PSA versera 430 millions d'euros d'indemnités pour son départ d'Iran en 2012

 |   |  402  mots
Le groupe français a suspendu ses ventes en Iran début 2012 lors de l'extension au secteur automobile des sanctions internationales imposées à la République islamique en raison de ses activités nucléaires.
Le groupe français a suspendu ses ventes en Iran début 2012 lors de l'extension au secteur automobile des sanctions internationales imposées à la République islamique en raison de ses activités nucléaires. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Suite au départ de PSA du marché iranien en 2012, les ventes mondiales d'Iran Khodro ont chuté de près de 10%. Des indemnités seront payées par le constructeur automobile français sous la forme de services ou de remises, assure l'entreprise iranienne.

Un retour en Iran coûteux pour PSA avant d'être rentable ? Le constructeur automobile français versera près de 430 millions d'euros d'indemnités à l'Iran pour les pertes infligées par son départ soudain du marché iranien en 2012, a déclaré dimanche le directeur général du constructeur automobile Iran Khodro (IKCO).

Hashem Yekke-Zare, le directeur exécutif d'IKCO cité par l'agence de presse Isna, a précisé que la majeure partie de ces indemnités ne seront pas versées en cash mais sous la forme de services ou de remises.

"Sur la base des déductions (...), 427,6 millions d'euros de dédommagements seront versés par Peugeot à Iran Khodro en raison de ces pertes", a-t-il dit.

L'accord avec l'Iran est "bon" et "équilibré", selon PSA

"Nous avons reçu et nous recevrons des pièces détachées pour des modèles actuels (produits en Iran) d'un montant de 25 millions d'euros. Onze millions d'euros de pièces pour des modèles de Peugeot 207 exonérées de charges seront également offertes à IKCO. Peugeot a effacé 11 millions d'euros de dettes d'Iran Khodro plus 65 millions d'euros de droits dus pour la période 2012-2016", a-t-il déclaré.

Les 317 millions d'euros restants représentent la coopération future entre PSA et Iran Khodro, y compris la formation du personnel d'Iran Khodro, a-t-il encore déclaré.

Samedi, alors que le ministre iranien du Commerce et de l'Industrie avait déjà annoncé que PSA verserait des indemnités, sans en détailler le montant, un porte-parole de PSA n'avait pas souhaité faire de commentaire sur les détails du contrat mais déclaré que l'accord avec l'Iran était "bon" et "équilibré".

Baisse des ventes mondiales d'Iran Khodro après le départ de PSA

Pour rappel, le groupe français a suspendu ses ventes en Iran début 2012 lors de l'extension au secteur automobile des sanctions internationales imposées à la République islamique en raison de ses activités nucléaires. La plupart de ces sanctions ont été levées le mois dernier, avec l'entrée en vigueur de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, et Peugeot a annoncé fin janvier la création d'une coentreprise avec IKCO.

Le départ de PSA du marché iranien en 2012 a fait baisser les ventes mondiales du groupe de près de 10% et interrompu une implantation vieille de plus d'un demi-siècle.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2016 à 9:24 :
Depuis que la famille Peugeot ne gère plus PSA cette dernière va bien mieux.

Encore un énième échec de l'oligarchie.
a écrit le 08/02/2016 à 20:31 :
Pas grave, ce sont les chinois qui vont payer.....
a écrit le 08/02/2016 à 14:02 :
On dit merci qui? Monsieur le Gendarme du monde qui ne défend que les intérêts de ses entreprises et écrase celles de ses alliés!
a écrit le 08/02/2016 à 13:44 :
Prière d'envoyer la note qui s'ajoute aux pertes du contrat Mistral, à Washington .
Bravo à Goufi et à son ministre des affaires étrangères .
Réponse de le 09/02/2016 à 6:32 :
PEUGEOT a quitté l'Iran en2012 ...Vous êtes aveuglé ou vous avez la mémoire courte.
Réponse de le 09/02/2016 à 11:00 :
A Pedro68
Peugeot
A quitté l'Iran à cause de qui ?
Pas de son plein gré.
a écrit le 08/02/2016 à 12:28 :
C'est ce que Gouffi et sa clique appelle pudiquement "les sanctions économiques" ?
a écrit le 08/02/2016 à 12:27 :
Quand les intérêts de l'Europe et des USA, prime sur les nôtres.
a écrit le 08/02/2016 à 10:30 :
Peugeot avait 40% du marché iranien, l'alliance avec GM voulue par notre patronnat national à la ramasse a créé la situation.
GM et les gouvernement US ont imposé le retrait de Peugeot, l'ont obtenu de nos brillants dirigeants, ont revendu leurs parts aux chinois, et donc les USA et GM s'implantent en Iran sur les friches de l'industrie française...
Et Peugeot, donc, paye, des pénalités, en plus du reste.
Juste bravo
a écrit le 08/02/2016 à 9:03 :
Là aussi il est dommage que PSA appartienne dorénavant à des capitaux chinois mais la famille peugeot était vraiment bien trop larguée pour continuer à assumer une entreprise d'une telle importance qui d'ailleurs semble t'il continue d'en payer les frais de cette mauvaise gestion.
Réponse de le 09/02/2016 à 6:35 :
Dong feng a 14% du capital' à égalité avec l'Etat et la famille Peugeot. Psa n'est pas chinois mais français!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :