Bornes de recharge électrique : ce que dit le propriétaire d'une Tesla Model 3

Cinquième et dernier volet de notre série de cinq enquêtes sur le business des bornes de recharge électrique, publiées tout au long de cette semaine. Après avoir décortiqué l'ensemble de cet univers complexe et crucial pour la décarbonation de l'automobile, nous avons décidé de donner la parole à des automobilistes pour qu'ils nous racontent leur expérience de la voiture électrifiée par rapport à la problématique de la charge. En voiture avec un propriétaire d'un véhicule 100% électrique, en l'occurence une Tesla, et un conducteur d'une voiture hybride rechargeable.

7 mn

(Crédits : dr)

Commercialisé depuis février 2019 avec pour prix de départ 43.800€, le Model 3 est désormais la voiture électrique la plus vendue sur la plupart des marchés où elle est proposée. En 2019, le Model 3 a représenté à lui seul 85% des 109.500 véhicules vendus par Tesla. Et le constructeur entend démocratiser davantage son offre au cours des années à venir, en lançant notamment un modèle à 25.000€ dès 2023.

Alors comment expliquer le succès hors pair de Tesla? Le propriétaire d'un Model 3 batterie grande autonomie, par ailleurs pilote de ligne chez Air France, confie les raisons de son choix et livre son retour d'expérience.

Un avantage concurrentiel incontestable

Pour lui, Tesla dispose d'un avantage concurrentiel indéniable par rapport à ses concurrents : son réseau de superchargeurs, pourvu de 25.000 points de charge dans le monde, dont 800 en France, répartis sur 90 stations. « Aujourd'hui, le vrai problème avec les voitures électriques, ce n'est pas l'autonomie, c'est la recharge », confie-t-il. Et c'est précisément sur ce volet que l'offre de Tesla se démarque de celle de ses rivaux. « Le réseau Tesla est doté de réels atouts : il est à la fois complet, performant, simple et bien répertorié », explique le propriétaire.

 « Le maillage est assez homogène, il reste encore quelques trous mais ils sont en train de se combler », détaille-t-il. « Le réseau est en outre fiable. Pour avoir testé d'autres réseaux de recharge avant l'achat de ma voiture en juin 2019, j'ai été confronté à de multiples pannes, et c'est un sujet dont je n'ai plus à me soucier avec ma Tesla », se réjouit-il.

Et si le temps de recharge est souvent perçu comme le talon d'Achille des véhicules électriques, le propriétaire de Model 3 interrogé en dément pas. « Tous les points de charge sont répertoriés en temps réel dans le logiciel de navigation de la voiture. C'est extrêmement simple d'utilisation : vous arrivez avec votre véhicule, prenez le pistolet, branchez et partez », raconte-t-ilÀ la différence des autres réseaux qui fonctionnent grâce à des cartes de recharge - ou par carte bancaire pour quelques exceptions -, celui de Tesla identifie automatiquement les voitures de la marque. « Le débit s'opère immédiatement sur votre compte, sans carte de recharge. La perte de temps est donc minime », souligne-t-il.

20 minutes de recharge en moyenne

Un gros quart d'heure. C'est aujourd'hui la durée moyenne que met un conducteur pour recharger une Tesla Model 3. « En 20 minutes, je réussis à recharger entre 70 et 80% de la batterie, ce qui m'assure une autonomie de 2h30 à 3h de route », confie le propriétaire interrogé. Et ce laps de temps devrait être condensé davantage au cours des années à venir. Bien renseigné, il explique: « Tesla est en pleine modernisation et adoptera prochainement la troisième génération de chargeurs, d'une puissance de 250 kilowattheure au lieu de 150, permettant ainsi un gain de 5 minutes par charge ».

Coutumier des longs trajets, le conducteur de Tesla relativise sur la nécessité de s'arrêter à plusieurs reprises pour recharger. « Personne ne fait 800 kilomètres d'une seule traite », ironise-t-il. Sur un trajet Paris-Perpignan, sa voiture électrique ne lui fait perdre que 15 minutes par rapport à son ancienne voiture thermique. « Concrètement, je pars chargé à 90% et fais trois arrêts sur la route: je m'arrête 30 minutes à Bourges, puis 10 minutes à Clermont, et enfin 40-45 minutes en Lozère le temps d'une pause déjeuner ». D'une manière générale, le propriétaire admet recharger très rarement à 100% son véhicule. « Le débit de recharge n'étant pas linéaire, il serait pratiquement aussi long d'aller de 80% à 100% que d'atteindre les 80% de charge », fait-il remarquer.

Compétitivité et attractivité au rendez-vous

Au niveau du tarif des recharges, le témoignage du conducteur concorde avec les ordres de grandeur recensés par certaines plateformes comme Turbo. Selon le propriétaire, la recharge électrique serait trois à quatre fois moins coûteuse que les pleins d'essence. « La recharge à domicile est quatre fois moins coûteuse qu'un plein d'essence, tandis que la recharge sur les superchargeurs l'est trois fois moins. Sur un trajet de 800 kilomètres, le coût des recharges s'élève désormais à 30€ avec un Tesla Model 3, tandis qu'il était de 100€ avec un véhicule thermique », observe-t-il.

Ces économies se font également sentir à l'année. Alors que l'enveloppe moyenne des automobilistes roulant à l'essence monte à 2.500€ pour 20.000 kilomètres, elle atteint 400€ seulement pour la recharge électrique. Le conducteur de Tesla interrogé confirme à peu près cette estimation. « À l'année, pour un total de 16.000 kilomètres parcourus, ma fourchette haute est de 500€, dont 400€ pour la recharge à domicile et 100€ liés aux superchargeurs », explique-t-il. À noter cependant que cet utilisateur a la possibilité de recharger gratuitement sur son lieu de travail, ce qui tire forcément vers le bas sa facture finale.

Quant au prix du véhicule, s'il reste très élevé, le Model 3 est en mesure de rivaliser avec les voitures thermiques haut de gamme. C'est d'ailleurs la raison principale qui a conduit le propriétaire interrogé à se détourner de la voiture vers laquelle penchait initialement son choix. « Je m'orientais vers une berline à essence allemande affichée 65.000€ et proposant des prestations inférieures à celles d'une Tesla. Avec le bonus écologique de 6.000€ dont j'ai pu bénéficier lors de l'achat de mon Model 3 Tesla, il m'est revenu à 55.000€, options incluses. Tesla m'est apparu vraiment compétitif, et il l'est d'autant plus aujourd'hui, puisque le même véhicule coûte désormais 53.000€ », commente-t-ilPreuve, donc, que l'offre proposée par Tesla arrive aujourd'hui à convaincre les amateurs de voitures haut de gamme de se tourner vers l'électrique.

Ouverture à la concurrence: menace ou opportunité ?

Et si le réseau de superchargeurs Tesla constitue un atout de taille aux yeux des détenteurs de ces véhicules, l'ouverture aux marques concurrentes, annoncée par Elon Musk en juillet dernier, est une vraie source d'inquiétude. Certains redoutent notamment une baisse du niveau de prestations auquel ils étaient habitués, avec entre autres des temps d'attente plus longs aux superchargeurs. Le propriétaire de Model 3 interrogé fait, lui, le pari de la confiance. « Je fais confiance à Tesla pour que l'ouverture s'opère de façon progressive et ne nuise pas aux clients historiques de la marque. Ce n'est pas dans les habitudes du constructeur de maltraiter ses clients », avance-t-il.

Selon lui, une politique à double vitesse pour les clients et non-clients Tesla serait la meilleure option. « Cela peut être fait très simplement, en limitant par exemple le nombre de comptes pouvant accéder aux superchargeurs. On peut aussi imaginer une politique tarifaire dissuasive envers les non-clients, à l'image de la stratégie mise en œuvre par Ionity pour les utilisateurs n'ayant pas de carte de recharge de l'opérateur ». Finalement, le propriétaire d'une Model 3 voit surtout dans cette ouverture une avancée positive. « Tesla a toujours fonctionné de la sorte, en ré-utilisant les fonds générés par une innovation pour en développer de nouvelles. Sur le long terme, tout le monde sera gagnant », assure-t-il.

« Conduire ma Tesla est devenu une drogue »

Interrogé sur les inconvénients éventuels de son véhicule électrique, l'utilisateur d'une Tesla Model 3 peine à en trouver. « Je ne regrette rien de mon véhicule essence. Idéalement, il faudrait juste une augmentation légère de l'autonomie et une diminution du temps de charge, qui accroîtrait l'agrément général », explique-t-il.

Une chose est sûre selon lui : ce véhicule est inégalable. « Depuis que j'ai cette voiture, ma moyenne annuelle est passée de 11.000 à 16.000 kilomètres ». Il conclut ainsi: « Quand on essaie ce véhicule, ça devient une drogue ».

_________________________________

La suite de notre 5e volet décryptant l'expérience client des automobilistes transformée par la voiture électrique.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 17/09/2021 à 14:26
Signaler
voila le resultat de 10 annees de guerre passive des constructeurs automobiles europeens contre le tout electrique.( position de cartel . Pourquoi changer quand le moteur fossile rapporte si bien?(convertir une usine de thermique en moteur electrique...

à écrit le 17/09/2021 à 14:18
Signaler
Quand on pourra avoir une voiture électrique neuve pour 15 000 euros, rouler pendant 500 kilomètres sans arrêt et recharger en 10 minutes avec de l'électricité décarbonée, j'en achèterai une. Mais raquer 40 000 euros (que je n'ai pas), ne pas pouvoi...

le 20/09/2021 à 18:34
Signaler
« D’une seul traître » vous êtes quand même censé faire une pose toute les deux heures …. Donc à 130km/h dans le meilleurs des cas c’est 260km de parcouru.

à écrit le 17/09/2021 à 12:17
Signaler
bon, on va faire un rappel sur ce qu'est un bottleneck........quand t'as 10.000 voitures electriques sur 10 millions, ca va; quand t'as 9 millions et que tout le monde va en meme temps faire le plein, ca coince..........comme les approvisionnement en...

le 17/09/2021 à 17:05
Signaler
Parce que tout le monde fait son plein d'essence en même temps ?

à écrit le 17/09/2021 à 11:58
Signaler
A part être pilote de ligne pour posséder un tel véhicule, je ne vois pas l'intérêt de ce genre de voiture.

à écrit le 17/09/2021 à 9:16
Signaler
C'est dommage qu'il n'y ait pas de "petite" Tesla. Leur réseau est cartographié, lisible (en Suède j'ai vu un site où y avait 12 bornes, et 3 véhicules branchés, me suis arrêté juste pour prendre une photo globale), la 'guerre' des prises propriétair...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.