Carmat retrouve la confiance des investisseurs après des mois de turbulences

 |   |  371  mots
Le groupe prépare parallèlement la phase suivante d'essais, dite étude pivot, dont il avait indiqué précédemment qu'elle pourrait concerner une vingtaine de patients. Son démarrage sera soumis, là encore, à l'accord préalable de l'ANSM.
Le groupe prépare parallèlement la phase suivante d'essais, dite "étude pivot", dont il avait indiqué précédemment qu'elle pourrait concerner une vingtaine de patients. Son démarrage sera soumis, là encore, à l'accord préalable de l'ANSM. (Crédits : reuters.com)
Le feu vert de l'ANSM et du Comité de protection des personnes va permettre à la société française de biotechnologie d'achever sa phase d'essais initiale avec l'implantation de son cœur artificiel sur un quatrième patient. L'action Carmat gagnait plus de 6% en Bourse, mercredi.

Publié le 25/11/2015 à 07:00. Mis à jour le 25/11/2015 à 09:37.

Carmat, concepteur et développeur d'un projet de cœur artificiel total, a "obtenu l'autorisation de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et du CPP (Comité de protection des personnes) pour finaliser l'essai clinique de faisabilité de son cœur bioprothétique", qui avait déjà donné lieu à trois implantations sur les quatre prévues, a indiqué la société dans un communiqué mardi 24 novembre.

Concrètement, Carmat a obtenu l'autorisation de procéder à l'implantation de son coeur artificiel sur un quatrième patient. "La prochaine implantation pourra déjà être réalisée dans le cadre d'un protocole clinique étendu à des patients non éligibles jusqu'à présent", a-t-elle ajouté.

"Avec le recrutement et le suivi à 30 jours d'un quatrième patient, Carmat compte terminer positivement l'étude de faisabilité", a précisé l'entreprise dans un document publié sur son site. Le groupe explique en outre qu'il a été autorisé pour ces essais à recruter des patients selon des critères élargis.

Une vingtaine de patients bientôt concernés ?

Le groupe prépare parallèlement la phase suivante d'essais, dite "étude pivot", dont il avait indiqué précédemment qu'elle pourrait concerner une vingtaine de patients. Son démarrage sera soumis, là encore, à l'accord préalable de l'ANSM.

Le groupe précise au passage que le troisième patient, greffé en avril et rentré à son domicile fin août, "est suivi régulièrement".

Les deux premiers patients greffés sont quant à eux décédés. Leurs décès étaient dus, selon une étude publiée en juillet dans la revue médicale britannique The Lancet, à la défaillance de composants électroniques dont la source a été "identifiée et corrigée depuis".

En six mois l'action Carmat a perdu un tiers de sa valeur

Les investisseurs se sont montrés enthousiaste suite aux annonces de Carmat. Le titre bondissait de 6,22% à 9h34, grimpant à 54,17 euros Mardi 24 novembre, l'action Carmat gagnait déjà 1,69% en Bourse. Depuis la mort du deuxième patient (le 4 mai) implanté et malgré quelques reprises éphémères du titre, l'action du groupe a perdu un tiers de sa valeur, passant de 71,24 euros à 54,17 euros mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :