des entreprises, aucune entreprise n'osera investir en France.


Réponse de le 12/02/2013 à 14:08 :
les syndicats ont gagnes
Réponse de le 12/02/2013 à 14:19 :
Tous ensemble ! Tous ensemble ! Tous ensemble !...chez Pôle Emploi!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :