Automobile, un marché qui fait du surplace depuis le début de 2019

 |   |  319  mots
Les immatriculations françaises ont été portées par le groupe PSA, notamment la marque Citroën
Les immatriculations françaises ont été portées par le groupe PSA, notamment la marque Citroën (Crédits : Citroën)
Sur les cinq premiers mois de 2019, les ventes de voitures neuves sont stables (+0,05%) par rapport à l'an dernier, avec 935.478 immatriculations.

Le marché automobile français a progressé de 1,17% sur un an en mai, tiré notamment par les bons résultats de Citroën, selon les statistiques publiées samedi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Selon le Comité, un total de 193.948 voitures particulières neuves ont été vendues sur le marché français au cours du mois écoulé, contre 191.702 en mai 2018. Sur les cinq premiers mois de 2019, les ventes de voitures neuves sont stables (+0,05%) par rapport à l'an dernier, avec 935.478 immatriculations.

D'après le CCFA, les immatriculations françaises ont été portées par le groupe PSA, dont les ventes ont progressé de 9,24% à 64.996 unités. Ce chiffre s'explique par les bons résultats de Citroën (+23,09%, 21.127 véhicules immatriculés), ainsi que par ceux de la marque Peugeot, en croissance de 5,32% à 34.838 véhicules, après un recul au mois d'avril. Les ventes de sa filiale allemande Opel sont par contre en recul de près de 3%, avec 6.809 voitures neuves écoulées.

Renault en baisse

Les ventes du groupe Renault sont elles en légère baisse de 0,40% en mai sur un an, après une chute de 7,52% en avril, à 49.327 unités. Les ventes de sa filiale roumaine Dacia sont également en recul de 1,27%, à 13.002 unités vendues. Côté constructeurs étrangers, les ventes du groupe japonais Toyota ont bondi de 15,66%, avec 9.408 véhicules écoulés, alors que le groupe allemand BMW gagnait 1,88%, avec 7.328 voitures vendues. Le premier groupe étranger en France reste Volkswagen, malgré une stagnation des ventes en mai (-0,06% avec 23.406 unités vendues). Les ventes du groupe Ford ont poursuivi leur chute (-13,30%, à 6.541 unités), comme celles du groupe FCA (Fiat, Jeep, Alfa Romeo...) qui ont reculé de 10,54% (à 8.792 unités) le mois dernier.

Avec une progression de 4,84%, les groupes tricolores dans leur ensemble ont représenté près de 59% du marché, selon le CCFA. Leurs concurrents, avec les 41% de part de marché restant, ont reculé de 3,67%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2019 à 8:59 :
la faute à qui ? pa sur de ''l'avenir du diesel'', l'électrique hors de prix et plus pollueur à fabriquer, le recyclable improbable de qui se moque t on ? du coup on ''use jusqu'à la moelle'' ce qu'on possède déjà
a écrit le 02/06/2019 à 12:39 :
Espérons pour l'économie française que PSA notamment, continuera à gérer ses affaires avec la même lucidité. Apparemment, ces gens répondent à une demande bien identifiée et répandue dans le public.
a écrit le 02/06/2019 à 11:04 :
Le modèle de la voiture à crédit, de la maison à crédit, des vacances à crédit, de la télé à crédit et du chien à crédit s’effrite, une bonne nouvelle pour la planète.

Et finalement merci aux mégas riches de cacher l'argent dans leurs paradis fiscaux, à savoir hors d'atteinte de ceux qui s'en servent pour le consommer, bêtement la plupart du temps.
Réponse de le 02/06/2019 à 12:34 :
Pas sûr que le rapport soit aussi automatique. J'ai deux voitures, que je n'utilise qu'exceptionnellement, et je pourrais en acheter deux ou trois de plus comptant.

C'est juste que je n'en ai aucune envie, ça n'a rien à voir avec le crédit facile ou quoi que ce soit de politique.
Réponse de le 03/06/2019 à 9:11 :
@ multipseudos:

Oui merci de nous expliquer un cas minoritaire mais c'est minoritaire ton cas mon gars à savoir n'ayant que bien peu d'échos et donc de répercussion au sein du fonctionnement de notre économie.

T'es signalé hein parce que le week-end t'arrête pas de te coller à moi tête de bois.
a écrit le 02/06/2019 à 9:33 :
les ventes auto sont à la baisse en Europe, aux US et en Chine. c'est l'impasse.
il va falloir que les Etats interviennent pour soutenir l'activité... les Etats que les entreprises aiment tellement dénigrer. :-)

noter que les ventes de véhicules électriques/hybrides sont dynamiques en France (voir le site d'AVERE France).
a écrit le 02/06/2019 à 8:00 :
Très bien tout ça, vive les marques françaises et leurs nouveautés, Renault Alpine Peugeot Citroen DS et bon boulot !
a écrit le 02/06/2019 à 4:45 :
On ne fait que des cracher sur les automobilistes, les moteurs diesel, les amendes pour des excès mineurs, on durcit le contrôle technique, on le rend 30 % plus cher (sans déconner, si je le passe là, ça monte à 85 € !!!), on augmente les taxes sur les carburants alors qu'ils sont déjà au plus cher, on développe les transports en commun, on crée des pistes cyclables (obligation légale en cas de réfection de voirie), on "piétonnise" les centre-villes...

Et on s'étonne que le marché de l'automobile stagne ?

Moralité : achetez des voitures neuves, mais ne les utilisez surtout pas !
Réponse de le 02/06/2019 à 9:10 :
À compter du 1er juillet 2019, les valeurs de référence utilisées dans les centres de contrôle technique pour mesurer la pollution des véhicules diesel vont baisser.C’est la deuxième étape du contrôle technique dit « renforcé » mis en place en mai 2018. L’évolution de ces normes devait entrer en vigueur en janvier dernier, mais elle avait été repoussée de six mois par le gouvernement .
Réponse de le 02/06/2019 à 12:36 :
A mon avis, vous confondez les effets et les causes. Les règles dont vous parlez comme les baisses de ventes sont des effets, mais ne font pas partie des causes.

Les gens ont juste fait le tour de la bagnole et ont conclu que ça ne valait pas le coup.
Réponse de le 03/06/2019 à 20:46 :
@Havoc parmi ce que je liste, il n'y a pas que des effets, il y a aussi des causes. Même si personnellement, je n'ai pas attendu que les carburants, et les taxes associées, flambent pour prendre le vélo pour aller au travail (ou à l'école il y a bientôt 10 ans). De même, sécuriser la circulation des vélos, via des pistes cyclables, augmente l'attrait de ce moyen de transport. De même pour les vélos en libre service. De manière générale, on rejette les voitures en dehors des villes, il est donc logique que certains optent pour des transports en commun, vélo ou vélo cargot (bien pratique si on a deux enfants), voire scooter/moto...
Alors, certes, on peut considérer que les pistes cyclables sont une cause, je dirais que j'ai plutôt un cercle vertueux : plus de vélos => plus de pistes cyclables pour sécuriser/attirer => plus de vélos => plus de pistes cyclables pour sécuriser/attirer. Je considère que le besoin de pistes cyclables était là avant de les créer.

J'ai omis de parler du prix du stationnement ou de l'élargissement des zones payantes (certes, on peut considérer ça comme une forme de taxe).

En fait, j'ai du mal à voire les effets dont vous parlez.
a écrit le 01/06/2019 à 22:13 :
De toutes les façons le marché sera nul en 2040, car plus aucun véhicule thermique ne sera vendable. Du coup, acheter maintenant un véhicule thermique relève du quitte ou double. Sera t il revendable? Y aura t il encore des stations services? Du pétrole? Pourra t on rouler en vile avec lui? Est il fiable? Ses émissions sont elles bien calculées ? Le prix du pétrole ne va t il pas continuer d’augmenter? La taxe carbone ne va t elle pas faire passer l’essence à 2,5€ le litre comme anticipé par le dernier rapport de l’assemblée ?
Bref autant acheter un véhicule électrique
Réponse de le 02/06/2019 à 11:59 :
Et comment savez vous que serez vous toujours vivant avant que vos craintes ne se réalisent ?
Réponse de le 02/06/2019 à 12:37 :
Et donc, il faut attendre vingt ans avant de se décider ?

Une autre façon de voir est d'acheter le véhicule dont on a besoin ou envie et de laisser l'avenir venir sans se faire de bile.
a écrit le 01/06/2019 à 17:25 :
z'ont oublié les trottinettes ....
a écrit le 01/06/2019 à 17:03 :
Ben voyons,.... matraquage fiscal, matraquage policier, radarisation toute, autoroutes hors de Prix carburants plombés par des taxes insupportables,...je continue ?
Réponse de le 01/06/2019 à 18:19 :
ne boudez pas, le marché est à son plus haut depuis 10 ans

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :