Sanofi critique le déremboursement du Multaq en France

 |   |  653  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le déremboursement du médicament contre l'arythmie, rendu effectif par un arrêté paru au Journal officiel, a fait réagir le groupe pharmaceutique qui "désapprouve" cette décision. "Les médecins n'ont pas été informés", s'inquiète le groupe.

Le groupe pharmaceutique Sanofi a vivement réagi à la décision de déremboursement de son médicament Multaq contre l'arythmie cardiaque parue mardi au Journal officiel. Il a notamment jugé qu'elle "n'intègre pas les conclusions de la réévaluation" en septembre par l'Agence européenne du médicament. "Nous avons appris la décision de dérembourser Multaq, en France, aujourd'hui (mardi), et nous la désapprouvons", affirme le groupe dans une déclaration.

De son côté, Jean-Pierre Lehner, vice-président senior et "chief medical officer" de Sanofi, estime que "cette décision de déremboursement ne repose sur aucune base médicale, et dessert les patients actuellement traités par Multaq sur le territoire français ". L'efficacité de ce médicament ne serait pas contestée. "Le bénéfice de Multaq a été récemment confirmé par l'Agence européenne du médicament" (EMA), précise Jean-Pierre Lehner.

Sanofi considère que la décision de déremboursement "n'intègre pas les conclusions de la réévaluation" de l'EMA", qui a confirmé le 22 septembre dernier le bénéfice-risque positif de Multaq avec une actualisation de sa notice européenne, afin de garantir son bon usage, dans la population de patients appropriée".
L'arrêté du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé décidant le déremboursement du Multaq, en date du 8 novembre, a été publié mardi au Journal officiel.

Cette décision se réfère à l'avis de la Commission de transparence qui avait estimé le 22 juin dernier que le Multaq présentait "un service médical rendu insuffisant" pour un maintien sur la liste des spécialités remboursables aux assurés sociaux.

Sanofi s'inquiète pour les Français qui prennent ce médicament. Selon Sanofi, "rien n'a été organisé avec les autorités pour assurer la continuité et la prise en charge de leur traitement" pour "les patients français qui ont impérativement besoin de Multaq". "Leurs médecins n'ont pas été informés", affirme également le groupe. Pour Sanofi, ces patients vont être "privés d'une alternative importante pour la prise en charge d'une pathologie grave", concernant notamment "la réduction du risque d'événements cardiovasculaires conduisant à des hospitalisations, bénéfice uniquement démontré à ce jour avec Multaq.

La France est "le seul pays en Europe" où les patients sous traitement feront face à un déremboursement, ajoute le groupe. Le ministre de la Santé Xavier Bertrand avait déclaré à la mi-juillet qu'il ne s'opposerait pas au déremboursement du Multaq. "J'ai décidé de changer les règles, quand des avis seront pris par les scientifiques, le ministre sera tenu de suivre cet avis, à moins qu'il ait envie de s'y opposer avec un avis motivé", avait-il dit.

La décision de déremboursement "ne semble pas refléter les besoins de transparence dans les procédures sanitaires, ni participer à la restauration de la confiance entre les patients et le système de santé", a pour sa part estimé Sanofi.

L'Agence européenne du médicament (EMA) avait recommandé en septembre un usage restreint du Multaq, tout en confirmant un rapport bénéfices/risques "positif pour une population de patients limitée atteints de fibrillation auriculaire paroxystique et persistante".

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA avait décidé de réévaluer ce médicament dès janvier à cause de problèmes de foie chez certains patients, mais le champ de sa procédure avait été étendu en juillet après l'arrêt d'une étude par Sanofi, qui visait à étendre l'indication thérapeutique du Multaq.

Le Multaq, un médicament dont Sanofi espérait faire un "blockbuster" avec plus d'un milliard de dollars de ventes annuelles, est commercialisé dans plus de trente-sept pays dans le monde et a été prescrit à plus de 440.000 patients à ce jour. En France, il est commercialisé depuis le 25 octobre 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2012 à 10:11 :
Alors que le cordarone me provoquait , la nuit, des crises de tachychardie suivies de cauchemars à répétition avec d'horribles tremblements de tout le corps pendant des heures, je prends du Multaq depuis décembre 2010 et je me sens bien. Le taux de mes transaminases n'a pas évolué. Les crises ont disparu. Je fais attention à ne pas boire d'alcool ou très peu, un peu de café léger le matin et pas de thé afin d'éviter de petites accélération passagères, peu agréables. Dans l'ensemble, je peux dire que ce médicament me réussit. Je ne comprends pas pourquoi il n'est plus remboursé par la Sécu. alors qu'il l'est dans les autres pays européens. ( Je me suis renseigné sur place).
a écrit le 02/11/2012 à 9:57 :
J'ai fait une fébrillation auriculaire en 1988 et un flutter en 2006. Après avoir très mal supporté le Cordarone, je prends Multaq depuis décembre 2010. Jusqu'à présent aucun effet secondaire. Mes trasaminases n'ont pas évolué. Je ne fais plus de crises de tachychardie comme auparavant. Je me sens mieux, à condition de suivre une hygienne de vie: pas d'alcool ou très peu, pas de vin rosé, de thé, de café fort et de l'exercice physique régulier. Il y a eu 144 cas d'effets secondaires graves sur plus de 220.000 patients dans le monde. Je ne comprends pas la décision du déremboursement.
a écrit le 05/04/2012 à 9:46 :
après plusieurs crises de tachycardies et deux hyperthyroïdies dont une sévère, j'ai essayé plusieurs autres traitements sans grand résultat et seul le Multaq me convient.... plus de crises de tachycardie.... Qu'est ce qu'il est mieux pour la sécurité sociale : une boite de Mulaq à 130? environ mensuellement ou plusieurs passages aux urgences avec interventions du Samu qui coûteraient plusieurs milliers d'euros à chàque fois ???
a écrit le 09/03/2012 à 10:40 :
je ne me suis jamais senti aussi bien que depuis que je suis sous Multaq, la cordarone m'avait donné une hyperthyroidie sévère.Que peut on faire?
Je travaille et sous Multaq, plus d'arrêt de maladie donc finalement ça coute moins cher à la sécurité sociale
a écrit le 09/03/2012 à 10:37 :
Je ne me suis jamais senti aussi bien que sous Multaq.la cordarone m'avait donné une sévère hyperthyroidie. Alors que peut on faire?
a écrit le 22/02/2012 à 6:53 :
Je me trouve dans le cas qui est décrit,à savoir que le Multaq me convenait très bien avec une surveillance tous les 3 à 6 mois et mon arythmie était devenu normal.
La cordarone que je viens de reprendre me perturbe complètement la thyroïde.La seule solution qu'on me propose c'est l'ablation d'un flutter.Est ce la panacée?
Si quelqu'un peut me tenir au courant,je lui serai reconnaissant.
A bientôt
a écrit le 07/02/2012 à 13:02 :
A tous les utilisateurs de ce produit dangereux, faites vérifier d'urgence votre taux de CPK mais surtout celui d'Amylasémine.

Ma maman qui n'avait aucun problème hépatique, affiche un taux anormalement élevé de CPK et d'Amylases après la prise de Multaq durant trois mois.
a écrit le 27/01/2012 à 15:47 :
est vraiment les effets du médicament qui dérangent le ministre de la santé ou le prix du Multaq qui devient genant pour la Sécu? Sommes nous trop nombreux les patients avec arrythmie cardiaque ou fibrilliation auriculaire? Je ne me suis jamais aussi bien sentie avec mon rythme cardiaque qu'avec Multaq.
a écrit le 16/01/2012 à 18:15 :
Et pouquoi ne jamais alerter les patients sur les efets mortels à moyen et long termes de la Cordarone?.J'en ai pris pendant 3 ans et fait une allergie grave à la photosynthèse (Risque de Cancer de la peau au visage);j'ai du arreter et 14 mois plus tard ,j'ai du subir 2 opérations de déconnexion des veines pulmonaires, la1° n'ayant pas réussi, depuis je vis avec Multaq et ça va bien.Deux amis sont mort, un au bout de 7 ans de Cordarone (Fossilisation des alvéoles pulmonaires) et l'autre au bout de 12 ans (5 ans grabataire avec assistance respiratoire à la bouteille d'oxygène); mais la Cordarone ne fait jamais mourir !! c'est simplement d'avoir oublié de respirer sous oxygène; et il sont certainement nombreux dans ce cas...Ne soyons pas "Dupe",qui faut-il croire entre tous ceux qui touchent des "Bakchichs" de tous les laboratoires ???
a écrit le 29/12/2011 à 16:37 :
CA FAIT UN AN QUE JE PREND MULTAQ ET C EST POUR L INSTANT LE SEUL MEDICAMENT QUI M AIDE ET DONT LES LES EFFETS SECONDAIRES POUR L INSTANT SONT NULS LES AUTORITES DEVRAIT REFLECHIR AVANT D AGIR AUSSI VITE. JE SUIS PRES A SIGNE UNE DECHARGE A QUI VOUS VOULEZ.
a écrit le 28/12/2011 à 10:33 :
incompréhensible! Voilà plus d'un an que je prends ce médicament après plusieurs hospitalisations et prise de médicaments tel que la cardorone et autres. C'est le seul médicament qui a stoppé non pas l'arythmie mais les variations importantes des battements du coeur. A ce jour, aucun problème hépatique alors je ne comprends pas. Je suis prète à signer une décharge pour dégager la responsabilité des praticiens.
a écrit le 13/12/2011 à 16:12 :
Complètement d'accord avec Pit, j'ai pris amiodarone = dérèglement thyroïde = 1 probl. supplémentaire. Sous surveillance, Multaq, aucun probl. les Autorités devraient s'informer auprès des personnes concernées, médecins et patients, alors que c'est du n'importe quoi qui finalement creuse encore "le trou de la sécu", car il faut aller voir un autre médecin, ds mon cas endocrino.
a écrit le 21/11/2011 à 18:46 :
Faut pas dire n'importe quoi , je prend du multaq depuis plus d'un an , je suis suivi pour la coter hépatique par des prise de sang régulière , et le problème comme beaucoup est que les autres médicaments style , flécaine ne me convienne pas . Quelle solution pour nous maintenant ?
a écrit le 20/11/2011 à 14:20 :
et bien pour une fois que ce n'est pas Servier, on en fait moins un foin

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :