Après le cartel du livre numérique, Bruxelles sanctionne celui du froid

 |   |  289  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Quatre entreprises d'électroménager, dont Panasonic et une filiale de Whirlpool, accusées de s'entendre sur le prix des compresseurs frigorifiques, vont devoir s'acquitter d'une amende de 161 millions d'euros infligée par la Commission européenne. Chacune des entreprises plaide coupable.

Les entreprises ACC (Italie), Danfoss (Danemark), Embraco, filiale itaienne de Whirlpool, Panasonic (Japon) et Tecumseh (Etats-Unis), se sont efforcées de coordonner leurs politiques de prix européennes sur les compresseurs frigorifiques présents dans les réfrigérateurs, les congélateurs, mais aussi parfois dans les distributeurs automatiques. Elles se sont également entendues pour stabiliser les parts de marchés dans le but de couvrir les augmentations de coûts, a affirmé ce mercredi la Commission européenne. L'entente s'est produite sur le territoire européen entre avril 2004 et octobre 2007 (moins longtemps s'agissant de Panasonic).

A ce titre, une amende de 161,2 millions d'euros leur est infligée. Tecumseh passe toutefois au travers et bénéficie d'une immunité pour avoir révélé l'existence de l'entente à la Commission.

Parce qu'elles ont reconnu leur participation à l'entente et leur responsabilité liée à cette participation, les quatre autres ont vu le montant de leur propre amende réduit de 10%. Danfoss devra régler 90 millions d'euros, Embracco, 54,5 millions, ACC 9 millions et Panasonic près de 8 millions.

Joaquin Almunia, commissaire chargé de la Concurrence, a prévenu que "les chasseurs d'ententes de la Commission continuent de les détecter et d'en poursuivre les membres afin de les sanctionner", insistant sur le fait qu'"en période de difficultés économiques, il est d'autant plus important de défendre une concurrence équitable et d'intensifier la lutte contre les ententes qui portent gravement préjudice à la productivité et à la croissance économique".

Mardi, la Commission européenne a annoncé avoir ouvert une procédure à l'encontre d'Apple, fabricant de l'iPad, et cinq éditeurs internationaux, dont le français Hachette Livre, pour déterminer s'ils ont cherché à restreindre la concurrence sur le marché européen des livres électroniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :