Dernier jour de travail pour les salariés d'Heuliez

 |  | 276 mots
Lecture 2 min.
Les salariés d'Heuliez lors d'une manifesfation à Niort en 2009 / Reuters.
Les salariés d'Heuliez lors d'une manifesfation à Niort en 2009 / Reuters. (Crédits : Reuters)
Les salariés de l'équipementier automobile Heuliez se sont rendus pour la dernière fois au travail ce jeudi. La seule et unique usine de cet ancien fleuron français de la carrosserie a été placée en liquidation judiciaire le mois dernier. La région Poitou-Charentes espère encore pouvoir créer une Société d'économie mixte pour sauvegarder l'activité en attendant un éventuel repreneur.

Les salariés de l'équipementier automobile Heuliez sont arrivés à leur usine le cœur serré, ce jeudi matin, pour leur dernière journée de travail. Le 30 septembre, le tribunal de commerce de Niort a prononcé la liquidation judiciaire de cette entreprise de carrosserie de Cerizay, dans les Deux-Sèvres, qui emploie 283 personnes. L'arrêt de l'usine sera effective à partir de demain, vendredi 1er novembre.

> Heuliez, société fétiche de Ségolène Royal, liquidée... et "re-sauvée" par le contribuable.

"C'est la fin aujourd'hui d'un des fleurons de l'industrie automobile de la région. La fin d'une aventure industrielle commencée en 1920", a lâché ému, Claude Point, le représentant CFDT, cité par l'AFP.

Une quinzaine d'emplois sauvegardés ?

Les ouvriers, accompagnés de leurs enfants, ont assisté au dernier coup de presse donné sur un élément de carrosserie, avant de déposer leurs tenues de travail sur les grillages ceinturant le site.

L'entreprise avait été placée en redressement judiciaire le 11 avril dernier. Heuliez s'était déclaré trois fois en cessation de paiement depuis 2008. La Région Poitou-Charentes espère encore pouvoir relancer l'usine en créant une Société d'économie mixte (SEM) qui reprendrait l'activité en attendant un hypothétique repreneur.

> Six mois de sursis pour Heuliez, placé en redressement judiciaire.

Le tribunal doit se prononcer, ce jeudi après-midi, sur la validité de ce plan de reprise qui permettrait seulement de conserver une quinzaine d'emplois... dans l'espoir que des contrats ultérieurs permettent de ré-embaucher les anciens salariés.

(Re)voir les réactions des salariés sur France 3 Poitou-Charentes :

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2013 à 11:48 :
Ils peuvent dire merci à MONTEBOURG pour sa determination à couler Heuliez afin de regler ses comptes avec la Présidente de Région. Cet esprit partisan et irresponsable est digne du gouvernement et de notre Président le roi des illusionnistes Ces irresponsables ont leurs places dans les écuries de la République.
a écrit le 01/11/2013 à 9:58 :
Marie-Ségolène n'a pas pu les sauver ???
a écrit le 01/11/2013 à 7:22 :
Serait- ce le résultat de l ' ANeARCHIE ?
a écrit le 31/10/2013 à 17:52 :
Toujours ....la GAD-DOUX ......la GAD-DOUX ...on y patauge
a écrit le 31/10/2013 à 17:51 :
Cette chute nous a coûté fort cher, qu'elle s'achève.
a écrit le 31/10/2013 à 15:54 :
Combien de sous traitants laissé encore avec des ardoises, quelle dette sociale et fiscale ?. Pour nous ce fut 10 000 euros en 2010. Combien de fonds publics ont été ainsi pris à nos enfants et petits enfants pour offrir ces quelques mois de répits à une entreprise de toute façon moribonde ?
Réponse de le 31/10/2013 à 16:36 :
exact. ce qui pose vraiment question : pour sauver 15 emplois, le tribunal vient d'accorder les outils pour...5000 euros. un prix vil, qui prive les créanciers , dont des fournisseurs eux même peut être mis en difficulté par cette défaillance, de tout remboursement même partiel..sauf la région, puisqu'elle récupère indirectement ces outils...qui pourront toujours êtres cédés plus tard...en cas d’échec de la SEM, par exemple. Mais au prix du marché...surement pas 5000 euros..
a écrit le 31/10/2013 à 15:45 :
Et si des syndicalistes faisaient le point sur l’industrie auto localisée en France ? Le bilan emploi de la « vignette écolo » de Borloo qui a démoli le milieu de gamme et ce qui restait du haut de gamme français ? Malus économique encore augmenté par les Verts de Hollande.
Heureusement qu’il y a les paysans bretons pour réagir.
Réponse de le 31/10/2013 à 16:40 :
Quel milieu et haut de gamme français ?? la Velsatis la C6 ou bien la 607 ??? non la vignette Borloo ne les a pas démoli, c'est les marques elles mêmes qui les ont détruit, avec des produits fades et très mal fini !!!
a écrit le 31/10/2013 à 15:28 :
Et cela va bientôt être le tour de Fagor... Sinon, surveillez la croissance de Latécoère dont le GROS client Ambraer a une chute de régime. Tuti va bene...
Réponse de le 31/10/2013 à 17:02 :
Embraer
Réponse de le 01/11/2013 à 10:04 :
Heureusement cette fin lamentable est finie. Au lieu d'investir dans des canards boiteux, la saine Ségolène aurait mieux fait d'investir l'argent des contribuables dans de nouveaux projets et ainsi donner du travail à ces nouveaux chômeurs dus à l'incompétence notoire de cette femme. Le couple hollande Ségolène est vraiment nul, il n'y a pas pire sur terre.
Réponse de le 01/11/2013 à 10:04 :
Heureusement cette fin lamentable est finie. Au lieu d'investir dans des canards boiteux, la saine Ségolène aurait mieux fait d'investir l'argent des contribuables dans de nouveaux projets et ainsi donner du travail à ces nouveaux chômeurs dus à l'incompétence notoire de cette femme. Le couple hollande Ségolène est vraiment nul, il n'y a pas pire sur terre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :