Toyota gagne de l’argent en Europe et fait tourner ses usines à 100%

 |   |  532  mots
La Toyota Lexus GS 300h / DR
La Toyota Lexus GS 300h / DR (Crédits : DR)
Toyota sort d’années de pertes en Europe. Il va afficher cette année un « profit à trois chiffres » sur le Vieux continent dans les activités automobiles. Et ses usines, notamment française, tournent à 100% des capacités. La restructuration et les progrès des ventes d’hybrides sont la clé du succès.

« En 2010, on vendait 808.300 unités en Europe (ndlr : Russie comprise) et on perdait de l'argent dans les activités automobiles. Cette année, on en fera un peu plus de 840.000, mais on aura un bénéfice à trois chiffres », explique à latribune.fr Didier Leroy, le patron de Toyota Europe. « Nous sommes dans des volumes sensiblement similaires par rapport à 2010, mais avec une réelle profitabilité. Mon but, c'est que, quel que soit le marché, nous soyons toujours profitables », souligne ce brillant français, un ancien de Renault qui fut le créateur de l'usine tricolore de Toyota à Valenciennes.

Sites spécialisés

« Pour cela, il a fallu abaisser le point mort dans les usines. On a spécialisé nos sites. La fin des doublons génère de grosses économies. 100% de nos Auris (berlines compactes) sont produites en Grande-Bretagne, essentiellement pour l'Europe de l'ouest. Les Corolla (berline classique à quatre portes) principalement pour l'Europe de l'est et la Russie sont assemblées en Turquie. Et la France fabrique les (petites) Yaris. Désormais, les usines britannique et turque tournent à 100% de leurs capacités, contre 50 à 60% il y a un an et demi. Et le site de Valenciennes (Nord) tourne aussi à 100% », assure Didier Leroy.

Pas de surcapacités

« On a outil en Europe qui n'est plus surdimensionné. On n'a pas de surcapacités ». Pas mal, quand les usines de PSA tournent aux trois-quarts seulement de leur potentiel en Europe. Seul paradoxalement le site commun… avec PSA en République tchèque,  qui assemble les « mini » Peugeot 107, Citroën C1 et Toyota Aygo, ne tourne « qu'à 80-85% ». Mais une nouvelle génération de ces petites citadines doit arriver l'an prochain et relancer l'activité !

Progression des hybrides

Le deuxième pilier du retour aux bénéfices du groupe nippon en Europe, « ce sont les produits et l'innovation ». L'hybride (motorisation thermique et électrique), dont le japonais fut le pionnier, représentera « 20% de nos ventes en Europe cette année, contre 13% l'an dernier ». Si l'on prend la seule Europe occidentale, les hybrides  représentent même « 27% des volumes ».

La version « verte » (hybride) de la petite Yaris « made in France » est aussi assemblée à Valenciennes. Elle « génère 30% des ventes de ce modèle ».  L'Auris hybride compacte est également assemblée en version hybride sur les mêmes chaînes britanniques que la version classique. Et Didier Leroy martèle : « à ceux qui nous accusent de ne pas gagner de l'argent avec cette technologie, rappelons que nous en vendons de plus en plus en étant de plus en plus rentables ».

Vers le million de ventes

Evidemment, Toyota est encore loin de ses volumes record de 2008 en Europe (1,14 million d'unités vendues). Mais le dirigeant ne regrette pas ce temps-là. « On avait beau faire des ventes record, on perdait des centaines de millions d'euros dans les activités automobiles », se rappelle-t-il. Fort de la restructuration de ses usines, la firme  n'en vise pas moins de « dépasser à nouveau le million d'unités à terme. Ça sera en 2015 ou 2016 ? Je ne sais pas », indique Didier Leroy. « On en pousse pas les volumes en baissant les prix. Priorité à la profitabilité ». Et Didier Leroy pronostique à l'avenir « une considérable progression des bénéfices ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2013 à 1:14 :
Tenue de route et confort banals, fiabilité des Toyota en Europe inferieure a Peugeot ou Renault. Quel intérêt d'acheter Toyota, l'eloge de la fadeur et du consensuel sans qualité remarquable ?
a écrit le 12/09/2013 à 16:49 :
Les bagnoles ne se vendent pas...sauf chez Toyota...bizarre, bizarre!
Ils font comment?
A titre personnel et comme j'ai vachement du mal à gagner mon argent j'ai acheté une bagnole qui n'a rien qui casse en 100000 km (j'en suis à ma troisième de la même marque) et consomme peu et en plus à 6 ans de garantie P/MO.
Beaucoup acceptent d'acheter des voitures avec seulement deux ans de garantie et après on des factures de réparation à payer... c'est leur droit, mais pour le moins ils n'ont pas du mal à gagner leur argent! Imparable de bêtise!!
a écrit le 12/09/2013 à 11:03 :
C' est le management japonais , ça marche en France , et on est compétitif , alors?
Le patronat français.
a écrit le 11/09/2013 à 19:42 :
Le site de Valenciennes tourne aussi à 100% , avec des ouvriers français ! comme c'est bizarre. Valencienne serait-elle une zone franche ? vraiment bizarre.
a écrit le 11/09/2013 à 19:32 :
Comment, des usines françaises sont compétitives quand elle sont managés par des Japonnais?
Réponse de le 11/09/2013 à 23:03 :
L'usine de Valenciennes n'est pas managée par des japonais mais des européens. Les process sont bien japonais mais pas ceux qui les mettent en place...
Réponse de le 12/09/2013 à 11:41 :
C'est bizarre, quand on visite l'usine on voit quand même bq de japonnais en costume dans les bureaux
a écrit le 11/09/2013 à 17:54 :
Si les usines françaises tournent à 100% dans un marché européen en berne, on peut s'attendre à la reprise de l'emploi puisque le marché donne des signes de reprise.
a écrit le 11/09/2013 à 17:43 :
Ce qui serait plus intéressant serait de connaitre le montant des impôts payés en France par cette société. Les bénéfices vont aux actionnaires, et il serait bien de participer aux frais des infrastructures et de la main d'oeuvre qualifié mise à leur disposition...
Réponse de le 11/09/2013 à 23:04 :
Toujours des personnes pour rechercher du négatif la ou l'on nous annonce pour une fois une nouvelle positive. Les employés de l'usine de Valenciennes ont un travail et payent eux aussi pour certains des impôts... Cela ne vous soucie guère par contre...
Réponse de le 12/09/2013 à 0:27 :
Je ne me soucis pas des impots que payent les salariés, car ils ont le même barème que tout le monde. Par contre, les sociétés internationales disposent de systèmes "d'optimisation fiscales" qui leur permet d'échapper a l'impots. Il n'y a pas de raison que ce soit les seuls consommateurs qui payent pour la collectivité - l'école, les routes, les télécom, l'énergie, le transport... sont financés par l'impot. L'information pertinente n'est pas de savoir si les actionnaires vont faire du profit, mais si les salariés vont recevoir une bonne participation aux bénéfices, ce qui va relancer la consommation.
Réponse de le 12/09/2013 à 1:04 :
Vous perdez votre temps avec l'hérétique...
Un ancien de la cgt sans doute, qui trouve que les conneries françaises sont la faute des autres européens...comme d'hab! Je lui dirai simplement que des masochistes il y en a partout... Si les salariés frenchies sont pas contents...qu'ils utilisent eux aussi leur "optimisation fiscale" en votant avec leurs pieds! Les Turcs sont partis travailler en Allemagne quand il n'y avait pas d'industrie chez eux. Pour la petite histoire, et pour l'avoir vécu de près, je signale à l'hérétique que, justement, lors de la création de l'usine, le personnel français engagé était (en gros) LOIN de posséder les qualifications nécessaires et que c'est Toyota qui s'est chargé de la leur fournir lorsque c'était le cas... L'hérétique est le prototype du franchouillard qui se prend pour Mongolfier alors que nous en sommes à l'ère des réacteurs... Qu'il aille prêcher la bonne parole chez PSA plutôt !
Réponse de le 12/09/2013 à 13:33 :
Désolé de te contredire. Je ne suis pas un ancien de la CGT, mais j'ai travaillé pour le trésor public, d'ou mon intérêt pour le sujet. Des multinationales s'installent dans des zone-franches pour ne pas payer d?impôts. C'est le contribuable qui paye plus que ce que leur salaire leur permet de financer = d'ou le déficit chronique du budget en France. Les salaires ne compensent pas le manque à gagner en impôt sur les sociétés. Une usine peut donc coûter au contribuable plus cher qu'elle ne rapporte, malgré les emplois... Si nous avons une dette en France, c'est parce que les salaires n'arrivent pas à compenser les dépenses. L'alibi que la création d'emploi justifie l'exonération fiscale est un écran de fumé.
Réponse de le 12/09/2013 à 18:06 :
Si vous avez une dette en France...c'est peut-être aussi et surtout parce que les dépenses se font dans des domaines sociaux totalement superflus... Les économies et les industries de par le monde souffrent toutes des mêmes maux (à divers degrés, les gouvernants n'étant pas tous des idiots). Toyota en s'installant à Valencienne a reçu un très beau cadeau "fiscal" (10 ans si ma mémoire est bonne...). Mais bon, ces règles sont les mêmes à peu près partout... La seule chose que je trouve dommage en France, c'est le manque total de bon sens dès que l'on parle sciences économiques... Encore plus depuis que les gauches sont au pouvoir... La Gaule mérite mieux! Courage et bonne chance...
a écrit le 11/09/2013 à 17:24 :
Comment des usines francaises rentables,mais comment font ils, le discours sur la main d'?uvre trop chere francaise et globalement ue est elle une tromperie pour enfumer les gens?!
a écrit le 11/09/2013 à 17:08 :
Ok Toyota "gagne de l'argent" à 3 chiffres avec une part de marché inférieure à celle de tous les autres qui eux en perdent vraiment à trois chiffres. Vraiment fortiche le nippon, on y croit.
a écrit le 11/09/2013 à 16:24 :
Vous noterez tous avec plaisir que le pdg de Toyota Europe est français , qu'il est ingénieur et qu'il a été formé chez Renault et qu'il en est parti comme Tavares ....COCORICO !!!
Réponse de le 11/09/2013 à 16:42 :
Précisions , il a été débauché de chez Renault en 1998 et par ailleurs il n'est pas diplomé de l'X, Central ou des Mines ni même des arts et métiers mais de l'Ecole Sup. des Sciences et Technologies de l'Ingénieur de Nancy -ESSTIN- !!!
Réponse de le 11/09/2013 à 16:43 :
oui pnv, chez Renault ce sont les branguignoles qui sont restés, pas étonnant que Renault soit en déconfiture.
Réponse de le 11/09/2013 à 16:57 :
Merci à "vol" de nous faire part de ces précisions qui recadrent bien la réalité ... s'agissant de Tavarez, il n'est qu'un sous produit de Ghosnerie et de la Schweitzerie qui courent de façon fort stupide après les volumes au détriment des rentabilités ...
Réponse de le 12/09/2013 à 11:37 :
@branguignoles : merci pour le quelques milliers d'employés de Renault...quel respect ?
Réponse de le 12/09/2013 à 12:26 :
Ce sont les cadres dirigeants branguignoles de Renault dont il est question ... il est clair que les salariés d'en bas en production méritent eux aussi des primes de 7 500 euro à 8 600 euro pour les années 2011 et 2012 comme les salariés de VW AUDI BMW et PORSCHE .. Peut être est-il venu le moment pour les salariés de Renault de voter une pétition massive pour limoger Ghosn et tous ses sbires pantins carriéristes qui mettent Renault en échec.
a écrit le 11/09/2013 à 16:21 :
toyota
a écrit le 11/09/2013 à 15:31 :
Heu c'est quoi un bénefice à 3 chiffres ? 999 ?? ou 101%
Réponse de le 11/09/2013 à 16:20 :
C'est peut-être un bénéfice pour le patron, un bénéfice pour les actionaires et un bénéfice pour les ouvriers.
Pour les sociétés en déficit : cela doit faire mal !
Réponse de le 11/09/2013 à 16:31 :
J'ai trouvé 209 millions d'euros sur 9 mois !!!
Réponse de le 11/09/2013 à 16:50 :
semble donc être le million

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :