BP voit ses bénéfices bondir de plus de 80% au troisième trimestre

 |  | 295 mots
Lecture 2 min.
Le géant pétrolier britannique a dégagé un bénéfice net part du groupe de 8,049 milliards de dollars sur la période, en hausse de 83% par rapport à un an plus tôt.

BP s'est montré optimiste quant à ses perspectives, se disant "bien placé" pour résister à la tempête financière et en mesure de "saisir des opportunités" que celle-ci pourrait créer, après avoir enregistré un nouveau bond de ses résultats au troisième trimestre, grâce aux prix élevés du pétrole. (Retrouvez le communiqué de BP sur son résultat financier).
 

Le géant pétrolier britannique a en effet dégagé un bénéfice net part du groupe de 8,049 milliards de dollars sur la période, en hausse de 83% par rapport à un an plus tôt, ainsi qu'un bénéfice net hors effets de stocks (mesure préférée des analystes) en progression de 148% à 10,03 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires a grimpé de 44% sur le trimestre, à 104,8 milliards de dollars. La production de pétrole et de gaz, en revanche, n'a que très légèrement augmenté, progressant juste de 0,3% à 3,664 millions de barils équivalent pétrole par jour (mbep/j).
 

Le directeur général Tony Hayward, qui a engagé un vaste plan de redressement du groupe, a reconnu, dans un communiqué, que les bénéfices avaient été "évidemment aidés par les prix élevés du pétrole", mais a également mis en avant les efforts d'amélioration des marges. Il s'est également montré confiant quant aux perspectives du groupe, en dépit de la dégringolade des prix du pétrole, dont la valeur a été divisée par plus de deux depuis leurs sommets du mois de juillet. "Nous sommes bien placés pour résister à la tempête financière qui prévaut actuellement et pour bénéficier des opportunités commerciales qui pourraient naître d'un retournementé", a-t-il affirmé.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
mon fils tu ne sera pas banquier, ni marchand de bagnoles, mais pétrolier, eux seuls ignorent les crises pétrole haut ou bas dollard ou euro haut ou bas bourse haute ou basse rien ne les touche ils encaissent, ils encaissent ... et nous on paie, pour eux vive la crise...et depuis le temps que ça dure rien est à eux tout ce qu'ils ont est à nous!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :