Toyota regagne enfin de l'argent en Europe et vise une croissance malgré la crise

Toyota est enfin profitable en Europe sur le dernier exercice fiscal clos le 31 mars prochain. Pour la première fois depuis 2007. Il compte gagner encore plus d'argent sur l'année 2013-2014 et augmenter ses ventes malgré la décrue du marché.

2 mn

Toyota vise un bénéfice pour ses opérations européennes lors de l'exercice qui sera clos fin mars. Ce serait une première depuis 2007 pour le constructeur automobile japonais / Reuters
Toyota vise un bénéfice pour ses opérations européennes lors de l'exercice qui sera clos fin mars. Ce serait une première depuis 2007 pour le constructeur automobile japonais / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

« Nous serons profitables en Europe dans les activités automobiles sur l'exercice 2012 clos le 31 mars 2013, et ce pour la première fois depuis 2007. Même en enlevant le marché russe, nous sommes rentables », affirme à La Tribune Didier Leroy, un ancien de Renault, créateur de l'usine Toyota de Valenciennes (Nord), aujourd'hui PDG des activités européennes du groupe nippon. Et « nous ne doutons pas que nous serons encore plus profitables sur l'année 2013 (close le 31 mars 2014) », souligne le patron de Toyota Europe. La Russie génère la plus grosse partie des profits, suivie du Royaume-Uni et de la France. Mais, « nous perdons encore de l'argent dans certains pays », reconnaît Didier Leroy.

Ventes en hausse

En 2012 (année calendaire), Toyota a vendu 838.000 unités en Europe (Turquie et Russie comprises), contre 822.000 en 2011. Et « nous progresserons en 2013 à « 840-850.000 ». Mais « le marché sera plus dur en Europe de l'ouest ». Evidemment, Toyota sera encore loin du « 1,14 million de véhicules vendus en 2008 ». Mais, à l'époque, « on perdait plusieurs centaines de millions d'euros »... Le groupe affirme même aujourd'hui « ne plus perdre d'argent » avec sa marque haut de gamme Lexus qui a représenté 46.000 ventes en Europe l'an dernier et devrait progresser un peu cette année. Jusqu'ici, Lexus souffrait du taux de change du yen car 100% des véhicules viennent du Japon. Mais, l'affaissement de la devise nippone a bien aidé la marque dernièrement.

Usines tournent à 100%

« Il y a trois ans, nous avons réduit nos capacités en Grande-Bretagne, où on a fermé une ligne d'assemblage. Du coup, nous tournons aujourd'hui à 100% du potentiel outre-Manche ». En France, « nous sommes revenus de trois à deux équipes, et nous sommes également à 100% des capacités actuellement (185.000 par an) ». Reste la Turquie, où le site travaille à « 50% du potentiel installé ». Mais « on remontera à 100% en fin d'année ». Enfin, le constructeur avoue que l'usine commune en République tchèque avec PSA, qui fabrique les mini-véhicules Toyota Aygo, Peugeot 107, Citroën C1, « fonctionne à 80 à 85% des capacités ». Mais, l'arrivée d'une nouvelle génération de véhicules en 2014 devrait là aussi permettre de remonter à pleines capacités.

Nouveaux modèles

Toyota compte sur ses nouveaux modèles pour accroître les ventes, avec l'arrivée de la nouvelle berline compacte Auris, notamment en version hybride, un 4x4 compact en mars, le Rav 4 de dernière génération, puis une nouvelle berline Lexus, l'IS, avec également une mécanique hybride essence-électrique de 220 chevaux, en juin prochain. En 2013, « 18% de nos ventes seront en version hybride » sur le Vieux continent, assure d'ailleurs le PDG. Et les hybrides sont plutôt très rentables !

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.