Comment Ford va sauver son usine de Bordeaux

Ford signera le 24 mai un accord cadre avec les pouvoirs publics pour la réindustrialisation du site de mécanique de Blanquefort, près de Bordeaux. 122,5 millions d'euros devraient être investis. Les collectivités territoriales apporteront 7 millions d'aides.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Un  grand jour pour l'usine française de Ford, sérieusement agitée ces dernières années.  Lors d'un comité de pilotage, le constructeur automobile américain doit  signer, vendredi 24 mai, un accord cadre avec les pouvoirs publics sur la réindustrialisation du  site de mécanique de Blanquefort, près de Bordeaux. L'accord était en négociation depuis plus d'un an. A cette occasion,  Ford confirmera son programme de 122,5 millions d'investissements. Les collectivités territoriales apporteront sept millions d'euros d'aides. 

Une nouvelle production

Premier pas: la mise en production dès juillet prochain des nouvelles boîtes de vitesses automatiques, qui équiperont le 4x4 compact  Ford Kuga et la future grande berline Mondeo. 90 millions d'euros auront été déboursés selon Ford sur ce seul projet, qui concernera 600 personnes. Le constructeur automobile a affiché son objectif de maintenir au moins 1.000 emplois dans son usine girondine, ce qui correspond à son effectif actuel. L'usine employait... 1.500 salariés en 2009. Dès 2014, le constructeur ajoutera la fabrication d'éléments pour d'autres boîtes de vitesses.

Vente ratée à HZ Holding

L'usine, dont le nom officiel est actuellement "First Aquitaine Industries" (FAI), a une histoire compliquée. Elle avait été vendue en 2009 par Ford à l'Allemand HZ Holding, lequel avait finalement échoué à bâtir un projet industriel financièrement viable. Du coup, le groupe américain a dû reprendre les rênes du site... en janvier 2011. Il est vrai que l'usine produisait toujours des pièces pour la firme automobile, en attendant le lancement de nouveaux programmes, notamment de fabrication d'éoliennes, qui ne se sont jamais concrétisés. Ce site, créé en 1973,  était  toutefois réputé pour sa médiocre compétitivté!

Reprise du site

Fermer  Blanquefort purement et simplement  aurait été pour Ford extrêmement onéreux, avec un coût politique et social élevé. Après bien des avatars, le groupe du Michigan s'est donc décidé à y allouer de nouvelles productions. Le personnel a notamment accepté un gel des salaires sur trois ans et une réorganisation du travail, en échange. Mais ce n'est pas gagné. Ford perd beaucoup d'argent dans cette usine aujourd'hui. Et l'ambiance y est assez électrique. Le constructeur n'a pas digéré la manifestation tapageuse et brutale de certains salariés sur son stand au dernier Mondial de l'automobile parisien en octobre dernier. "Nous n'avons pas confiance aujourd'hui dans la multinationale. Ford ne met pas les moyens suffisants (investissements, projets industriels supplémentaires) qui permettraient de tenir réellement les engagements pris", affirmait dernièrement la CGT... Drôle d'ambiance.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 23/05/2013 à 14:45
Signaler
Si le site de Ford Blanquefort s'en tire et est recapitalisé pour repartir sur de bonne bases financières alors tant mieux pour Ford, qui va beaucoup mieux que PSA par exemple : il faut faire quelquechose pour l'automobile française en 2013 qui sembl...

à écrit le 23/05/2013 à 13:37
Signaler
Ford construit des boites auto en Gironde, GM en alsace il me semble, les constructeurs français doivent produire les leur en France aussi, pourquoi l'etat ne favoriserait donc pas un peu plus les boites auto aux ventes microscopiques en france (ce q...

à écrit le 23/05/2013 à 11:40
Signaler
C'est pas l'usine de Ph Poutou ?

le 23/05/2013 à 13:10
Signaler
et oui heuresement que ph POUTOU existe

à écrit le 23/05/2013 à 11:09
Signaler
Les prémisses d'un nouveau Goodyear ! Nos syndicats auront petit à petit la peau des industries automobiles basées en France. Cela permet de manifester contre les délocalisations en rassemblant les adhérents sur la lutte contre le grand capital et ...

à écrit le 23/05/2013 à 10:27
Signaler
Encore de l'argent public gaspillé. Au point où on en est.

le 23/05/2013 à 10:47
Signaler
N'exagérons rien, c'est avant tout Ford qui finance le plan. Après quel est son contenu exact et quels seront les résultats ... c'est autre chose

à écrit le 23/05/2013 à 8:22
Signaler
il faudrait obliger les syndicats a revendre leurs chateaux pour racheter le site...

le 23/05/2013 à 9:36
Signaler
Surtout leur interdire de financer le front de gauche et donc de faire de la politique

le 23/05/2013 à 10:49
Signaler
Hou ... les méchants "rouges". C'est encore de leur faute tout ça ! Vous devriez peut-être prendre de la hauteur vis-à-vis de votre anticommunisme primaire et essayer d'analyser sans parti pris les stratégies des différents acteurs (salariés mais au...

le 23/05/2013 à 11:26
Signaler
rien a voir... on parlait juste de ' solidarite facon gauche plurielle'; ils ont plein de fric car ils me volent et m'exploitent sur mon dos ultra laborieux mondialise, alors on ne voit pas pq on ne leur confisquerait pas leurs chateaux pour redresse...

le 23/05/2013 à 12:02
Signaler
Aux capitalistes qui voient les syndicats comme les responsables des fermetures d'usines : la CGT notamment s'est beaucoup battue pour préserver l'usine Ford de Blanquefort avec un certain succès, ne vous en déplaise. Et c'est à mettre en relief avec...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.