Carlos Ghosn s'est enfui du Japon pour se réfugier au Liban

 |   |  696  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Contre toute attente, l'ancien patron de l'alliance Renault Nissan Carlos Ghosn a quitté le Japon où il était pourtant assigné à résidence. Il est arrivé en avion privé au Liban dans des circonstances encore floues.

Coup de théâtre. L'ancien patron de l'alliance Renault Nissan Carlos Ghosn, qui préparait son procès en liberté conditionnelle au Japon, se trouve au Liban où il est arrivé lundi par avion privé. L'information a été confirmée par le principal intéressé et une source sécuritaire libanaise.

"Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité", a écrit M. Ghosn, détenteur des nationalités libanaise, française et brésilienne, selon un communiqué transmis par ses porte-parole

"Je n'ai pas fui la justice, je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine", ajoute l'homme d'affaires qui possède notamment une maison à Beyrouth.

Carlos Ghosn promet de parler librement à la presse. L'annonce a laissé pantoise son équipe de défense nippone. "C'est une surprise totale, je suis abasourdi", a déclaré aux médias son principal avocat japonais, Junichiro Hironaka, affirmant ne pas avoir été contacté par M. Ghosn et avoir appris "par la télévision" qu'il avait fui le Japon où il est sous le coup de quatre inculpations pour malversations financières.

Lire aussi : Renault : des parlementaires souhaitent que Carlos Ghosn soit rapatrié et jugé en France

Il s'agit d'un développement inattendu pour le magnat déchu de l'automobile, jusque-là assigné à résidence à Tokyo depuis qu'il a été libéré sous caution par la justice japonaise qui le soupçonne de malversations financières commises alors qu'il dirigeant l'alliance automobile. Rien dans son attitude ces derniers jours ne laissait supposer qu'il allait quitter le Japon, ont indiqué à l'AFP des personnes qui l'ont récemment côtoyé. "Il continuait à préparer son procès lors de nos réunions régulières", a également assuré son avocat.

Les circonstances de son retour au Liban restaient floues ce lundi.

"La manière dont il a quitté le Japon n'est pas claire", a précisé une source au Liban, pays secoué par un mouvement de contestation inédit qui a entraîné une grave crise politique. Selon le journal libanais al-Joumhouriya, qui a dévoilé l'information, le patron déchu de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est arrivé à Beyrouth dans un avion en provenance de Turquie.

Après son arrestation, le 19 novembre 2018 à Tokyo, ses avocats et sa famille ont vivement dénoncé ses conditions de détention et la façon dont la justice japonaise mène la procédure dans ce dossier.  Il avait été libéré sous caution fin avril, mais sous de strictes conditions: il lui était notamment interdit de voir ou contacter sa femme Carole. Mi-novembre, il avait pu lui parler à distance, par vidéoconférence, pour la première fois depuis près de huit mois. Quelques jours plus tôt, ses enfants avaient réclamé un procès "équitable" pour leur père dans une tribune publiée sur le site de la radio publique française Franceinfo.

130 jours de détentions

Selon ses défenseurs et son équipe de communication, Carlos Ghosn demandait "la levée totale" des différentes interdictions qui pesaient sur lui, les jugeant "excessives, cruelles et inhumaines, et afin que soient respectés ses droits fondamentaux ainsi que ceux de son épouse". Celui qui avait été salué comme "le sauveur de Nissan" après son arrivée dans le groupe japonais en 1999 a passé au total 130 jours en prison entre novembre 2018 et avril 2019, en cumulant garde à vue et détention provisoire.

Ses avocats ont demandé en octobre à la justice japonaise d'annuler les poursuites le visant accusant les procureurs et des représentants du constructeur japonais de collusion dans le but d'"évincer" Carlos Ghosn et de l'empêcher de renforcer l'alliance avec Renault.

La justice japonaise a systématiquement rejeté toutes les demandes visant à assouplir les conditions de cette libération sous caution, notamment l'interdiction de contacter son épouse. Les avocats de l'homme d'affaires franco-libano-brésilien font valoir que cette restriction est contraire à la constitution japonaise et au droit international sur les séparations familiales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2020 à 1:57 :
Non mais on croit rêver, jusqu'à quand se moqueront ils des français, comment peuvent ils nous prendre pour des imbéciles et faire les innocents, le gouvernement français à organiser avec les autorités japonaises un compromis afin de faire partir Carlos GHOSN et vouloir nous faire croire qu'il s'est échappé, c'est une mascarade, de la foutaise !!! dans ces aéroports et partout dans le monde ne peut passer une aiguille sans qu'on ne s'en aperçoive pas et lui comme par miracle a pu fuir du Japon !!! Jusqu'à quand ces politiques oserons se moquer de nous !!! Je suis très en colère, on voit bien que ce monde appartient aux crapules, dont l'avidité, l'hypocrisie, les mensonges sont rois !!! Voilà une raison supplémentaire pour laquelle je ne vote plus depuis l'époque de l'auto-amnistie des socialistes pour leurs magouilles de l'époque !!! Il faut nous français qui sommes méprisés, se réveiller !!!
a écrit le 01/01/2020 à 11:37 :
Tout à fait immoral. Organisons une cagnotte pour le rapatrier au Japon. Peu de citoyen peuvent se permettre d'échapper à la justice
Réponse de le 01/01/2020 à 19:38 :
Et oui la justice s'adresse toujours aux mêmes... J'espère tout de même que des mercenaires le rapatrieront au Japon aussi... Et avec sa femme !
a écrit le 31/12/2019 à 23:12 :
Ghosn fait partie des chefs libres et non alignés. Une fin de race qui subsiste dans les pays d'Afrique et du Moyen Orient : Nasser, Tito, Nehru, Khadafi, Rabin, etc. Beaucoup sont morts trahis. A bon coeur, bonne fortune!
a écrit le 31/12/2019 à 22:45 :
En France, Richard est toujours pdg d’orange.
a écrit le 31/12/2019 à 22:18 :
Bravo ! Mais attention au "suicide". Ce serait trop ironique que le seul hara-kiri dans cette affaire soit celle d'un non japonais.
a écrit le 31/12/2019 à 21:36 :
C'est le problème avec tous les délinquants, s'ils ne sont pas en détention provisoire, is s'en vont ... enfin ceux qui ont les moyens
a écrit le 31/12/2019 à 18:46 :
D'après un journal dont nous tairons le nom ici(tant il est honni),Gosnh se serait enfui caché dans un étui d'instrument de musique(gros).Macron est innocenté puisqu'il joue du pipeau,un instrument qui se place dans un étui bien plus petit.
a écrit le 31/12/2019 à 18:39 :
Ne pas dire "s'est enfui" mais plutot "s'est refugie",
Merci,
a écrit le 31/12/2019 à 18:07 :
Il est probable que le fait divers Ghosn va créer énormément massivement beaucoup plus d'audience média que le verbiage du Président qui a perdu toute crédibilité ;
a écrit le 31/12/2019 à 17:23 :
Les LFI (pareils que FN), FN (pareils que LFI), LCA, NPR et consorts (sputniks ?) se déchaînent.
Sur les réseaux sociaux....
Cordialement
a écrit le 31/12/2019 à 16:55 :
Il y a des règles d'extradition entre Japon et Liban comme entre France et Liban.Si le Japon le demande c'est le reour immédiat au Japon.Suis curieux de savoir ce qui va se passer.
Réponse de le 31/12/2019 à 18:03 :
Le droit libanais ne permet pas d'extradition. Le Liban et le Japon n'ont pas signé d'accord d'extradition.
Réponse de le 31/12/2019 à 18:42 :
Le Liban vient de déclarer que M. GHOSN était arrivé Légalement au LIBAN et qu'il ne ferait rien qui entraveraiut sa liberté d'action puisqu'il a aussi la Nationalité Libanaise. Alors l'extradition .......
a écrit le 31/12/2019 à 16:44 :
Après avoir sauvé Nissan de la disparition, avant d'accepter de diriger Renault,

Il a décliné beaucoup plus gros salaires et actions, et beaucoup moins d'impots,
en déclinant la Présidence de Général Motors

La France ET Le Japon lui doivent énormément de reconnaissance.

Je suis heureuse de cette délivrance
Attention Monsieur Goshn à ne pas vous faire enlever ! risque très élevé
Il faut vous payer à vie une protection de chef d'état " incorruptible à coup de millions de dollars par le Japon "
Des chargés de mission du Japon travaillent déjà à vous capturer au Liban,
et vont y parvenir

La Justice Japonaise n'est pas une Justice : pas différente des états de non droit et de dictature
La détention carcérale Japonaise est une torture permanente.
Réponse de le 31/12/2019 à 18:45 :
Je suis beaucoup plus critique que vous sur ce type. Entre autre sur sa moralité mais aussi sur son bilan. Mais c'est incontestable que la justice nippone c'est montrée particulièrement abjecte et partiale et que, quoi qu'on pense du justiciable Ghosn, la fuite était sans doute la seule solution.
Maintenant il doit y avoir quelques dirigeants de Renault de Nissan et quelques politiques qui doivent prier pour qu'il ne balance pas ! Voir les aides dont il à bénéficié qui implique sans doute des états. La saga n'est pas finie.
a écrit le 31/12/2019 à 16:43 :
Hélas, c'est trop tard pour Renault et plus encore pour l'irrécupérable Nissan.
a écrit le 31/12/2019 à 16:43 :
Quand on est riche il y a toujours moyen d’éviter la justice.
a écrit le 31/12/2019 à 16:21 :
Si Carlos Ghosn a pu être exfiltré aussi facilement c'est surtout parce que l'état nippon était bien embêté avec les effets désastreux de cette affaire qui n'ont fait que révéler au monde un système judiciaire "médiéval" qui a dû faire réfléchir plus d'un investisseur étranger avant d'investir dans l'économie japonaise...
Du coup, le départ de Ghosn arrange tout le monde.
Par ailleurs, l'émancipation de Nissan vis-à-vis de Renault aillant échouée, les résultats de ce constructeur ont vite repris une bien vilaine tendance qui ne fait que démontrer que l'éviction de Carlos Ghosn n'a été qu'une grosse connerie...
Il y a fort à parier que c'est désormais Hiroto Saikawa qui sera jeté en pâture à la vindicte populaire...
a écrit le 31/12/2019 à 16:00 :
Bravo à lui ! Quel panache ! Les japonais récoltent le ridicule et le déshonneur qui leur pendaient au bout du nez depuis le début de cette histoire, et c'est bien fait pour eux.
a écrit le 31/12/2019 à 15:03 :
Avec de l'argent on achète qui l'on veut. Il suffit d'être patient...........
a écrit le 31/12/2019 à 14:19 :
C'est hélas trop tard pour Renault, sans parler de l'irrécupérable Nissan.
a écrit le 31/12/2019 à 13:30 :
aussi tot mis le pied en France interception et remise aux autorités japonnaises
Réponse de le 31/12/2019 à 15:19 :
Carlos Ghosn a été traité de manière ignoble par certains dirigeants de Nissan et les procureurs qui ont été leurs complices dans cette affaire.
Je suis satisfait de le savoir rentré au pays et je jubile en pensant combien les fossoyeurs d'entreprises (CGT et compagnie) vont être dépités par cette nouvelle !
a écrit le 31/12/2019 à 13:22 :
Bonne année mr Goshn

A sa place je serais parti depuis longtemps. Avoir un grand patron étranger c est déjà perdre la face .
Les grands patrons sont tous inquiets car la France et surtout le gouvernement n a rien fait pour le soutenir. C est ce qui est triste..... pourtant je ne suis pas fan de cette personne, mais c est la méthode de son arrestation et la préparation de son arrestation qui est politique.
Depuis ses détracteurs ont tous été licencié.....ca me fait penser a l Arabie saoudite ou les responsables de la décapitation du journaliste a Istanbul sont blanchis et les témoins sont condamnés à mort......affaire classée.

Au Japon les droits de l hommes sont pareils qu,en Arabie.....
Bref d autres affaires existes mais sont complètement occultées par.les medias.
Réponse de le 31/12/2019 à 14:06 :
Au Japon, la justice passe, homme "puissant" ou simple citoyen, comme aux US. facile de critiquer des systèmes qui osent punir toutes les classes sociales. Ce n'est pas en France que cela serait arrivé, regarder le lait contaminé, on en est ou ? le mediator, distilbene, le vioxx, etc. C'est sur que c'est bien mieux de ne condamner personne, quitte à recommencer à tuer lentement. Quand on est un patron international, on fait gaffe à être en règle partout. Se croire au dessus des lois, tssss
Réponse de le 31/12/2019 à 16:46 :
Tu te fais des soucis pour les grands patrons français ! Mon pauvre…
a écrit le 31/12/2019 à 13:14 :
Le premier de cordée qui ruisselle de richesse est en fuite au Liban C'est un exemple pour la jeunesse de notre Fance. Il vaut mieux-être un patron puissant et riche qui licencie des salariés. Ainsi on peut toujours frauder en toute impunité des sommes colossales et être soutenu par manu le banquier. Alors qu'un gilet jaune qui manifeste sur les ronds-points cest la taule directe.
Réponse de le 31/12/2019 à 14:05 :
personne ne vous a empeché de bosser dur pour réussir vos études et votre vie professionnelle . Marre des aigris qui n'assument pas leur ratage .
Réponse de le 31/12/2019 à 14:34 :
Voilà bien un commentaire ruisselant de bêtise.
Réponse de le 31/12/2019 à 18:11 :
@leon

Faut dire qu'avec un père entrepreneur et dirigeant de plusieurs sociétés dont des entreprises de négoce en caoutchouc et en produits agricoles ,ça aide un plus pour les études dans les bonnes écoles pour la reproduction des élites.
a écrit le 31/12/2019 à 13:06 :
Le Japon n'est pas près de toucher 1 centime suite à ce procès...
a écrit le 31/12/2019 à 12:05 :
Le prochain Francais qui se fera chopper au Japon va prendre très très cher ...
Les Japonais comme tout peuple asiatique déteste perdre la face ...
Réponse de le 31/12/2019 à 12:55 :
Il est hautement probable que le Japon a fermé les yeux pour laisser filer cet encombrant détenu. Mais tout français sensé sait maintenant à quoi s'en tenir sur les méthodes douteuses de la justice nippone, son absence d'indépendance par rapport aux politiques et aux entreprises, et devrait se garder d'y mettre les pieds.
a écrit le 31/12/2019 à 12:02 :
Il fuit au liban pas en france ça en dit long
Pas terrible pour les relations franco japonaise,les libanais ce moquent ouvertement de nous et les déclarations convenu de carlos goshn sont en fait un aveu évident de culpabilité .
a écrit le 31/12/2019 à 11:40 :
L'Etat japonais devait bien être au courant de cette sortie de territoire. Pas de fuite à mon avis.
a écrit le 31/12/2019 à 10:40 :
En cette fin d'année on nous propose un film a rebondissement pour nous divertir mais cela n'innocente pas le personnage et sa classe sociale!
a écrit le 31/12/2019 à 10:34 :
Sans préjuger de sa culpabilité ou innocence, il faut avouer tout de même que m Ghosn trained quelques casseroles. Mais je le comprends...comme quoi sans passeport mais avec un confortable pécule on peut tout faire même quitter un archipel ....
a écrit le 31/12/2019 à 10:32 :
Mieux que DALLAS !
ça fera une belle série sur netflix .
a écrit le 31/12/2019 à 10:20 :
Il a de quoi se loger au Liban :

Une maison a été acquise en 2012 à Beyrouth pour un montant de 8,75 millions de dollars, via une filiale d'une structure néerlandaise, selon L'Express. Ce lotissement aurait coûté à Nissan autour de 6 millions de dollars supplémentaires, notamment en travaux d'aménagement intérieur, via une société-coquille libanaise.
Réponse de le 31/12/2019 à 15:15 :
@lachose 31/12/2019 10:20
Quel est le problème ?
Cordialement
Réponse de le 31/12/2019 à 17:18 :
C'est dans le texte ,faut lire, mais quand ,je vois les commentaires de nos droiteux ou LREM ,ce qui à peu près la même chose d'ailleurs ,qui défendent cet individu , je comprends mieux ou passe le pognon dans ce pays.
a écrit le 31/12/2019 à 10:10 :
plus ont est riche .. plus ont à du fric ont passe partout ......ont passe au dessus de tout le monde ...... les pauvres une bille
a écrit le 31/12/2019 à 10:08 :
Bravo Monsieur GHOSN, vous avez fui une justice archaique et medievale
vous avez joue au samourai et reussi; dorenavent ils devront revoir leurs codes.
Au Liban vous ne serez jamais un repris de justice-et pour cause, le Liban en compte
des tas - et la France leur etale le tapis rouge.
que ceux qui vous critiquent revoient la valeur boursiere de Renault en 2000 (4 milliards
de FFR°)à votre arrivee chez Renault et sa valeur boursiere le 18 nov 2018 soit
47 mds d'euros.
a écrit le 31/12/2019 à 9:59 :
Qu'avait la France à gagner à une condamnation de Carlos Ghosn? Qu'a Renault, l'Alliance à gagner? Qu'ont les ouvriers de Renault à gagner? Voire même qu'avait la justice japonaise à gagner? Rien. Dès lors, cela arrange tout le monde, mais personne ne le dira. Sur le fond, chacun aura son avis, et que Carlos Ghosn ait joué, et perdu, pour le moins avec les limites du droit, cela ne se discute pas. Mais lui reprocher de ne pas lire tous les rapports de Nissan rédigés en japonais pour vérifier qu'ils étaient bien conformes à la législation japonaise, c'est une blague: aucun dirigeant d'entreprise internationale ne le fait, se reposant simplement sur ses services. in fine, la question essentielle est bien le bon contrôle par les actionnaires des rémunérations et avantages en nature globaux de ses dirigeants (et dans le cas de Renault-Nissan, nous connaissons tous l'actionnaire principal qui a failli dans son contrôle, perdu dans la kyrielle de structures). Enfin, interdire à un homme mis en cause, mais non jugé, de voir sa femme et sa famille, est tout simplement inacceptable. Carlos 1, Japon 0 donc.
a écrit le 31/12/2019 à 9:57 :
Si " l'affaire Goshn" était limitée à une affaire de "gros sous", il eût été facile de le faire payer pour récupérer les sommes indues.
L'affaire sur le fond est la relation Nissan/Renault. Goshn est (où n' a pu se) libérer qu'avec un accord tacite des autorités japonaises.
L'affaire est devenue sensible depuis que Nissan n'est pas au mieux. Goshn avait sauvé Nissan de la faillite et la perspective de faillite est de retour chez Nissan.
Goshn serait il le seul au monde à avoir les compétences pour sauver Nissan une nouvelle fois?... Le prix de sa liberté ? Vu le rocambolesque de l'histoire, tout est imaginable.
a écrit le 31/12/2019 à 9:57 :
Libération contre non révélations, ou vraie fuite, la suite le dira, mais dans le second cas certains vont trembler. Gare aux tueurs.
a écrit le 31/12/2019 à 9:55 :
Episode rocambolesque et amusant que cette fuite. On a hâte d'en savoir plus, mais le premier constat c'est que la police, la justice et les douanes japonaises sont ridiculisés. Sur le fond de l'affaire, le sort de M. Ghosn, qui n'est pas forcément une blanche colombe innocente, est finalement secondaire. Il est probable qu'il règlera ses comptes en mettant en cause certains cadres de Nissan, qui peut être perdront leur place (ou pas...). En revanche, c'est la dimension stratégique et économique de l'affaire qui devra être suivie de près par la France, qui pour l'instant est restée très en retrait (et le mot est faible...) alors que le sort de l'alliance Renault-Nissan est un dossier industriel stratégique pour notre pays. S'il s'avérait que le gouvernement japonais est mouillé dans ce dossier, voir même qu'il a organisé la chute de Ghosn pour des raisons économiques et industrielles, alors il s'agirait d'un acte de guerre économique qui appellerait une réaction à la hauteur de la France, ainsi que de l'UE. Attendons la suite...
a écrit le 31/12/2019 à 9:51 :
Bizarre, bizarre... un individu dont le visage et l'un des plus connu au Japon qui réussit à quitter le pays en jet privé. On peut à tout le moins soupçonner une corruption de policiers... si ce n'est même la bénédiction des autorités, pas fâchées de le voir filer, faute de charges et de preuves de nature à entraîner de condamnation. Et au contraire une affaire qui risquait de devenir très gênante pour Nissan, la justice nippone voire l'état japonais.
Réponse de le 31/12/2019 à 12:11 :
Il faut traduire votre commentaire et le transmettre aux autorités japonaises.
a écrit le 31/12/2019 à 9:37 :
Pauvres francais - comme herois national un suspect criminel et un espanhol qui paralise le pais.
Réponse de le 31/12/2019 à 12:37 :
avez vous un médicament contre les yeux qui piquent ?
a écrit le 31/12/2019 à 9:36 :
C'est fuite à probablement été organisée depuis l'extérieur du Japon, j'attends d'en savoir plus.
a écrit le 31/12/2019 à 9:25 :
Je ne sais pas pourquoi, ce rebondissement m'a fait penser à Balkany… Pourtant, rien de commun entre les deux histoires!
a écrit le 31/12/2019 à 9:21 :
Scénario rocambolesque et digne d'une serie tv pour le grand public, le vrai fond de l'histoire doit etre sans doute bien différent.
Réponse de le 31/12/2019 à 10:09 :
@fma44
Un fond possible de l'histoire pourrait être que Nissan ait besoin de Goshn ! Apparemment, les dirigeants de Nissan depuis l'éviction de Goshn ne semblent pas avoir fait les bons choix stratégiques pour leur entreprise.
Autre piste, Goshn à une capacité de nuisance aux intérêts de Nissan, il connaît tous les rouages, les secrets... sa liberté contre l'arrêt des nuisances? Nissan n'est actuellement pas au mieux...
a écrit le 31/12/2019 à 9:05 :
Et il a tort de dire qu'il parlera la semaine prochaine (seulement) : en voilà encore un qui n'a pas compris qu'il ne faut pas annoncer que des têtes vont tomber mais qu'il faut les faire tomber. Il y a pourtant des précédents historiques...
Réponse de le 31/12/2019 à 9:32 :
Propos délirants!!
Réponse de le 31/12/2019 à 9:54 :
Ghosn parle trop avant d'agir. Déjà en 2018, il a eu tort de laisser entendre qu'il allait à Tokyo pour débarquer le PDG de Nissan Hiroto Saikawa en raison de ses mauvais résultats à la tête de Nissan, ce qu'il aurait très bien pu faire par mail depuis Paris.
a écrit le 31/12/2019 à 9:04 :
la plupart de ces hommes influents ont un sentiment d'Impunité , tout leur est permis..
Sur ce dossier ne le connaissant pas , laissons le déroulement.
a écrit le 31/12/2019 à 8:54 :
Bravo Carlos !
Réponse de le 31/12/2019 à 18:16 :
Allez tous en chœur ,tout nu et tout bronzé
a écrit le 31/12/2019 à 8:47 :
Espérons pour lui qu'il n'est pas tombé dans un piège... Pour le moment, il a été traité de manière infâme par le Japon et lâché avec une grande médiocrité par Renault et la France. Voyons donc la suite de cette sinistre comédie qui relève de l'affaire Calas. Le Liban n'est plus un pays des plus surs en ce moment...
a écrit le 31/12/2019 à 8:34 :
Bravo, il n'avait tué personne, pourquoi lui faire subir un tel traitement, certes il avait de l'argent et beaucoup d'argent, personnellement je pense qu'en en voulait surtout à son pouvoir.. Il serait temps de faire une vraie politique sur, disons, la moralisation des diverses instances de pouvoir. Et à titre personnel je pense que DSK s'est aussi fait piéger..
a écrit le 31/12/2019 à 8:32 :
Suite à l'escroquerie évidente du système judiciaire japonais et de la complicité passive du Palais de l'Élysée Monsieur Ghosn je vous enjoins avec joie à vous présenter pour la présidence du Liban afin de faire valoir une certaine idée de la Méditerranée et du monde.
a écrit le 31/12/2019 à 7:44 :
Compte tenu de l'évolution du dossier et de la situation chez Nissan je pense que les autorités japonaise étaient au courant et ont laissé faire.
a écrit le 31/12/2019 à 7:20 :
les circonstances sont tres claires
nissan commence a boire la tasse de the, et serait en facheuse posture si renault n'etait plus son allie... voila, c'est comme ca qu'on commence a negocier
a écrit le 31/12/2019 à 6:03 :
Pour la justice japonaise cela sera considéré comme un délit de fuite et surtout comme un aveu de culpabilité d'où une condamnation par contumace inéluctable
Réponse de le 31/12/2019 à 7:36 :
Je pense qu'il s'en fout complètement. Il est libre dans son pays et avec un tas d'or
a écrit le 31/12/2019 à 2:30 :
Carlos Gone...🤣🤣🤣👌sont forts ces Libanais...des têtes vont encore tombées au Japon...De toutes les façons il n avait aucune chance de défendre sa cause équitablement et avec dignité. Tout était biaisé dans ce
Mecano politico industriel où tous les coups sont permis.
a écrit le 31/12/2019 à 1:33 :
En France Richard est toujours pdg d’orange
Réponse de le 31/12/2019 à 9:44 :
Jusqu'à plus ample informé il a bénéficié d'une relaxe. Mais sans doute préfériez-vous Didier Lombard à la tête d'Orange ?
Réponse de le 31/12/2019 à 9:58 :
Pourquoi? Il est accusé d'avoir détourné pour son compte personnel des dizaines de millions d'euros?
Réponse de le 31/12/2019 à 13:36 :
Bravo monsieur , l'homme qui a bénéficié des largesses de Macron (impôt sur la fortune supprimé) devrait être en prison.
a écrit le 31/12/2019 à 0:53 :
Bravo Mr Ghosn, vous avez un sacré mental !!!!!!
a écrit le 30/12/2019 à 23:39 :
Le délinquant Ghosn qui se pensait au dessus des lois aurait dû rester en prison, les japonais risquent de regretter leur mansuétude.
Réponse de le 31/12/2019 à 1:02 :
délinquant Ghosn ? Dans votre haine vous oubliez un détail : il n'a pas été jugé ! Sans doute ignorez vous la présomption d'innocence...
Réponse de le 31/12/2019 à 1:28 :
Exactement. À cause lui, le Japon refusera la moindre liberté sous caution à tous les Français et les Français auront une mauvaise réputation. Le Japon fera sûrement pression sur le Liban pour le récupérer. Cette fois-ci ce sera la case prison jusqu'à son procès.
Réponse de le 31/12/2019 à 3:19 :
CG n'a pas ete libere sans cacahuettes. L'etat Nipon lui a demande au prealable de se delester d'un paquet de millions d'euros.
Sans doute l'equivalent de ce qu'il a pris dans la caisse plus une majoration.
On ne prete qu'aux riches.
Réponse de le 31/12/2019 à 9:58 :
@maxima : j'espère que tout français sensé a compris ce qu'était la justice japonaise (a priori encore bien pire et politicarde que la nôtre... si si c'est possible) et évitera de se placer entre ses griffes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :