Bosch va-t-il s'embourber dans le scandale Volkswagen ?

 |   |  280  mots
Le groupe Bosch est le premier équipementier automobile mondial.
Le groupe Bosch est le premier équipementier automobile mondial. (Crédits : © Ralph Orlowski / Reuters)
Jusqu'ici mis hors-de-cause, des avocats américains affirment détenir des preuves montrant que l'équipementier automobile allemand a "consciemment et activement" participé aux agissements de Volkswagen. Bosch poursuit ses investigations pour déterminer des responsabilités en interne.

L'équipementier automobile allemand Robert Bosch a participé "consciemment et activement" à la stratégie élaborée par Volkswagen AG afin de contourner les normes d'émission aux Etats-Unis, rapportent des avocats de plaignants américains propriétaires de véhicules diesel.

Dès le début du scandale Volkswagen, le groupe Bosch avait reconnu être le concepteur du logiciel qui a permis au constructeur de tricher sur les émissions de gaz polluants. L'équipementier allemand avait toutefois précisé qu'il avait livré ce logiciel au groupe allemand à des fins de tests, et aucunement pour équiper les voitures en série. Les avocats des plaignants ne semblent pas convaincus.

Des documents secrets

Dans une déclaration déposée mardi soir auprès d'un tribunal de San Francisco, les avocats disent s'appuyer sur des documents secrets livrés par le groupe automobile à certains de leurs confrères.

Volkswagen n'a pas fait de commentaire, précisant toutefois que l'allégation n'aurait aucun effet sur le règlement civil conclu avec les autorités américaines. Deux sources informées ont révélé lundi que Volkswagen et le département américain de la Justice ont engagé des discussions préliminaires sur le volet pénal du scandale des émissions polluantes.

Bosch a ouvert une enquête en interne

Bosch prend ces accusation au sérieux et coopère dans plusieurs enquêtes, a réagi une porte-parole du groupe de Stuttgart. L'équipementier automobile allemand Robert Bosch a annoncé en janvier avoir lancé une enquête interne pour déterminer l'éventuelle implication de ses salariés dans le scandale de manipulation des tests d'émission de moteurs diesel.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2016 à 12:12 :
Bien sur , mais il faut pas toucher à BOSCH. il est evident que les equipementiers manipulent les constructeurs qui sont d'ailleurs d'accord avec eux. tout ce beau monde se debrouille . Mais avec les CHINOIS il faut montrer patte blanche parceque ils commencent à peser
Ah les copains vont se faire du soucis!!!.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :