Pourquoi l'action Ferrari est "trop chère"

 |   |  547  mots
Ferrari affiche le PER le plus élevé du monde, un ratio trois fois plus élevé que les standards du secteur.
Ferrari affiche le PER le plus élevé du monde, un ratio trois fois plus élevé que les standards du secteur. (Crédits : Reuters)
Ferrari a fait une entrée triomphale à la Bourse de New York. Pourtant, les investisseurs s'interrogent sur une valorisation qui dépasse les ratios en vigueur dans le secteur automobile, et de loin.

Les investisseurs se sont-ils laissés emporter par l'euphorie Ferrari ? L'introduction en bourse (IPO) de la célèbre marque de voiture de sport de luxe italienne a été un vrai succès. En effet, alors qu'elle était partie sur une cession de 10% du capital, à 52 euros par action, la maison-mère Fiat Chrysler Automobile (FCA) a finalement cédé pour 5% de titres supplémentaires. Il faut dire que l'IPO a été sur-souscrite trois fois, il n'y avait aucune raison de se priver... Après un démarrage au galop, l'action a terminé sa journée sur un gain de 5,77% à 55 dollars, soit une valorisation de près de 12 milliards de dollars.

Une action en baisse de 10%?

Pourtant, pour Nicolas Chéron, stratégiste action chez CMC-Markets, il faut absolument tempérer la réalité de cette performance.

L'analyste rappelle que, certes, l'action a grimpé à 60,97 dollars à l'ouverture du marché, mais, "en réalité, [elle] a perdu 10% en une journée". "C'est une très mauvaise IPO", juge-t-il.

Atténuant son propos, il estime que l'environnement n'était toutefois pas propice aux IPO.

"L'année 2015 est très mauvaise, nous avons eu beaucoup moins de hausse à deux chiffres lors d'IPO. (...) L'indice Bloomberg des IPO a atteint son plus-haut il y a six mois, et depuis nous nous en éloignons", explique Nicolas Chéron.

Record mondial du PER, devant Hermès

Pour autant, dans le cas de Ferrari, il y a un autre aspect qui pose question, celui de la valorisation. En effet, comme l'indique le très sérieux quotidien économique italien Il Sole 24 ore, Ferrari affiche un ratio bénéfices sur valorisation boursière (Price Earning Ratio ou PER) de 35. Soit le chiffre le plus élevé du monde. Jusque-là, le record était détenu par Hermès qui affiche un multiple de 34 fois les bénéfices.

Comme le rappelle Nicolas Chéron, "ces ratios se retrouvent dans le secteur du luxe, mais pas dans le secteur automobile, où le PER oscille plutôt autour de 10 fois les bénéfices". Ainsi, BMW, leader mondial des voitures premium, dégage un multiple de 10.

Le PER est une donnée observée à la loupe par les analystes de marché, et il s'apprécie au regard de son environnement sectoriel. Les investisseurs pourraient ainsi se méfier du titre Ferrari, compte tenu de ce ratio.

Ferrari, marque de luxe ou constructeur automobile?

Mercredi, le patron de Ferrari a pourtant expliqué aux analystes que Ferrari n'était pas une marque de voiture, mais avant-tout une marque de luxe...

Il n'empêche ! Le secteur d'activité de Ferrari implique une structure de coût totalement différente de celle qui conduit à la confection d'un sac à main, fût-il en peau de crocodile, ce qui exclut d'afficher de tels ratios. A plus forte raison, lorsque les performances de la marque sont liées aux performances des motorisations, autrement dits à de très lourds investissements. Difficile dès lors, d'appréhender le titre Ferrari comme une société du secteur du luxe.

Pour Nicolas Chéron, c'est certain, "l'action Ferrari est très chère":

"Elle n'ira probablement pas au-dessus de 60 dollars, les ratios de l'entreprise représentent un plafond psychologique pour les investisseurs." (....) "Il faut envisager que l'action baisse lentement sur les 4 à 6 prochains mois."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2015 à 8:34 :
ce qui est rare est cher......10% du capital dilué en bourse....mais les petits ruisseau font les grandes rivières....tout dépend des acheteurs "spéculatifs": qui pourront les revendre facilement.
a écrit le 22/10/2015 à 19:53 :
C'est nouveau ça? Les valorisations des societes en bourse devraient être justifiables maintenant! Voyons.
a écrit le 22/10/2015 à 19:08 :
l'action Ferrari n'est pas assez chère mon fils

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :