PSA cède 7% de l'équipementier Faurecia avant sa fusion avec Fiat-Chrysler

 |  | 375 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Stephane Mahe)
Cette cession de parts fait partie des conditions communes annoncées par les deux groupes dans l'optique de leur fusion, qu'ils espèrent voir se réaliser début 2021.

Un petit pas de plus vers la fusion entre les groupes PSA (Peugeot Citroën) et FCA (Fiat-Chrysler). Leurs conseils d'administration respectifs ont signé mardi 27 octobre les conditions communes qui s'appliqueront à cette fusion, destinée à créer Stellantis, le quatrième constructeur automobile mondial. Les parties envisagent qu'elle « soit réalisée d'ici à la fin du premier trimestre 2021, sous réserve des conditions énoncées dans leur accord de fusion ».

Lire aussi : Fusion PSA/FCA: la naissance de Stellantis, 4e groupe automobile mondial, est toute proche

Parmi elles, les deux conseils ont ainsi approuvé que PSA vendrait « jusqu'à environ 7% du capital social » de l'équipementier Faurecia « avant la réalisation de la fusion », soit environ 350 millions d'euros selon la valeur de l'action mercredi. Stellantis garderait ainsi 39% de Faurecia.

PSA pourrait également « prendre d'autres mesures (autres que la vente additionnelle d'actions), afin de s'assurer que Stellantis n'acquiert pas le contrôle de Faurecia, conformément aux dispositions de l'accord de fusion initial ». « Ceci devrait faciliter l'obtention des approbations réglementaires nécessaires liée à la fusion », ont commenté les deux groupes.

Lire aussi : Comment PSA et Fiat ont consolidé leur futur mariage

Des concessions pour obtenir la fusion

Fin septembre, les deux groupes ont proposé des concessions à la Commission européenne pour dissiper ses craintes en matière d'atteinte à la concurrence, ce qui devrait leur permettre d'obtenir un feu vert de Bruxelles pour la naissance du nouveau groupe, selon des sources concordantes. La décision de Bruxelles est attendue au plus tard le 2 février.

PSA et FCA avaient initialement prévu de distribuer les actions Faurecia avant leur mariage, avant de changer d'avis en septembre. « Une distribution des actions Faurecia après le "closing" impliquait de fait un contrôle de Faurecia par Stellantis au "D-Day" et aurait nécessité de rediscuter avec certains anti-trust », a précisé un porte-parole de PSA contacté par l'AFP.

Le produit de ce projet de cession, ainsi que la participation restante en actions dans Faurecia, devraient être distribués aux actionnaires de Stellantis peu après la réalisation de la fusion, sous réserve de l'approbation du conseil d'administration et des actionnaires de Stellantis.

Lire aussi : PSA/FCA: qui sont les membres du nouveau conseil d'administration de Stellantis?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :