Volvo investit deux milliards d'euros dans sa filiale française Renault Trucks

Le suédois AB Volvo renouvelle complètement la gamme du constructeur de camions français Renault Trucks, qu'il détient depuis douze ans. 150 millions sont investis dans les sites hexagonaux de Lyon, Bourg (Ain) et Blainville (Calvados).
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Deux milliards d'euros. C'est ce que AB Volvo affirme avoir investi dans Renault Trucks, le constructeur français de camions détenu à 100% par le suédois. Avec une telle somme, Renault Trucks, ancienne branche poids-lourds de Renault, renouvelle l'intégralité de sa gamme de camions, qui sera présentée officiellement à Lyon le 11 juin prochain. "C'est la première fois qu'un constructeur renouvelle tous ses véhicules en même temps", souligne la firme lyonnaise. "5 000 personnes ont été  impliquées dans ce travail qui aura duré sept ans". Cette toute nouvelle gamme "est produite en France", où Renault Trucks emploie 10 000 salariés.

150 millions pour les usines

L'ex-RVI (Renault Véhicules industriels) cédé il y a douze ans au groupe de Göteborg, affirme que "150 millions d?euros ont été investis dans les usines". "Une nouvelle ligne de très grosses presses a été mise en place à Lyon pour fabriquer les pièces des nouvelles cabines". À Blainville-sur-Orne (Calvados), c'est une " ligne de caisses en blanc et une autre de garnissage de cabines qui ont vu le jour", indique le constructeur. À Bourg-en-Bresse (Ain), "une ligne de développement, utilisée pour les nouveaux véhicules, est opérationnelle depuis trois ans". Cette dernière "permet à la fois de tester le processus d?assemblage et de logistique série, de finaliser les véhicules avant leur commercialisation". 

Retour à la croissance prévu

La situation  difficile du marché du camion a conduit l?entreprise à prendre des mesures de chômage partiel au premier trimestre 2013, afin d?adapter sa  production. Mais ce chômage partiel a pris fin début avril. Renault Trucks a achevé l?année 2012 avec un total de 51 486 véhicules facturés, soit
un recul de 14% par rapport à 2011. Un "léger retour à la croissance est prévu en Europe en 2013. La vraie reprise économique est, quant à elle, attendue pour l?année 2014", pronostique le dernier spécialiste tricolore du poids-lourd. Le marché français des véhicules de plus de 6 tonnes  s'était replié de plus de 8% en 2012.

Pertes trimestrielles

Le constructeur suédois de poids-lourds et d'engins de chantier  AB Volvo a annoncé une perte nette de 304 millions de couronnes (35,3 millions d'euros) au premier trimestre 2013 et un chiffre d'affaires en baisse de 25% à 58,34 milliards de couronnes (6,8 milliards d'euros). Sur l'ensemble de 2012, le groupe scandinave avait été bénéficiaire (en net) de 11,26 milliards de couronnes (1,3 milliard d'euros, -38%) pour un chiffre d'affaires de 303,6 milliards de couronnes (35 milliards d'euros, -2%).

AB Volvo avait annoncé fin janvier avoir détrôné l'allemand Daimler de la première place mondiale des poids-lourds en intégrant le chinois Dongfeng, dont il veut acquérir 45% des parts moyennant 5,6 milliards de yuans (670 millions d'euros). Le groupe, qui vend sous les marques Renault, Mack, UD Trucks et Eicher ainsi que sous propre label, a vu Renault annoncer à la mi-décembre 2012 sa sortie de son capital, alors que le français était historiquement son actionnaire de référence.

Cession symbolique

Au-delà de l'opération financière, cette cession de 6,5% du capital et 17,2% des droits de vote dans AB Volvo par Renault est symbolique. En 2001, Renault avait vendu ses poids-lourds au groupe scandinave en échange d'une prise de participation. Louis Schweitzer, alors PDG du groupe français, avait absolument tenu à être le premier actionnaire de AB Volvo (avec 21,7% du capital et 21,3% des droits de vote au périmètre d'octobre 2010), notamment pour avoir un droit de regard sur la façon dont le suédois allait gérer les... actifs français. Une participation, qui avait évité une trop lourde restructuration chez Renault Trucks, comme Louis Schweitzer nous l'avait alors avoué.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 24/07/2013 à 11:49
Signaler
Tous les poids lourds à suspension pneumatique doivent avoir une stabilité parfaite, ai la solution, brevet INPI :OK, sans électronique donc petit prix, essais O.K, recherche un constructeur dynamique comme vous, Respectueusement.

à écrit le 22/06/2013 à 16:36
Signaler
Renault Trucks aurait donc de l'avenir en France ? Parce que la concurrence chinoise ne va pas tarder à arriver.

à écrit le 16/06/2013 à 20:03
Signaler
Concernant les véhicules, camions et autocars principalement, à suspension pneumatique, ai effectué une étude de conservation de la stabilité en toutes circonstances, accélération, freinage, force centrifuge. Ai obtenu un brevet de l'INPI: solution s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.