Volvo, propriétaire des camions Renault, plonge dans le rouge

La firme scandinave, à qui Renault avait cédé en 2011 ses camions, plonge dans le rouge au premier trimestre. Les ventes chutent. Les activités françaises emploient encore 14.000 salariés.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le propriétaire des camions Renault sombre dans le rouge. Le constructeur suédois de poids-lourds et d'engins de chantier  AB Volvo, qui détient l'ancienne activités camions du constructeur auto français Renault Trucks,  annonce ce jeudi une perte nette de 304 millions de couronnes (35,3 millions d'euros) au premier trimestre 2013 et un chiffre d'affaires en baisse de 25% à 58,34 milliards de couronnes (6,8 milliards d'euros). Les ventes sont à leur plus bas niveau depuis quatre ans! L'Asie (-33%) et l'Amérique du Nord (-34%) ont enregistré paradoxalement les baisses les plus fortes. Et Renault Trucks foit faire du chômage partiel en France.

Résultats inférieurs aux attentes

Ces résultats sont inférieurs aux attentes des analystes interrogés par DowJones Newswires, lesquels tablaient sur un profit net de 1,09 milliard de couronnes et un chiffre d'affaires de 64,43 milliards. Volvo avait annoncé en février prévoir un premier trimestre difficile, faute de commandes dans les derniers mois de 2012. Toutefois, le groupe de Göteborg (rien à voir avec les voitures de Volvo Cars, vendues naguère  par le suédois à Ford qui les a recédées au chinois Geely) souligne avoir regarni son carnet de commandes  de janvier à mars, en hausse de 30% par rapport au trimestre précédent, à 61.045 unités. Crucial, car le carnet de commandes génère les ventes des mois à venir. En outre, "cette année est l'une des plus intenses en termes de lancements de nouveaux produits", affirme le PDG Olof Persson, ce qui implique des coûts plus élevés.

Année 2012 en baisse

Sur l'ensemble de 2012, le groupe scandinave avait été bénéficiaire (en net) de 11,26 milliards de couronnes (1,3 milliard d'euros), soit 38% de moins qu'en 2011. Le chiffre d'affaires avait reculé de 2%, à 303,6 milliards de couronnes (35 milliards d'euros). AB Volvo avait annoncé fin janvier avoir détrôné l'allemand Daimler de la première place mondiale des poids-lourds en intégrant le chinois Dongfeng, dont il veut acquérir 45% des parts moyennant 5,6 milliards de yuans (670 millions d'euros). Le constructeur, qui vend sous les marques Renault, Mack, UD Trucks et Eicher ainsi que sous propre label, a vu Renault annoncer à la mi-décembre 2012 sa sortie de son capital, alors que le français était historiquement son actionnaire de référence. 

 Une vieille activité

 Au-delà de l'opération financière, cette cession de 6,5% du capital et 17,2% des droits de vote dans AB Volvo par Renault est symbolique. En 2001, Renault avait vendu ses poids-lourds au groupe scandinave en échange d'une prise de participation. Louis Schweitzer, alors PDG du groupe français, avait absolument tenu à être le premier actionnaire de AB Volvo (avec 21,7% du capital et 21,3% des droits de vote au périmètre d'octobre 2010), notamment pour avoir un droit de regard sur la façon dont le suédois allait gérer les... actifs français. Une participation, qui avait évité une trop lourde restructuration chez Renault Trucks, comme Louis Schweitzer nous l'avait alors avoué. Or, désormais, Renault n'aura plus son mot à dire sur son ancienne activité, issue de la fusion en 1978 des camions Saviem et Berliet, deux marques françaises historiques.

 Réorganisation totale

Olof Persson, nouveau président du groupe suédois AB Volvo, a décrété une réorganisation de l'ensemble du groupe. Cette réorganisation remet à plat tous les organigrammes de Renault Trucks, qui perd totalement son autonomie. Quatorze mille salariés sont concernés. La nouvelle organisation impulsée par Göteborg, entraîne en effet un fort bouleversement. Le grand principe directeur est que le groupe passe d'une segmentation par marque à une structuration commerciale par aire géographique. Les marques commercialisées dépendent donc, hiérarchiquement, des directions des trois aires géographiques : l'Amérique, la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) et l'Asie. Signe du malaise au sein de Renault Trucks: la firme a vu le départ de deux patrons en un an!

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/04/2013 à 20:23
Signaler
En latin "Volvo" signifie "je roule". Je roule mon partenaire ?

à écrit le 25/04/2013 à 18:45
Signaler
La tournure du titre de l'article semble indiquer que c'est Renault trucks qui fait plonger le groupe. Au vu des résultats (baisse aux US qui représente un marché très important pour la marque Volvo) ce serait plutôt du fait de la marque Volvo . Ou c...

à écrit le 25/04/2013 à 12:26
Signaler
35 millions de perte, c'est peanuts.

à écrit le 25/04/2013 à 10:46
Signaler
C'est la suite logique de la gestion catastrophique du groupe Renault et de ses filiales Renault trucks et France V.I. Tous les indicateurs étaient au rouge mais les directions de l'époque se sont entêtées dans leurs choix...

le 25/04/2013 à 21:07
Signaler
Vous pouvez développer le pourquoi de la mauvaise gestion de RVI ? 30 % de part de marché français, leader, ce n'est pas rien?

le 26/04/2013 à 21:35
Signaler
Levez les yeux au dessus du guidon: être leader dans son pays quoi de plus normal. En revanche, quelle est la place de Renault Trucks en Europe ?

le 26/04/2013 à 22:24
Signaler
Je lève toujours le nez au-dessus du guidon mais je repose la question initiale sur la mauvaise gestion resté sans réponse , quelle mauvaise gestion ? Renault agri était aussi leader du tracteur agri en France et Class autrement dimensionné ne toucha...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.