Foncière des Régions devient Covivio mais ne change pas de stratégie

 |   |  444  mots
L'investisseur, qui réalise déjà 56 % de son chiffre d'affaires hors de l'Hexagone, a investi 1,8 milliard d'euros dans les métropoles européennes en 2017 et compte bien développer 700.000 m² de coworking en Europe.
L'investisseur, qui réalise déjà 56 % de son chiffre d'affaires hors de l'Hexagone, a investi 1,8 milliard d'euros dans les métropoles européennes en 2017 et compte bien développer 700.000 m² de coworking en Europe. (Crédits : Benoit Tessier)
L'opérateur immobilier français né en 1998 à Metz, désormais présent dans les métropoles européennes, change de nom, mais conserve son triptyque bureaux-hôtellerie-logement.

Peut-on toujours s'appeler « foncière » quand l'entreprise est devenue un opérateur global de l'immobilier et garder « régions » lorsque le terrain de jeu s'est majoritairement déplacé dans les grandes villes allemandes et italiennes ?
Foncière des Régions, née en 1998 à Metz, est en effet devenue ce mardi 29 mai « Covivio », nouvelle désignation commune pour les entités françaises et européennes, à commencer par Immeo, marque outre-Rhin, et Beni Stabili de l'autre côté des Alpes dont la fusion est en cours de finalisation.

« Co, car notre ADN, c'est le partenariat avec nos clients, la cocréation, la collaboration, explique son directeur général Christophe Kullmann, vivio, car c'est de l'immobilier vivant, synonyme de nouvelles façons de travailler, voyager et habiter, et io est une consonance latine faisant référence à notre histoire. »

56 % du CA hors de France

L'entreprise n'a pas consulté l'ensemble de ses collaborateurs, mais a confié à une équipe de salariés et de dirigeants la mission de réfléchir à ce nouveau nom. Entre les démarches juridiques et le calage des éléments de communication, cela a pris 18 mois. Pendant ce temps, l'intitulé qui tournait en interne s'appelait « Shoes » puisqu'il fallait bien que « chacun trouve chaussure à son pied », raconte le DG.
En revanche, il n'est pas question de changer de stratégie. L'investisseur initialement franco-français, qui réalise déjà 56 % de son chiffre d'affaires hors de l'Hexagone, a investi 1,8 milliard d'euros dans les métropoles européennes en 2017 et compte bien développer 700.000 m² de coworking en Europe.

Changement de nom sur les marchés la semaine prochaine

La part de l'hôtellerie en Europe, qui représente déjà 23 % de leur activité, sera, elle aussi, amenée à croître. « C'est un marché très dynamique, veut croire le directeur général délégué Dominique Ozanne, toutes les villes d'Europe voient leurs chiffres d'affaires augmenter. Leur croissance est portée par le développement des pays émergents qui amènent des flux touristiques importants. »
Le marché berlinois fait également saliver les dirigeants de Covivio. La moitié de son patrimoine logement s'y trouve de même que la capitale allemande accueille déjà un pipeline de projets d'un total de 500 millions d'euros. « Notre enjeu est devenir un business partner pour nos clients et leur offrir de l'expertise, de la flexibilité, de l'attractivité, avance Olivier Estève DG délégué, sans jamais perdre de vue l'optimisation économique. »
Covivio ne compte pas perdre de temps non plus sur les marchés financiers. Le contact a déjà été pris avec Euronext pour que Foncière des régions disparaisse dès la semaine prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :