EDF a tenté de racheter Constellation Energy qui lui a préféré Warren Buffet

L'électricien EDF a fait une offre de rachat à sa filiale Constellation à 35 dollars par actions, avant l'officialisation de la reprise du groupe américain par une entité du milliardaire Warren Buffet, pour 26,50 dollars par actions. Un prix que le Français pourrait juger insuffisant.

1 mn

EDF avait lancé une offre de rachat sur la firme américaine Constellation vendredi dernier, au prix de 35 dollars par actions. Cette proposition alternative, réalisée avec les sociétés d'investissement Kohlberg Kravis Roberts & Co (KKR) et TPG Capital est intervenue avant l'annonce officielle du rachat de Constellation par le milliardaire Warren Buffet, via sa société MidAmerican Energy, au prix de 26,50 dollars par action.

D'après l'électricien français, qui est monté à 9,51% du capital de Constellation la semaine dernière, "le conseil d'administration de Constellation n'a pas répondu à cette offre conjointe". En revanche, d'après les informations révélées vendredi, ce même conseil d'administration a approuvé "à l'unanimité", l'offre de l'entité contrôlée par Warren Buffet.

Aujourd'hui, EDF, en tant que premier actionnaire de Constellation, estime que l'offre de rachat de MidAmerican ne génère pas la création de valeur attendue. Le groupe a confirmé sa volonté de poursuivre toutes les opportunités d'investissement dans le domaine nucléaire aux Etats-Unis et "envisage toutes les options susceptibles d'augmenter la valeur de sa participation dans Constellation, et celle des autres actionnaires de Constellation".

Mayo Shattuck, le PDG de Constellation, a justifié son choix en estimant que l'offre de MidAmerican était supérieure à celle du consortium mené par EDF, notamment en raison des contraintes financières et de l'injection immédiate d'un million de dollars dans la société, propose par Warren Buffet. En effet, les marchés se sont vivement inquiétés la semaine dernière de l'exposition de Constellation à Lehman Brothers. Le titre avait alors perdu 58% de sa valeur boursière.

De plus, toujours selon les déclarations du patron de Constellation : un rachat du groupe par une entreprise américaine a plus de chance d'obtenir l'autorisation des régulateurs américains.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.