Les voitures européennes toujours refoulées à la frontière japonaise

 |   |  691  mots
Honda CR-V fabriqué en Grande-Bretagne Copyright Honda
Honda CR-V fabriqué en Grande-Bretagne Copyright Honda
Alors que débutent les négociations entre Bruxelles et Tokyo sur un accord de libre-échange, l'Association des constructeurs auto européens lance un cri d'alarme. Elle réclame la fin des subtiles barrières non tarifaires qui barrent la route aux voitures étrangères dans l'archipel.

Alors que s'ouvrent les négociations entre l'Union européenne et le Japon pour négocier un accord de libre-échange, l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles) lance un cri d'alarme! Car les voitures européennes ont traditionnellement beaucoup de mal à entrer au Japon où elles doivent être réhomologuées.  A cause des subtiles barrières... non tarifaires. Comme en Corée.  "Le Japon maintient des normes spécifiques qui renchérissent le coût des véhicules importés, sans apporter aucun bénéfice pour le client", souligne l'organisation, qui réaffirme "le besoin pour le Japon d'accélérer l'harmonisation avec les normes internationales".

Modifications coûteuses

L'association (qui représente tous les constructeurs européens, mais aussi Ford et GM., le coréen Hyundai et... Toyota Europe !) demande "qu'un véhicule homologué selon les normes de l'Union européenne puisse être vendu au Japon sans nouvelle certification ou besoin de modifications coûteuses. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Les voitures européennes sont parmi les plus sûres et propres du monde. Il n'y a donc pas de raison pour que des voitures bonnes pour les Européens ne le soient pas pour les consommateurs japonais". 

Suppression d'une fiscalité dissuassive

L'ACEA demande aussi "une révision par le Japon de sa politique fiscale et des avantages accordés aux "Kei Cars" (ndlr: des mini-véhicules spécifiques qui représentent un tiers du marché nippon), de façon à ce que les petits véhicules européens puissent rivaliser avec eux sur une base d'égalité" . Eh oui, les constructeurs automobiles européens ne veulent pas se faire avoir comme avec le dernier accord de libre-échange entre l'Union européenne et la Corée.

Bruxelles est conscient

Le Commissaire européen au Commerce, Karel de Gucht, a affirmé, lors d'un discours devant des représentants des patronats japonais et européen, que la valeur combinée des économies de l'Union européenne et du Japon représentait un tiers de l'activité mondiale. Mais il a souligné que les exportations du Vieux continent vers l'archipel avaient régulièrement reculé ces dernières années, passant de la troisième place il y a dix ans à la septième aujourd'hui. "Il y a encore trop d'obstacles. Nous sommes confrontés à des règlements discriminatoires, à des normes différentes ou à des restrictions dans les commandes publiques", a-t-il regretté.

Comme l'ACEA, il  juge que la levée de ces barrières dites non tarifaires constituerait  "la clé des négociations". "Nous devons inclure une clause de révision dans le mandat des négociations. Un an après leur lancement, soit autour d'avril 2014, je ferai le point sur les progrès du Japon dans l'application des feuilles de route sur les barrières non tarifaires (...). Si j'en conclue que les progrès n'ont pas été satisfaisants, les négociations seront suspendues", a-t-il prévenu. Bruxelles ne semble pas prêt cette fois à se  laisser faire.

12% du gâteau européen

Les voitures non japonaises s'arrogent entre 6 et 8% du marché nippon seulement en moyenne. Les seules marques japonaises détiennent, elles, 12% du gâteau de l'Union européenne. Seulement, voilà. La plupart des voitures de marque nippone sont aujourd'hui fabriquées en Europe.  Honda affirme ainsi que plus de 80% de ses ventes en Europe sont réalisées avec des produits fabriqués en Grande-Bretagne. Chez Toyota, 62% des véhicules écoulés sur le Vieux continent  y sont fabriqués, à condition d'y inclure la... Turquie. Mais, dans les 38% restants, il y a aussi des importations de Thaïlande et d'Afrique du sud.

La plus grosse part de ces 38% provient néanmoins du Japon. Le nouvel accord en négociation ne devrait pas changer fondamentalement la donne des constructeurs japonais en Europe, mais, clairement, il facilitera l'importation de produits "made in Japan".  A l'inverse, la suppression des tracasseries administratives au Japon devrait favoriser l'essor des véhicules étrangers dans l'archipel. Mais on n'en est pas là. Et le Japon est très fort pour mettre au point de nouveaux mécanismes tout aussi subtiles en cas de besoin !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2013 à 13:07 :
Je confirme fautes "j'en conclu(e)s" et "tout aussi subtil(e)s"
a écrit le 03/04/2013 à 18:38 :
pub intrusive
fautes d'orthographe
a écrit le 03/04/2013 à 8:43 :
Il paraît que les japonais ne veulent pas de voitures diésel.
Ce n'est pas du protectionnisme : ils ont sûrement d'excellentes raisons pour cela.
Raisons qu'on se garde bien de nous détailler en Europe.
a écrit le 03/04/2013 à 0:11 :
On se demande ce qu'attend la France et l'Europe en général pour adopter les contre mesures équivalentes ? ce devraient être des échanges basés sur la réciprocité et instantanément interrompu en cas de barrières inacceptables et non réciproques y compris lorsque cela est le fait de sociétés ayant des antennes intra européennes (Royaume Uni ..)mais dont le siège social réel est au Japon (Honda etc..) Nous avons une mentalité de pigeons !.
a écrit le 30/03/2013 à 19:10 :
TOUT LE MONDE DOIT DEFENDRE SONT BIFTEK LAFRANCE DOIT EN FAIRE AUTANT CAR LE MONDIALIME NE FERAS PAS DE CADEAUX A PERSONNE DE NONBREUX ENPLOIES POURRAIS ETRE SAUVEGARDE EN FRANCE SI LES HOMMES POLIQUES SI INTERESERAIS DE PLUS PRES,?
a écrit le 30/03/2013 à 14:07 :
OMC, Uruguay round, Cycle de doha, bref tout ce qui a été négocié dans ces cadres et qui a conduit à une mondialisation anarchique dont à profité essentiellement la finance et les mafias internationales doit être dénoncé et remis à plat.
a écrit le 30/03/2013 à 13:53 :
Les Honda sont fabriquées en Grande-Bretagne, en Europe, mais la GB est-elle vraiment européenne? Elle profite de l'Europe et en fait profiter Honda. Il faut donc que la GB sorte de l'Europe et Honda avec.
a écrit le 30/03/2013 à 11:50 :
les bruxellois ne connaissent pas le mot réciprocité le mot n'existe peut être pas en globich (langue usuelle des technocrates) si cette réciprocité commerciale s'appliquait une bonne part du chômage baisserait mais le problème ne serait pas résolu immédiatement car nous avons bradés nos industries (sauf les allemands)et pour exporter il faut fabriquer!! le patriotisme au japon est un fait et dans tous les domaine on y consomme japonnais! dormez braves gens mr lamy le spécialiste européen va négocier tout ça !!
a écrit le 28/03/2013 à 0:14 :
Nos décideurs de Bruxelles sont justes sensibles à la culture et aux poèmes que leur récitent, les lobbyistes et requins de ces pays .
Ce sont les seuls choses qui les touchent, eux, fonctionnaires désintéressés.

Repus de nourriture spirituelle ( et seulement de ça ( j'en vois qui gloussent au fond ! ) ), nos technocrates de Bruxelles, leur ouvre alors les portes de nos marchés et industries.
C'est beau, c'est intègre, ils n'en tirent aucun bénéfices personnels, c'est sûr.
Réponse de le 02/04/2013 à 17:18 :
éh ne parlons pas Eliot, des denières nouveautés des autorités chinoises qui leur permettent de bloquer les importations de vins et alcools en provenance de France; là encore nos parlementaires européens ,buveurs de thé s'en moqueront comme de l'an 40...!
a écrit le 27/03/2013 à 10:13 :
Effectivement, si elles sont si subtiles au point de ne même pas mettre OMC en alerte, qui nous empêche d'en faire autant.
Réponse de le 30/03/2013 à 10:36 :
En faire autant ne changera rien. Les voitures japonaises vendues en Europe ne viennent pas du Japon, elles sont faites en Europe pour la plupart.
Réponse de le 03/04/2013 à 14:18 :
@Eric

En effet, les constructeurs européens n'ont qu'à s'implanter et se développer en Asie pour se rendre compétitif sur les marchés asiatiques tout comme les constructeurs asiatiques n'ont pas hésité à s'implanter et se développer en Europe.
a écrit le 27/03/2013 à 9:53 :
Franchement peu d'intérêt... Les Japonais sont TRES attachés à leurs automobiles nationales !
a écrit le 27/03/2013 à 9:32 :
Bonjour, pourquoi laisserons les voiture japonaises rentrer en Europe?,,, somme nous trops bête pour faire comme eux.... Ou trops manipuler par le capitalisme de bruxelles ....il y a quelque chose qui ne fonctionne pas chez nous.... Pauvre Europe... Pauvre France...
Réponse de le 27/03/2013 à 11:12 :
+ 10. Mais nous sommes gouvernés par des bisounours depuis bien longtemps.
Réponse de le 27/03/2013 à 23:36 :
Je pense qu'il ne faut pas sous estimer les technocrates de Bruxelles. Ils ont passé de difficiles concours pour accéder à leurs postes dorés. Maintenant il faut s'interroger: où est leur intérêt personnel ?
Réponse de le 30/03/2013 à 10:39 :
Où avez-vous vu des voitures japonaises en Europe ?
Il s'agit de voitures faites en Europe par des marques japonaises. Difficile de refuser à l'importation des voitures déjà en Europe !!!
a écrit le 27/03/2013 à 9:08 :
Il ne reste plus à l'Europe à faire comme le Japon plutot que d'ouvrir en grand ses portes et ses fenetres à la concurrence internationale !!!
a écrit le 27/03/2013 à 6:24 :
voilà une bonne nouvelle ! nos technocrates de bruxelles vont bientôt découvrir que le marché européen est le plus ouvert au monde; la crise en europe aura au moins servi à quelque chose. a ce rythme, on va bientôt s'apercevoir que la corée, le japon, la chine, les US et bien d'autres jouent avec leur monnaie pour etre plus compétitifs :-))
a écrit le 26/03/2013 à 21:39 :
Et la grande idiote du village, l'Europe, veut signer un accord de libre échange. En plus cette imbécile a la mémoire courte. Elle oublie qu'elle a signé un accord de libre échange avec la Corée du Sud (zéro droits de douanes) qui n'a pas empêché les Coréens de maintenir de barrières "techniques" qui freinent considérablement importations de voitures européennes.
L'UE par son incompétence ravage notre industrie et décrédibilise l'idée de construction européenne.
Réponse de le 26/03/2013 à 22:34 :
+ 1 Milliard !! les milliars valent moins que les Euros par les temps qui courent.
Réponse de le 27/03/2013 à 8:37 :
Bruxelles connait une surpopulation et concentration extraordinaire de la caste des eurocrates naifs, beats, incompetents qui sabordent votre UE de l'interieur depuis 20 ans, tout en engrangeant de tres beaux salaires et indemnites en toute impunite
Réponse de le 29/03/2013 à 8:51 :
Ils ne sont pas naïfs ou incompétents. Ils sont soit corrompus, soit des idéologues fanatiques du libre-échange et de la mondialisation. Cf M.Lamy ancien commissaire européen qui vient régulièrement nous chanter les louanges de la mondialisation et nous tancer de ne pas y adhérer avec enthousiasme.
a écrit le 26/03/2013 à 21:38 :
La Corée c'est encore pire !!! tout acheteur de voiture étrangère là bas subit un contrôle fiscal dans l'année !! Ca soigne !! Je propose , non je demande, non je réclame que le gouvernement s'inspire de la Corée et colle systématiquement un contrôle fiscal tous les ans a tous les concessionnaires de marques Coréenne jusqu'à ce que la Corée revienne sur ses barrières non tarifaires ! C'est jouable a peu de frais , et en médiatisant un peu l'affaire il y a moyen de données des idées a d'autres pays.
a écrit le 26/03/2013 à 21:28 :
Avec ma Kia garantie 15 ans et très compétitive grâce au dumping monétaire coréen et à la surévaluation de l'Euro qui nous permet d'importer toutes les cochonneries produites par ceux qui trichent avec les règles de la mondialisation, je ne crains pas les Japonaises ! Sus aux Nippons !
Réponse de le 27/03/2013 à 23:47 :
Voilà 2 jours que LouPapé ne se manifeste plus et ne nous chante plus les louanges de ses Kia en plastique !
Ah, mais on nous signale à l' instant, qu'il est en panne avec sa Kia / Hyundai sur le bord de l' autoroute; nous voilà rassurés !

Ces voitures sont produites par un état qui ne respecte pas les règles du commerce ( protectionnisme ) et dans le même temps exige de Bruxelles la stricte application de celles-ci afin de déverser leurs pacotilles pas fiables produites dans des usines aucunement respectueuses des normes anti pollution.
a écrit le 26/03/2013 à 20:49 :
Moi j'achete et je roule les marques ou il n'y as pas de cgt... Pourquoi exporter des bagnoles au détriments d'autres produits si la vente de ces bagnoles engraissent des syndicats anarcho-communistes? Les françaises ne sont plus cool et tant pis pour la cgt!...
Réponse de le 27/03/2013 à 9:59 :
Vous penaliser à votre niveau des milliers de travailleurs ( ouvrier, cadre, ...) en France en n'achetant pas de voitures produites en France. Preparez vous à leur payer des indeminités chomage, quand ils auront plus de boulot (si vous cotisez).
Réponse de le 27/03/2013 à 23:50 :
Alors j'espère que vous vous éclairez à la bougie et retournez toutes les lettres et colissimos que vous recevez à leurs expéditeurs !

L" EDF où la CGT fait +50% des voix, contre moins de 15 chez PSA.
Mais curieusement, je suis prêt à parier que vous avez les certitudes sélectives.
a écrit le 26/03/2013 à 19:51 :
En Corée c'est pareil!!!! Boycottons KIA
Réponse de le 26/03/2013 à 23:41 :
TIens LouPapaete n' est pas là curieusement ? Le refoulé permanent avec ses Kia en carton.
Réponse de le 27/03/2013 à 14:17 :
C';est marrant tout cela, et pourtant la France fait aussi un barage total aux voitures US importees... meme si elle ont deja ete homologuees et meme imatriculee en Angleterre ou Belgique, il faut a nouveau les homologuees en France... c'est contraire a la libre circulation des biens en Europe...
Depuis Janiver, les taxes douanieres sont passees de 7% a plus de 30% pour les voitures US importees des USA quelque soit l'age de la voiture...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :