Voitures sans chauffeur : Uber se lance sur les routes

 |   |  355  mots
L'un des projets les plus avancés dans le domaine des voitures autonomes est la Google Car du géant internet américain Alphabet.
L'un des projets les plus avancés dans le domaine des voitures autonomes est la Google Car du géant internet américain Alphabet. (Crédits : Reuters)
La société américaine va commencer à tester une voiture autonome en Pennsylvanie. Il s'agira d'une une berline Ford Fusion équipée de capteurs et caméras.

Le futur des voitures sans chauffeur compte un acteur de plus. La société américaine Uber a dévoilé jeudi 19 mai sa première voiture autonome, un prototype qu'il va commencer à tester dans les rues de Pittsburgh en Pennsylvanie.

"Si vous conduisez dans Pittsburgh dans les semaines à venir, vous pourriez voir un spectacle étrange: une voiture qui a l'air de devoir être conduite par un super-héros", indique le service de réservation mobile de voiture avec chauffeur dans un message publié sur son site internet.

"Mais ce n'est pas un accessoire de cinéma -- c'est une voiture de test du Centre de technologies avancées (ATC) d'Uber à Pittsburgh", poursuit-il.

Uber utilise pour ses tests une berline Ford Fusion sur laquelle il a ajouté divers capteurs, radars, caméras et autres équipements, notamment sur le toit. En plus des tests des capacités de conduite autonomes, elle va être utilisée pour collecter des données cartographiques.

Un lobby dédié

Les voitures "sans chauffeur" sont un domaine de recherche sur lequel travaillent beaucoup de grands groupes automobiles ou technologiques, qui y voient un moyen d'augmenter la mobilité des handicapés et des personnes âgées tout en réduisant le nombre d'accidents et les embouteillages sur les routes.

L'un des projets les plus avancés est la Google Car du géant internet américain Alphabet, qui avait annoncé au début du mois la commande au constructeur italien Fiat d'une centaine de monospaces spécialement adaptés. Cela va lui permettre de plus que doubler sa flotte de tests, qui compte actuellement 70 véhicules (des berlines Lexus de Toyota modifiées, ainsi que des petits prototypes électriques à deux places que le groupe a conçu lui-même).

Google et Uber, mais aussi Lyft, un autre service américain de réservation de voiture avec chauffeur, et les constructeurs américain Ford et suédois Volvo faisaient partie fin avril des membres fondateurs d'un lobby chargé de faire avancer la cause des voitures autonomes aux Etats-Unis, la "coalition de conduite autonome pour des rues plus sûres" (Self-Driving Coalition for Safer Street).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2016 à 21:00 :
Aucun intérêt, ds 5 ans nous nous déplacerons par lévitation , plus de voiture

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :