Comment les géants du BTP tentent d'atténuer leur empreinte carbone

Malgré des résultats semestriels en repli du fait de la crise sanitaire, Bouygues et Eiffage souhaitent poursuivre leurs objectifs climatiques. A l'image de NGE, de Saint-Gobain et de Vinci, les leaders du bâtiment et des travaux publics se déclarent même "en avance" dans ce domaine.
César Armand

7 mn

(Crédits : Thierry Gouegnon)

Premiers émetteurs de dioxyde de carbone avec le secteur des transports publics, les géants du BTP semblent vouloir accélérer leur transition environnementale. Malgré la crise sanitaire qui a plombé leurs résultats au premier semestre 2020, Bouygues, Eiffage, Vinci, mais aussi NGE ou encore Saint-Gobain veulent effectivement poursuivre leurs objectifs climatiques.

"Nous ne sommes pas en retard" (Martin Bouygues)

Lors d'une conférence téléphonique ce 27 août, Martin Bouygues, Pdg du groupe éponyme, a ainsi confirmé la présentation d'un plan d'actions pour ses cinq métiers (construction, immobilier, rails et routes, télécoms, médias, Ndlr) d'ici à la fin de l'année. Sa "prise de conscience" date de 2005, a-t-il précisé, citant un audit interne, le recrutement des premiers spécialistes, la création d'un Intranet dédié pour partager les connaissances accumulées et de nombreuses réalisations en France et à l'étranger.

"Nous ne sommes pas en retard, mais plutôt en avance pour proposer des solutions assez modernes", a encore martelé Martin Bouygues à propos de sa stratégie climat.

Lire aussi : Après Vinci, Bouygues veut aussi réduire son impact environnemental

Sans attendre fin 2020, le groupe Eiffage a, lui, déjà présenté en avril dernier un rapport climat ainsi qu'un plan biodiversité. "Nous voulons les faire vivre en les mettant à jour de façon régulière car avec ces indicateurs, nous pourrons suivre nos objectifs clairs dans chacun des métiers (infrastructures, concessions, constructions, systèmes énergétiques, Ndlr)", a expliqué son Pdg lors d'une conférence téléphonique ce 27 août.

"Nos clients cherchent à réduire leur empreinte carbone mais ne savent pas comment", a poursuivi Benoît de Ruffray. "Dans nos réponses aux appels d'offres, nous pouvons offrir des alternatives et montrer de quoi nos équipes sont capables", a-t-il ajouté.

Lire aussi : Après Vinci et Bouygues, Eiffage définit sa stratégie bas-carbone

Des feuilles de route sur la biodiversité

Une feuille de route visant un objectif de zéro perte de biodiversité est également à l'ordre du jour chez Vinci, acteur mondial de la construction et des concessions aéroportuaires et autoroutières. "Nous l'avons initiée cette année avec des projets « pilotes » à l'international et nous déploierons une démarche internationale interne d'ici à 2025", assure un porte-parole à La Tribune.

Lire aussi : Vinci veut "revoir de fond en comble" sa politique environnementale

Chez NGE, quatrième groupe de BTP français, l'accent est à la fois mis sur des mesures compensatoires pour protéger les batraciens et les chauves-souris que sur le recyclage de l'existant.

"Pour conforter des digues, refaire des berges, nous cherchons à utiliser moins de béton mais plutôt à prendre des matériaux sur place pour améliorer la résistance de ces ouvrages", déclare à La Tribune Jean-Sébastien Léoni, directeur général adjoint de NGE chargé notamment des finances et de la RSE.

Lire aussi : BTP : "La taxe carbone était une bonne idée" (Joël Rousseau, groupe NGE)

Atteindre le zéro carbone en 2050

Par la voix de son directeur général délégué Benoît Bazin, Saint-Gobain annonçait, lui, en mars dernier à La Tribune, une feuille de route visant à atteindre le net zéro carbone en 2050, but également affiché par Vinci depuis janvier dernier.

Lire aussi : Après avoir réussi sa réorganisation, Saint-Gobain vise le zéro carbone

Parmi les "leviers mis en œuvre", l'amélioration de l'efficacité énergétique des procédés ou la décarbonation de l'énergie d'abord par l'électrification des procédés ou le recours au biogaz, à la biomasse ou à l'hydrogène, mais "tout dépendra du mix énergétique des pays où est implanté Saint-Gobain", rappelle une porte-parole. En Pologne, le charbon, matière première fossile et polluante par excellence, demeure la principale source d'alimentation.

Des échéances à 1, 3, 5 ou 10 ans

Enfin, que ce soit Bouygues, Eiffage, Vinci, NGE ou Saint-Gobain, toutes ces multinationales cherchent à se mettre en conformité avec les accords de la COP21 adoptés en décembre 2015 au Bourget. En l'occurrence, limiter l'élévation des températures mondiales à 1,5°C d'ici à 2100, en se fixant des contraintes à un, cinq ou dix ans.

"Nous préférons nous fixer des objectifs à 1 ou 3 ans", dit ainsi Jean-Sébastien Léoni, DGA de NGE, évoquant une baisse, d'ici à fin 2021, de 8% des émissions de gaz à effet de serre de son parc automobile et de 10% de la consommation d'eau potable sur site. "C'est plus concret et plus réaliste que des objectifs à 20 ans, dont il est difficile de mesurer les progrès", insiste-t-il.

De son côté, Saint-Gobain s'est engagé à réduire de 20% ses émissions de GES entre 2010 et 2025. "Nous en sommes à 14,5% de réduction à fin 2019", certifie une porte-parole. D'ici à 2030, Bouygues entend bien, pour sa part, "définir un objectif de réduction" des émissions de gaz à effet de serre. De même que d'ici à cette échéance, Vinci promet de réduire de 40% ses émissions de CO2 par rapport à 2018.

Le paquet sur l'innovation et la R&D

Dans la prochaine décennie, les géants français du BTP vont donc mettre le paquet sur l'innovation et la recherche et développement. Martin Bouygues souhaite par exemple être "pro-dynamique" auprès des fabricants d'engins de chantier pour passer à l'électrique ou à d'autres carburants. En réalité, "tous les constructeurs travaillent sur des matériels électriques, le plus souvent hybrides, mais ils sont plus onéreux et ne produisent pas mieux" arguait en juillet dernier leur porte-parole Renaud Buronfosse dans La Tribune.

Lire aussi : Fiscalité du BTP: l'alternative écologique au gazole non routier se fait attendre

De la même manière que NGE revendique l'exclusivité du béton fibré à ultra haute performance pour la construction du Grand Paris Express et la mise au point d'une machine qui détecte les polluants dans le sol avant de les expédier au bon endroit, Vinci fait savoir que "le développement de solutions environnementales se poursuit et s'accélère".

Lire aussi : Vinci dévoile en Gironde le 1er km de route issue de 100 % de matériaux recyclés

Aux côtés du Conseil scientifique et technique du bâtiment (CSTB), de Covivio, de Gerflor, de GRDF, de Legrand, de Vicat et de l'Union sociale pour l'habitat, Eiffage et Saint-Gobain ont, eux, lancé, en juin 2019, Sekoya une "plateforme carbone et climat dédiée à la remontée de solutions bas carbone pour la ville et les infrastructures durables".

Dès janvier dernier, tous ces acteurs ont déjà sélectionné dix startups, PME et ETI, pouvant entrer dans leurs appels d'offres: Celloz, Sylfen - qui produit de l'hydrogène pour bâtiments et écoquartiers -, Source urbaine, Circouleur - qui récupère les fonds de pots de peinture pour en produire de nouveaux - Backcacia, Ninorobotics, Kempro Environnement, TechnoCarbon, Fabemi et Misapor.

Lire aussi : Vers des bâtiments autonomes en énergie grâce à l'hydrogène

César Armand

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 27/08/2020 à 15:14
Signaler
S'ils ont compris, s'ils font bien les choses nous allons nous diriger vers des maisons de moins en moins chers car utilisant des produits de l'économie circulaire comme par exemple ces maisons faites via des containers. Oui oui moi aussi je me f...

le 27/08/2020 à 23:03
Signaler
Je pense que vous devriez prendre au sérieux ce que dit Martin bouygues. Son directeur de la rse est quelqu’un d’assez surprenant et intéressant. Renseignez vous au lieu de critiquer sans savoir

le 28/08/2020 à 8:46
Signaler
Je suppose que c'est ta façon de confirmer ce que je dis... Signalé, soit tu en dis pas assez soit trop, en affirmant que notre vieille oligarchie, et je sais que Bouygues est un peu plus éclairé que les autres mais même, n'est pas en mesure de s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.