Face à la crise : le BTP paralysé

 |  | 528 mots
(Crédits : DR)
SÉRIE D'ÉTÉ - ÉPISODE 1/3. Le 17 mars, la France se confine pour faire face à la crise sanitaire du Covid-19. L'économie française plonge, le BTP n'y échappe pas. Le début de crise est électrique. Le gouvernement souhaite en effet préserver la continuité économique alors que le secteur juge que les conditions ne sont pas réunies pour reprendre normalement les chantiers. #Replay

17 MARS

Coronavirus: comment le BTP s'adapte à la crise

Avant la fin ou non des chantiers sur l'ensemble du territoire, le secteur du BTP s'organise. A la suite de la demande du président de la République de limiter les déplacements au strict minimum dès ce mardi midi, la Fédération française du bâtiment (FFB) assure à ses adhérents que des dérogations sur attestation sont "possibles".

"Les entreprises du BTP bénéficient à l'instant d'une souplesse car leur activité ne leur permet pas, pour la grande majorité de leurs salariés, de placer leurs salariés en télétravail", fait savoir l'organisation professionnelle.

Lire l'intégralité

__

17 MARS

BTP: le secteur demande un "arrêt temporaire" des chantiers pour "s'organiser"

Une dizaine de jours pour s'organiser. Dans un communiqué commun, le secteur de la construction demande "instamment" au gouvernement d'arrêter temporairement les chantiers "à l'exception des interventions urgentes".

"La santé et la sécurité des personnes est une priorité absolue pour les entreprises de bâtiment et de travaux publics" déclarent, dans un communiqué commun, la Capeb, la FFB et la FNTP.

Lire l'intégralité

__

19 MARS

Arrêt ou maintien des chantiers ? Le coup de gueule d'un promoteur immobilier

Qui croire ? C'est la question que se pose actuellement les professionnels du bâtiment et des travaux publics (BTP) depuis lundi soir. Entre le président de la République qui a déclaré "nous sommes en guerre" et le gouvernement qui leur demande plusieurs fois par jour de "ne pas abandonner" leurs chantiers, ils ne savent plus sur quel pied danser.

"Quand un syndicat patronal dit aux entreprises:"Arrêtez d'aller bosser, arrêtez de faire vos chantiers", ça c'est du défaitisme", a martelé jeudi, sur la chaîne LCI, la ministre du Travail Muriel Pénicaud. "On a besoin de tout le monde sur le pont".

Lire l'intégralité

__

20 MARS

Le BTP et le gouvernement vont définir un "protocole" avant la reprise des travaux

Vers une sortie de crise dans le BTP ? Ce 20 mars, les trois fédérations professionnelles du secteur, qui avaient demandé mardi un "arrêt temporaire" des chantiers, se sont entretenus avec le gouvernement pour trouver un terrain d'entente. Si hier la ministre du Travail les avait jugées "défaitistes", suscitant la colère du président de la fédération française du bâtiment (FFB), il semblerait que les relations s'améliorent.

"Les choses se sont beaucoup calmées", a déclaré ce matin à la presse le président de la fédération nationale des travaux publics (FNTP). Pour "sortir de la pagaille" et "rassurer" les ouvriers comme les chefs d'entreprise, un protocole définissant des règles à respecter est en cours d'élaboration par toutes ces parties prenantes "d'ici à mardi soir". Il s'agit tant de sécuriser les conditions de travail sur site que les relations contractuelles, mais aussi de faire bénéficier du chômage partiel les sociétés impactées.

Lire l'intégralité

__

>> Retrouvez toutes nos séries d'été sur les secteurs stratégiques bousculés par le Covid-19, la politique-fiction...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2020 à 8:37 :
"Quand un syndicat patronal dit aux entreprises:"Arrêtez d'aller bosser, arrêtez de faire vos chantiers", ça c'est du défaitisme", a martelé jeudi, sur la chaîne LCI, la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Madame Pénicaud qui n'a profité que d'emploi fictifs durant toute sa vie, demande aux gens qui bossent par 41 dégrès sous le soleil avec un marteau piqueur, de se relever les manches !

Comment voulez vous avancer avec des gens méprisant autant le travail et les salariés ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :