"Dieselgate" : Ford poursuivi avec Bosch pour truquage des émissions polluantes de pickups

 |   |  368  mots
Ford aurait manipulé ses moteurs afin qu'ils réussissent les tests d'émissions polluantes alors qu'en réalité ils émettent deux fois plus que les limites légales imposées en conduite normale, selon la plainte du cabinet américain Hagens Berman. (En photo, le dernier modèle de pickup Ford Super Duty)
Ford aurait manipulé ses moteurs afin qu'ils réussissent les tests d'émissions polluantes alors qu'en réalité ils émettent deux fois plus que les limites légales imposées en conduite normale, selon la plainte du cabinet américain Hagens Berman. (En photo, le dernier modèle de pickup Ford Super Duty) (Crédits : DR)
Si le constructeur américain nie en bloc toute fraude sur les pickups incriminés, Bosch, également mentionné dans la plainte déposée hier par un cabinet d'avocats américain, adopte une attitude plus prudente. L'an dernier, l'équipementier allemand a déjà payé 327,5 millions de dollars aux propriétaires américains de véhicules Volkswagen pour son rôle dans le Dieselgate.

Ford a manipulé ses moteurs afin qu'ils passent les tests alors qu'en réalité ils émettent deux fois plus que les limites légales imposées en conduite normale, selon la plainte du cabinet américain Hagens Berman déposée hier, mercredi 10 janvier. Ce cabinet d'avocats américain accuse le constructeur d'avoir manipulé les tests d'émissions de ses pick-ups F-250 et F-350 Super Duty.

La plainte, déposée auprès d'un tribunal de district du Michigan, cite aussi l'équipementier allemand Bosch.

Le constructeur américain nie en bloc toute fraude

Le même cabinet d'avocats a attaqué en justice l'an dernier General Motors, Fiat Chrysler Automobiles et le fabricant de moteurs Cummins pour les mêmes motifs.

Dans un communiqué, Ford a assuré que tous ses véhicules respectaient l'intégralité des normes en matière d'émissions polluantes.

"Les véhicules Ford n'ont pas de logiciels de manipulation", écrit le constructeur. "Nous nous défendrons contre ces affirmations dénuées de fondement."

Bosch a reconnu son rôle dans l'installation des logiciels truqueurs

Dans son propre communiqué, Bosch a dit faire toujours l'objet d'enquêtes et prendre "très au sérieux" les accusations de manipulations de logiciels de moteurs diesel.

L'équipementier allemand a accepté l'an dernier de verser 327,5 millions de dollars (274 millions d'euros) aux propriétaires américains de véhicules Volkswagen en reconnaissant avoir joué un rôle dans l'installation de logiciels truqueurs.

Lire aussi : Bosch va-t-il s'embourber dans le scandale Volkswagen ?

L'industrie automobile face à de coûteux scandales à répétition

La découverte en 2015 aux Etats-Unis de la fraude de Volkswagen a déclenché le scandale Dieselgate qui a coûté quelque 30 milliards de dollars au constructeur allemand.

Pour Ford, l'affaire ne tombe pas au meilleur moment, alors qu'il lutte toujours (et depuis des années) pour éviter un rappel massif de ses véhicules équipés des airbags défectueux fabriqués par le japonais Takata lequel a déposé son bilan en juin dernier sous l'effet du scandale. Ford a précisé que 2,5 millions de ses véhicules étaient concernés...

Lire aussi : Ford tente d'éviter un rappel massif de véhicules

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2018 à 10:12 :
"Ford a manipulé" ou "Ford aurait manipulé" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :