Renault convoque en urgence son conseil d'administration

 |   |  365  mots
Carlos Ghosn craint que Nissan réclame une modification des termes de l'alliance.
Carlos Ghosn craint que Nissan réclame une modification des termes de l'alliance. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La semaine dernière, l'Etat est monté à presque 20% du capital de Renault afin de forcer celui-ci à adopter les droits de vote double pour les actionnaires. La direction du constructeur s'inquiète des conséquences de cette décision notamment dans le cadre de son alliance avec Nissan...

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a convoqué un conseil d'administration extraordinaire ce jeudi afin d'étudier la récente décision du gouvernement d'augmenter temporairement sa participation au capital de Renault, indiquent Les Echos mercredi sur leur site internet.

L'ordre du jour de ce conseil d'administration porte sur "l'évolution de la composition de l'actionnariat et les conséquences sur l'alliance" avec le constructeur japonais Nissan, indique le journal économique. Contacté par l'AFP, Renault n'a pas souhaité commenter cette information.

Renault craint une modification de son alliance avec Nissan

Les administrateurs aborderont la récente annonce par le gouvernement de l'augmentation de sa participation pour obliger le groupe à appliquer un dispositif valorisant l'actionnariat à long terme.

Selon les Echos, cette manoeuvre pourrait indisposer Nissan, le partenaire japonais de Renault, qui détient environ 15% de son capital mais aucun droit de vote, et le pousser à réclamer une modification de l'alliance qui unit les deux constructeurs. Renault détient quant à lui 44% du capital de Nissan.

Bercy a indiqué il y a une semaine que l'Agence de participation de l'Etat (APE) allait acquérir 4,7% supplémentaires du capital du constructeur automobile, portant sa participation à 19,7%, pour le forcer à adopter des droits de vote doubles, mesure prévue par la "loi Florange".

L'Etat pourrait contrôler le tiers des voix de l'AG

Cette "loi visant à reconquérir l'économie réelle du 29 mars 2014 prévoit que sauf décision contraire des assemblées générales, les actionnaires qui conservent leurs titres pendant au moins deux ans sont récompensés par l'octroi de droits de vote doubles: au bout de deux ans, chaque action qu'ils détiennent leur donne deux voix lors des assemblées générales", avait rappelé Bercy.

Au terme de ses achats, l'Etat contrôlera 23,2% des droits de vote exerçables dans cette entreprise. Au vu de l'actionnariat très éclaté de Renault, et d'un taux de participation aux assemblées générales bien inférieur à 100%, ce niveau devrait permettre à l'Etat de contrôler le tiers des voix lors de l'assemblée générale. C'est le niveau requis pour bloquer une résolution soumise au vote des actionnaires de Renault.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2015 à 0:38 :
L'alliance Renault Nissan est construite sur un équilibre à plusieurs dimensions car chaque dimension n'est pas à parité.
Pourquoi le gouvernement veut il le modifier avec sa loi sur les votes doubles?
Une explication du journaliste ?
a écrit le 16/04/2015 à 19:42 :
Ce gouvernement n'est quand même pas manchot .
a écrit le 16/04/2015 à 18:07 :
Renault est légitime à réfléchir sur une opération qui modifie son périmètre. Aurios-nous voulu s'agissant de l"état et des inquiétudes que cela peut produire qu'il ne fasse rien ? Le conseil examinera les points saillants fera ses observations qui recevront une réponse. Une façon urbaine de bien fonctionner tout en respectant ses partenaires directs. Il faut souligner que ces derniers sont japonnais, roumains, russes, coréens, chinois, allemands. La stratégie de Goshn est-elle bonne ou influencée par les japonais puisque c'est là la peur du gouvernement ? Joue-t-il un double jeu aimable ? Je l'ai dit, il ne semblait pas y avoir d'autre stratégie valide autre que celle mise en place. Renault est présent en Inde sur le même pied que tous les grands constructeurs et arrive à moindre effort en Chine alors que ses autres investissements majeurs ont connu une rare faiblesse pour des raisons exogènes : la Russie, l'Espagne, le marché européen. La collaboration efficace avec Nissan a permis de passer cette importante crise sans encombre tout en faisant progresser comme jamais son partenaire. Ce point est acquis. C'est maintenant que l'on pourra juger de la sincérité du dirigeant de Renault puisque le chiffre d'affaire du constructeur devrait au moins être multiplié par deux dans les 5 ans tandis que celui des autres constructeurs suivra une évolution très molle. Il n'est pas toujours possible d'exposer ses stratégies.
Réponse de le 16/04/2015 à 19:25 :
@Corso
lorsque vous écrivez que "le chiffre d'affaire du constructeur devrait au moins être multiplié par deux dans les 5 ans",
cette logorrhée relève de la divagation en particulier avec le bourbier chez Avtovaz Lada et Samsung.
Pour le reste, Nissan était en faillite, et a été sauvé avec l'argent de l'Etat Français 1er actionnaire de Renault,
en conséquence,
Ghosn et les administrateurs doit rendre des comptes avant que de se servir en salaires exorbitants et aussi ils doivent cesser toutes opérations d'évasion fiscale.
De qui se moquent-ils ?
Réponse de le 16/04/2015 à 21:49 :
@Corso On observe en effet le fort développement de RENAULT depuis début 2014 alors que Vag groupe souffre, chaque produit constituant un échec en demi teinte à cause d'un design usé, d'une fiabilité notoirement en perte de vitesse et d'une réelle incapacité à se renouveler. L'avenir semble depuis deux ans bel et bien appartenir à RENAULT.
Réponse de le 17/04/2015 à 9:33 :
@Corso @Grémillon
La réalité est têtue, elle vous est indigeste et vous conduit à développer des raisonnement erronés
en 2002 / 2005 Schweitzer se vantait à gorge déployée de ce que Renault était la 1ère marque vendue en Europe,
en 2014 / 2015 Renault sombre à la 5ème place en Europe
voilà
une sacrée régression pour Renault qui ajoute des résultats économiques médiocres (pertes entre 2005 et 2014, maigres bénéfices en 2014)
pour l'alliance RenaultNissan
en 2002, Kia Hyundai ne représentaient qu'un des derniers constructeur mondial
en 2014, Kia Hyundai avec plus de 7,5 millions de voitures vendues et d'excellents profits et des voitures tirées vers le haut,
in finé Kia Hyundai rattrape à grands pas l'alliance Renault Nissan qui tire tout vers le bas et accumule les retards technologiques.
Réponse de le 17/04/2015 à 12:15 :
@Réalité Hélas, les chiffres sont têtus, VW groupe plante, regardez l'article du jour des ventes Europe sur mars, c'est la bébé, la bébé, la bérézina pour VW groupe, même pas évoqué, quelle humiliation..!! Besoin de lunettes...???!!!
a écrit le 16/04/2015 à 16:06 :
Pourquoi l'article ne nous explique pas pourquoi l'état veut obtenir un droit de vote double et pouvoir bloquer les décisions.
Qu'elle est la stratégie et dans quel objectif? Comme citoyen et contribuable j'ai le droit de savoir
a écrit le 16/04/2015 à 13:56 :
Le régime, comme à son habitude détruit tout ce qui marche pour semer la pagaille dans ce pays. L'alliance Renault-Nissan profit à Renault mais elle est fragile. Une occasion de tout casser que Hollande et sa clique ne pouvaient laisser passer. Si Nissan quitte Renault, les pertes vont repartir et le contribuable exsangue sera encore sollicité. C'est criminel !
a écrit le 16/04/2015 à 13:09 :
c'est fou de voir le nombre d'économistes distingués qui donnent leur avis. Pourquoi Bercy ne les embauche-t-il pas? C'est sur, aves tous ces "yaqu'a" nos affaires iraient tellement mieux.
Réponse de le 16/04/2015 à 14:15 :
Bien d'accord avec gj, le ridicule n'a jamais tué personne, la critique est facile , c'est sûrement ce que l'on sait faire de mieux!!!!!
Réponse de le 16/04/2015 à 14:54 :
Il faut être militant pour ne pas voir que ce gouvernement nous plombe !
a écrit le 16/04/2015 à 13:06 :
IL Y A QUELQUE TEMPT J AVAIS DIT QUE IL N Y AVAIS PLUS D AVENIR POUR LES VOITURES A ESSENCE? ET QU IL FALLAIT TOUNER LA PAGE! .POUR FAIRE D AUTRE VEHICULES AVEC LES PROCEDEs D AVENIR MOINS CONSOMATREURS DE PRODUIT PETROLIER ???
Réponse de le 16/04/2015 à 14:50 :
hors sujet. Stp n'écris rien si c'est hors sujet, on en a marre de tes hors sujets.
a écrit le 16/04/2015 à 11:11 :
L'état tente de renationaliser Renault, passant de 15% des droits de vote à 30% sans débourser un sou. Il doit faire échouer la modification des statuts à la prochaine AG du 30/04 qui rendrait inapplicable la loi Florange. Il n'est pas sûr que l'alliance Renault Nissan résiste à l'entrée en force du pouvoir de l'état français dans Nissan.
a écrit le 16/04/2015 à 9:34 :
Si ça peut être utile pour virer Goshn, c'est alors un bon investissement.
Réponse de le 16/04/2015 à 14:20 :
Goshn comme PDG de Nissan qui le rémunère grassement a tout fait, et fait tout pour que Nissan reprenne le leadership de l alliance alors que RENAULT est l' actionnaire nmr 1 de Nissan. En premier, Goshn a refusé Renault en Chine alors que c'est grace à la Chine que les allemands ont considérablement renforcé leur poids mondial, et que Nissan (japonais) n' était pas le mieux placé...monumentale erreur stratégique, mais M. Goshn a l' égo surdimensionné ne le dira jamais.
a écrit le 16/04/2015 à 9:34 :
Si ça peut être utile pour virer Goshn, c'est alors un bon investissement.
Réponse de le 16/04/2015 à 10:45 :
Et on mettra Montebourg à sa place.
Réponse de le 16/04/2015 à 15:25 :
Oui oui, Valdel lui a deja telephone et il est d'accord si les sous sont a la hauteur!.

My my my, quelle epoque!
L'etat n'est meme pas foutu d'equilibrer un budget!
a écrit le 16/04/2015 à 9:26 :
Il ne s agit pas d un problème Nissan , mais d un problème Ghosn , celui ci désire connaitre ses suiveurs en cas de clash , et mettre au point la stratégie anti gvt .
a écrit le 16/04/2015 à 8:40 :
Il est bien venu et grand temps de rappeler à Nissan que Nissan en faillite a été sauvé par les contribuables Français à coup d'aides publiques versées à Renault qui n'a pas cessé de vider les usines françaises pour produire en Angleterre, au Maroc, en Turquie, en Slovénie, en Russie, en Roumanie, en Espagne, etc ...
Réponse de le 16/04/2015 à 9:09 :
Certes, mais l'usine de Russie est en train de fermer, donc il y aura moins d'usines Renault en Europe. Moins de chiffres d'affaires pour autant.
Réponse de le 16/04/2015 à 9:18 :
Vous avez raison: l'industrie automobile française est largement subventionnée par les fonds publics, c'est grâce à cela qu'on cache la vraie réalité du manque de compétitivité de nos entreprises. Même avec cela nous fabriquons moins de voitures qu'au Royaume Uni qui ne possède plus de marques "nationales". La situation de Renault Nissan s'est considérablement améliorée, les bénéfices ont triplé en 2014. Nissan a contribué pour 2/3 aux ventes du groupe et pour plus de 75% aux bénéfices. L'ETAT FERAIT BIEN DE PRESERVER SES INTERETS D'ACTIONNAIRES ET DE S'OCCUPER DE SES MISSIONS REGALIENNES EN GUENILLES (JUSTICE, POLICE, DEFENSE NATIONALE, EDUCATION NATIONALE)
Réponse de le 16/04/2015 à 9:38 :
Rappelons nous simplement que Renault faisait de très respectables bénéfices avant l'erreur Dacia et le rachat de Nissan.
Dans ces conditions, si Renault fait des pertes depuis le lancement de Dacia et que ce sont les dividendes de Nissan qui rééquilibrent,
a l'évidence
c'est qu'il y a eu l'organisation de vases communicants aux dépends de Renault
plus grave,
ce sont les mécanismes tordus de holdings créées au Luxembourg, aux pays bas par les équipes de Schweitzer Ghosn Pelata Tavares, pour organiser l'évasion fiscale alors que l'Etat a du ponctionner les contribuables pour aider ce "magma" industriel malsain.
Réponse de le 16/04/2015 à 11:12 :
et Renault fait tellement de pertes qu'il s'est désendetté depuis quelques années et que la marge op est positive depuis quelques temps. Renault a eu des difficultés liées à son "européanisation": grosse production en Europe mais un marché qui baisse. Depuis que l'entreprise est plus internationale, ça se passe nettement mieux.
Réponse de le 16/04/2015 à 13:38 :
Renault de Ghosn Schweitzer est devenue une bulle boursière dont le cours n'est pas en corrélation avec ses fondamentaux faiblards, faibles marge en 2014 après 10 ans de pertes, retards technologiques, gammes de production avec de grosses lacunes, usines vieillissantes datées... gouffres financiers Avtovaz Lada en Russie, Samsung en Corée etc...
Réponse de le 16/04/2015 à 21:51 :
@Bulles Comme vous dites !
a écrit le 16/04/2015 à 7:58 :
L'état " les tas" français pense que ses talents de gestionnaire l'autorise à jouer avec l'activité économique et financière. WAKE UP ! le temps de Boulogne-Billancourt
est fini.... Ghosn a raison , et ,pour voir, les Japonais vont demander à Renault de délocaliser un peu plus , hors de France , pour voir à kôà ça sert d'avoir un hé-ta-soeur comme actionnaire !!
a écrit le 16/04/2015 à 7:57 :
Et cette utilisation d'argent public pour peser sur un vote, tout en précisant que l'Etat va revendre les actions achetées une fois l'AG passée, ne fait réagir aucun magistrat ? Parce que les partis politiques, on a bien compris qu'ils s'en fichent...On sait bien que les voyous ce sont les capitalistes qui investissent, pas les "raiders" politiques...
a écrit le 16/04/2015 à 7:53 :
Nissan risque de vouloir se désengager de Renault devant cette mainmise de l'état. Qu'en sera-t-il alors de l'alliance qui avait pourtant prouvée sa valeur ?
Réponse de le 16/04/2015 à 11:15 :
je ne sais pas si Nissan peut se désengager de Renault, vu que c'est Renault qui possède 44% de Nissan. je suppose que c'est administrativement compliqué.
a écrit le 16/04/2015 à 7:47 :
Il devient urgent de "mettre au pas" hexagonal sieur Ghosn qui a organisé l'évasion fiscale au sein de Renault en utilisant les aides publiques de l'Etat Français...su le dos des contribuables Français
La coupe est pleine, peut-être sieur Ghosn devra t-il se trouver un autre "job" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :