Renault-Nissan : pourquoi le rééquilibrage était devenu inéluctable

 |   |  506  mots
Carlos Ghosn a tout fait pour préserver les termes de l'alliance. Celle-ci est toutefois remise en cause...
Carlos Ghosn a tout fait pour préserver les termes de l'alliance. Celle-ci est toutefois remise en cause... (Crédits : Reuters)
Renault pourrait baisser sa participation dans le capital de Nissan sous la barre des 40%, d'après le journal japonais Nikkei. Un événement directement lié à la montée de l'Etat français dans le capital de Renault. En réalité, cela traduit surtout le nouveau rapport de force au sein de l'alliance largement défavorable à Renault...

Carlos Ghosn ne serait pas parvenu, comme il l'avait promis, à préserver les termes capitalistique qui lient Renault à Nissan depuis 1999. D'après le journal économique japonais Nikkei, le groupe français pourrait prochainement passer sous la barre de 40% du capital de Nissan.

Il s'agirait d'une conséquence directe de la montée de l'Etat français dans le capital de Renault. En avril dernier, le gouvernement annonçait qu'il passait sa participation de 15 à 19,7% du capital afin d'imposer les droits de vote double lors de l'assemblée générale des actionnaires.

L'Etat a revendu ses actions, mais le mal était fait

Cette annonce avait troublé le partenaire de Renault qui, lui, possède 15% de son capital mais sans pour autant en détenir des droits de vote conformément au droit français.

Pourtant, le gouvernement français est revenu à sa position de 15% du capital de Renault en revendant les actions acquises. Mais une fois les droits de vote double adoptés en assemblée générale des actionnaires, le mal était fait. Pour Nissan, la situation est devenue ubuesque, le groupe japonais ayant ainsi le sentiment d'être sous le contrôle de l'Etat français. Et ce malgré les déclarations de Carlos Ghosn, qui jurait alors que cet événement ne changerait pas la structure de l'alliance.

Un nouveau rapport de force

En réalité, l'équilibre capitalistique de l'alliance est depuis longtemps remis en question. Lorsque Renault entre dans le capital de Nissan en 1999, il trouve une société moribonde et au bord de la faillite, mais surtout d'une taille à peu près équivalente à la sienne. Depuis, le Japonais a doublé de taille et pèse désormais les deux tiers des immatriculations de l'alliance. Il fournit l'essentiel des bénéfices de Renault dans les comptes consolidés. Pis : pendant les années de crise, la participation de Renault dans Nissan pesait plus lourd que la capitalisation boursière même du constructeur français.

Une modification capitalistique pourrait ainsi refléter le réel rapport de force entre les deux constructeurs. Il éloignerait de facto Renault d'une prise de contrôle totale qui aurait permis de passer du stade d'alliance à un projet de groupe intégré. En interne, on se défend d'avoir jamais songé à ce scénario considérant que dans le monde automobile, les cas de fusions réussies sont rarissimes. Le divorce récent de Volkswagen et Suzuki est là pour le rappeler.

Une alliance qui doit encore être consolidée

Il n'empêche que Carlos Ghosn doit encore consolider l'alliance entre les deux constructeurs en accélérant les synergies industrielles, les partages de plateformes ou encore les transferts de technologies (motorisations diesel, essence, électriques...). Mais au-delà de la consolidation industrielle, le défi de Carlos Ghosn qui est également PDG de Nissan, sera de pérenniser le management de l'alliance. Or, pour le moment, il n'a aucun dauphin désigné et ce dernier devra obligatoirement être adoubé par le très exigeant partenaire japonais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2015 à 18:15 :
La taille de Nissan a doublé d'accord mais qu'est ce qui oblige Renault à revendre une partie du capital du constructeur Nippon?
Et si les dirigeants de Renault disent: "Non, pas d'accord" qu'est ce qui se passe sachant que le constructeur Français est le premier actionnaire?
a écrit le 08/10/2015 à 3:02 :
Quand même curieux. Je croyais que c'était les actionnaires qui avaient leur mot à dire. En quoi les actionnaires de Renault trouveraient-ils profit à baisser leur participation dans le groupe japonais?
Plus on avance dans le monde de la "nouvelle normalité" (new normal) plus les masques tombent et la décontraction la plus évidente se fait jour de la part des acteurs protégés.
Réponse de le 08/10/2015 à 20:56 :
depuis la prise de participation , Nissan a connu une croissance bien supérieure à celle de Renault . Combien de véhicules Renault sont vendus au Japon et combien de Nissan sont vendus en France . De quoi se plaint le groupe japonais ? D 'avoir perdu le contrôle total du groupe il y quelques années ? Le Japon est toujours fermé aux importations dans de nombreux secteurs . Par patriotisme industriel . Et quelques autres raison ...
a écrit le 07/10/2015 à 22:56 :
Encore une fois l'état a fait des dégâts avec ses gros sabots. Alors qu'il n'a rien à faire au capital de Renault.
a écrit le 07/10/2015 à 16:19 :
Nous avons là le champion number one de l'industrie française, un homme qui ne profite pas et avance en délicatesse, bravo..
a écrit le 07/10/2015 à 16:09 :
Très personnelle cette vision "Ghosniene" du capitalisme ou un investisseur devrait rééquilibrer sa participation pour refléter un rapport de force. On attend la liste des entreprises dans le monde qui devraient rééquilibrer leurs investisseurs.......En attendant les représentants du peuple Français "investisseurs" pourrait rééquilibrer la rémunération de Monsieur Ghosn.
a écrit le 07/10/2015 à 15:31 :
Je peux tout à fait comprendre que les dirigeants de Nissan voient d'un mauvais œil le pouvoir accru de l’Etat français, mais que peuvent-ils faire pour inciter leur principal actionnaire (Renault) à réduire sa participation ? Et quel serait l'intérêt pour Renault de le faire ?
La triple présidence de M. Ghosn (Renault, Nissan, l'Alliance) n'engendre-t-elle pas, quand les intérêts de Renault et Nissan divergent, un conflit d'intérêt majeur ?
a écrit le 07/10/2015 à 15:27 :
Votre article n'a aucun sens. L'alliance Renault Nissan réussit justement parce qu'il n'y a pas de rapport de force entre les 2 groupes mais bien un rapport de partenariat !
Et puisque, en journaliste, vous vous complaisez à tout opposer, le seul rapport de force qui semble exister et que vous ne mentionnez pas est entre le groupe et l'Etat français !!!
a écrit le 07/10/2015 à 14:25 :
Je ne vois pas en quoi Renault serait obligé de baisser sa participation. Celle ci a été dument achetée et reste acquise quoiqu'il arrive même si Nissan devient énorme et c'est tant mieux. Maintenant si Renault a besoin d'argent frais pourquoi pas commencer un retour sur l'investissement initial en revendant quelques pour cent.
a écrit le 07/10/2015 à 14:10 :
Attendons de voir quelle sera la décision de Renault. Pour l'instant ce ne sont que des supputations de presse partisane. Chaque stratégie ayant une pertinence, la vision d'ensemble ne peut cependant résulter que de faits réels.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :