Fiat délesterait Ferrari de 2,25 milliards d'euros avant la scission

 |   |  271  mots
Sergio Marchionne, patron de Fiat Chrysler Automobiles, pose devant une Ferrari.
Sergio Marchionne, patron de Fiat Chrysler Automobiles, pose devant une Ferrari. (Crédits : reuters.com)
D'après Reuters, le groupe Fiat Chrysler Automobiles pourrait bénéficier de "transactions comprenant des distributions et transferts de cash estimés à 2,25 milliards d'euros" à l'occasion de la scission de Ferrari.

Ferrari offrira un beau cadeau de départ à Fiat, désormais Fiat Chrysler Automobiles (FCA). La filiale de voitures sportives de luxe pourrait ainsi apporter 2,25 milliards d'euros à sa maison-mère avant sa scission prévue en 2015. D'après l'agence Reuters, qui cite un extrait d'une communication de FCA à la SEC, le gendarme de la Bourse américaine, des "transactions comprenant des distributions et transferts de cash estimés à 2,25 milliards d'euros" doivent intervenir entre les deux sociétés.

Un plan stratégique de 48 milliards de dollars

Ces transferts seront opérés juste avant la scission prévue l'année prochaine. Fin octobre, le groupe avait annoncé le spin-off de sa filiale via une introduction boursière de 10% du capital et distribution du reste du capital aux actionnaires de FCA. L'argent ainsi récolté permettra à Sergio Marchionne, patron de FCA, de financer son plan stratégique estimé à 48 milliards de dollars sur cinq ans. Le constructeur automobile doit également émettre un emprunt obligataire convertible de 2,5 milliards de dollars avant la fin de l'année

Retour sur le limogeage du patron de Ferrari

Cette annonce apporte un nouvel éclairage sur le limogeage du patron de la marque Ferrari en septembre dernier sur fonds de divergences stratégiques. On disait alors que Sergio Marchionne voulait augmenter les ventes de la célèbre écurie, tandis que Luca Cordero di Montezemolo qui dirige Ferrari depuis près de 23 ans, voulait préserver le caractère limité et confidentiel de ses ventes. A la lumière des nouveaux éléments, il est désormais possible qu'une querelle financière ait également pu opposer les deux hommes...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2014 à 17:58 :
Un bon commerçant ne se sépare pas d'une icône ! Quelle erreur de stratégie ! Ferrari risque de passer entre des mains "people" ...
a écrit le 15/11/2014 à 14:15 :
Marchionne est un financier,un marchand et fonctionne comme tel.Il ne fonctionne pas dans la pérennité,la durée.Aujourd'hui des voitures,demain des savonettes,pourvu que ça fasse du cash en un minimum de temps.Il va spolier Ferrari pour renflouer le bidon Fiat et après il va en détruire le "mythe" en augmentant la production au détriment de la qualité et en construisant des dérivés avec le nom de la marque.Marchionne c'est Berlusconi,un autre marchand,qui pour vendre des Fiat,avait proposé de mettre le nom Ferrari a la place de Fiat.Des idées de charlatans,plus que d'entrepreneurs.
a écrit le 15/11/2014 à 11:09 :
Quel utilité pour Fiat de se désengager de Ferrari, une de ses seules marques (autos) rentables et avec un avenir certain ! La politique de Sergio Marchionne est de plus en plus douteuse...
Réponse de le 16/11/2014 à 20:01 :
Le bénéfice à court terme pour les poches des actionnaires peut-être ?
a écrit le 14/11/2014 à 21:23 :
La minabilitissima est la seule conclusion que nous pouvons tirer de la gestion de Sergio Marchionne, plus casseur que constructeur, il nous fait tellement penser à Schweitzer Ghosn et leurs subalternes qui ont tout tiré vers le bas du bas de l'automobile.
a écrit le 14/11/2014 à 21:07 :
Et alors ? tout le monde fait çà : on siphonne le cash avant de refiler le bébé aux gogos
Réponse de le 15/11/2014 à 11:09 :
chuis juste effarer qu' il n'y ait pas loger toutes les dettes de la fiat là dedans.. il joue petit bras, il pouvait faire mieux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :